AMERICAN GRAFFITI


American Graffiti is a 1973 American coming-of-age comedy-drama film directed and co-written by George Lucas starring Richard Dreyfuss, Ron Howard, Paul Le Mat, Harrison Ford, Charles Martin Smith, Cindy Williams, Candy Clark, Mackenzie Phillips, Bo Hopkins, and Wolfman Jack. Suzanne Somers and Joe Spano also appear in the film.

 

Set in Modesto, California in 1962, the film is a study of the cruising and rock and roll cultures popular among the post–World War II baby boom generation. The film is told in a series of vignettes, telling the story of a group of teenagers and their adventures over a single night.

The genesis of American Graffiti was in Lucas‘ own teenage years in early 1960s Modesto. He was unsuccessful in pitching the concept to financiers and distributors but found favor at Universal Pictures after United Artists, 20th Century Fox, Columbia Pictures, Metro-Goldwyn-Mayer, Warner Bros., and Paramount Pictures turned him down. Filming was initially set to take place in San Rafael, California, but the production crew was denied permission to shoot beyond a second day.

 

American Graffiti premiered on August 2, 1973 at the Locarno International Film Festival in Switzerland and was released on August 11, 1973 in the United States. The film received widespread critical acclaim and was nominated for the Academy Award for Best Picture. Produced on a $777,000 budget, it has become one of the most profitable films of all time. Since its initial release, American Graffiti has garnered an estimated return of well over $200 million in box office gross and home video sales, not including merchandising. In 1995, the United States Library of Congress deemed the film “culturally, historically, or aesthetically significant” and selected it for preservation in the National Film Registry.

 

In early September 1962 in Modesto, California, on the last evening of summer vacation, recent high school graduates and longtime friends, Curt Henderson and Steve Bolander, meet John Milner, the drag-racing king of the town, and Terry “The Toad” Fields in the parking lot of the local Mel’s Drive-In diner. Curt and Steve are scheduled to travel the next morning to Northeastern United States to start college. Despite receiving a $2,000 scholarship from the local Moose Lodge, Curt has second thoughts about leaving Modesto. Steve gives Toad his 1958 Chevrolet Impala to watch while he’s away at college until he returns at Christmas. Steve’s girlfriend, Laurie, who is also Curt’s sister, arrives in her car. Steve suggests to Laurie, who is already glum about him going to college, that they see other people while he is away in order to “strengthen” their relationship. Though not openly upset, she is displeased with his proposal which affects their interactions the rest of the evening.

 

Curt accompanies Steve, last year’s high school student class president, and Laurie, the current head cheerleader, to the back-to-high-school sock hop. In one story line, Curt is desperate to find a beautiful blonde girl driving a white 1956 Ford Thunderbird that he sees en route to the dance: at a stoplight, she appears to say “I love you” before disappearing around the corner. After leaving the hop, Curt is coerced by a group of greasers (“The Pharaohs”) to participate in an initiation rite that involves hooking a chain to a police car and ripping out its back axle. The Pharaohs tell Curt that “The Blonde” is a trophy wife or prostitute, but he refuses to believe either.

Determined to get a message to the blonde girl, Curt drives to the local radio station to ask DJ Wolfman Jack, who is omnipresent on the car radios, to announce a message for the blonde girl. Inside the radio station, Curt encounters a bearded man who tells him that the voice of The Wolfman is pre-taped from afar.

The man still accepts the message from Curt to see what he could do. As he is leaving the station, Curt sees the man talking into the microphone and hears the voice of The Wolfman, and realizes the man is the actual DJ himself.

 

Sure enough, The Wolfman eventually reads the message on the radio for “The Blonde” to meet Curt or call him at a number which happens to be a telephone booth. Curt waits by the telephone booth and early the next morning, he is awakened by the phone ringing. It turns out to be “The Blonde” who says she knows him and maybe she would see him cruising the coming night. Curt replies probably not, intimating that he decided to go to college and will be leaving that morning.

The Toad, in Steve’s car, and John, in his yellow 1932 Ford Deuce Coupé hot rod, cruise the strip of Modesto. Toad, who is normally socially inept with girls, successfully picks up a flirtatious, and somewhat rebellious, girl named Debbie. John inadvertently picks up Carol, an annoying 12-year-old who seems fond of him. Another drag racer, the handsome and arrogant Bob Falfa, is searching out John in order to challenge him to a race.

Steve and Laurie have a series of arguments and make-ups through the evening. They finally split and, as the story lines intertwine, Bob Falfa picks up Laurie in his black 1955 Chevrolet One-Fifty Coupé. Bob finally finds John and goads him into racing. A parade of cars follow them to “Paradise Road” to watch the race. Laurie rides shotgun with Bob as Toad starts the race. As Bob begins taking a lead in the race, he loses control of the car when a front tire blows, and the car plunges into a ditch and rolls over. Steve and John leap out of their cars and rush to the wreck as a dazed Bob and Laurie stagger out of the car before it explodes. Distraught, Laurie grips Steve tightly and begs him not to leave her. He assures her that he will stay in Modesto.

At the airfield in the morning, Curt says goodbye to his parents, his sister Laurie, Steve, John and The Toad. As the plane takes off, Curt, gazing out of the window, sees the white Ford Thunderbird belonging to the mysterious blonde driving down a country road.

An on-screen epilogue reveals that

John is killed by a drunk driver in December 1964,

Toad is reported missing in action near An Lộc in December 1965,

Steve is an insurance agent in Modesto, California,

and

Curt is a writer living in Canada.

 

Richard Dreyfuss as Curt Henderson

Ron Howard as Steve Bolander

Paul Le Mat as John Milner

Charles Martin Smith as Terry “The Toad” Fields

Cindy Williams as Laurie Henderson

Candy Clark as Debbie Dunham

Mackenzie Phillips as Carol Morrison

Wolfman Jack as himself

Bo Hopkins as Joe Young

Manuel Padilla, Jr. as Carlos

Harrison Ford as Bob Falfa

Lynne Marie Stewart as Bobbie Tucker

Terry McGovern as Mr. Wolfe

Kathleen Quinlan as Peg

Scott Beach as Mr. Gordon

Susan Richardson as Judy

Kay Lenz as Jane

Joe Spano as Vic

Debralee Scott as Falfa’s Girl

Suzanne Somers as “The Blonde” in T-Bird

American Graffiti

 

This slideshow requires JavaScript.

Sources : Wikipedia / YouTube/Pinterest/Google/Tumblr/various

Tears in heaven…First time played…Souvenirs…


We always prefer to let you show videos…let you see pictures…let you listen music and souvenirs than to talk uselessly.

We, ( in our studios) consider that the best way to express our feelings : It’s “music” “videos” and “pictures”. Words could be used but as we  ( you) are coming from different countries and readers / listeners  are from north america to Russia … From South America to Middle East…From Africa to Asian countries..Well, Music, photos  and videos are the best way to express what we like, what we could feel.

Here is an “old” video for an interview : “Eric Clapton”, presenting for the first time his golden hit ” tears in heaven”. We found it on the social networks and of course we are glad to share it with you.

We are waiting for you on “Radio Satellite2” follow us and listen to RadioSatellite2 at work or at home ( or while doing your exercices and sport, in installing our Free applications for your Apple device, Android Device or BlackBerry Device…) for free ( yes..already said ) 🙂

 

 

For the 70s lovers


VIDEO TO WATCH ( below)

VIDEO A VOIR  (en Dessous)

Wonderful


Below this picture,  a video tracing the evolution of dance ( the 20th century)

dance_marathon_1923

 

Sources : shared.com

JOE DASSIN L’INOUBLIABLE… UNFORGETTABLE


Joseph Ira  Dassin, dit Joe Dassin, né le 5 novembre 1938 à New York et mort le 20 août 1980 à Papeete (Tahiti), est un chanteur, compositeur et écrivain américano-français.

En seize ans de carrière (1964-1980), il a connu de nombreux succès dans la francophonie et ailleurs2, notamment en Finlande, en Grèce et en Allemagne 3 : Joe Dassin a vendu plus de 50 millions de disques dans le monde4 dont près de 17 millions de disques en France, soit 10 millions de singles et 7 millions d’albums

Dassin l'été indien

Biographie et parcours professionnel

Naissance et famille

Joe Dassin est le fils de Jules Dassin (1911-2008), réalisateur de films, et de Béatrice Launer (1913-1994), violoniste virtuose, tous deux de nationalité américaine.

Il a deux sœurs, Richelle (surnommée « Ricky ») et Julie (surnommée « la petite »).

Son grand-père, Samuel Dassin, était un émigré juif russe originaire d’Odessa.

A son arrivée en Amérique, ne parlant pas anglais, il dit simplement qu’il venait d’Odessa aux services d’immigration.  Ces derniers l’enregistrèrent sous le nom de « Dassin ».

Les années 1960

Jeunesse

Joe Dassin et ses parents habitent New York puis Los Angeles où il apprend le piano, le banjo et la guitare auprès de sa mère.

Son père ayant brièvement appartenu au Parti communiste américain (jusqu’à la conclusion du pacte germano-soviétique) est dénoncé par un membre du parti, le réalisateur Edward Dmytryk, désireux de s’affranchir des soupçons qui pèsent sur lui  et cédant à la pression de la commission des activités anti-américaines.

Aussi la famille s’expatrie en 1950 en Europe où elle déménage de nombreuses fois .

Suivant son père dans ses tournages, Joe Dassin connait onze écoles : il étudie notamment dans plusieurs collèges en Angleterre, en Italie, à l’Institut Le Rosey en Suisse.

Il passe son bac à Grenoble. Il obtient la mention « bien ».

Supportant mal la séparation de ses parents en 1954, il décide de venger son père, chassé comme un paria, en regagnant les États-Unis.

Il  finance ses études par différents jobs (plongeur dans un restaurant, chauffeur-livreur, testeur psychologique, DJ dans la radio WCX de Détroit) ou en interprétant, dans les cafés autour du campus ou lors de mariages, des airs de son chanteur préféré Georges Brassens, mais est trop timide pour chanter devant un vrai public.  C’est en fréquentant le milieu musical qu’il fait la connaissance de Pete Seeger et Bob Dylan.

Il étudie d’abord la médecine puis choisit la spécialité de l’ethnologie.

Il soutient une thèse d’ethnologie sur la tribu des Indiens Hopis à l’université du Michigan et reçoit le diplôme de « professeur assistant »  le jour de ses 23 ans.

Son doctorat en poche, il est réformé par les autorités militaires à cause d’un souffle au cœur.

Alors qu’il envisage une carrière d’écrivain, il revient en 1962 en France où il rejoint sa mère et ses sœurs.

Il  écrit un roman et des nouvelles, écrit pour des magazines américains (New Yorker, Playboy), travaille comme technicien pour son père, puis fait quelques figurations dans ses films.

Joe Dassin à l'olympia

Joe Dassin à l’olympia

Son père l’engage comme assistant sur le tournage de « Topkapi », film où il fait une brève apparition dans le rôle de Josef.

Le 13 décembre 1963, il rencontre sa compagne, Maryse Massiera, chez Eddie Barclay . L’année suivante, il double des films américains et écrit des articles pour Playboy et The New Yorker.

En 1965, il apparaît dans le film Nick Carter et le trèfle rouge de Jean-Paul Savignac, aux côtés d’Eddie Constantine, Nicole Courcel et Graziella Galvani, et dans Lady L. .

Il est   (aussi)  assistant-metteur en scène sur le tournage de What’s New Pussycat?..

Premiers échecs (1964-1965)

Maryse Massiera est une connaissance de Catherine Régnier, secrétaire chez CBS Records, entreprise qui s’est récemment installée en France afin d’y distribuer les disques de ses stars américaines.

Maryse fait donc passer à son amie une bande sur laquelle Joe Dassin entonne un folk song américain, Freight Train.

Son objectif est de graver cette bande sur un disque simple afin de l’offrir à Joe Dassin pour son anniversaire.

A l’écoute de la bande, CBS est convaincue de lancer son premier artiste francophone. Ainsi, le 26 décembre 1964, Joe Dassin est le  premier résident français à signer avec une maison de disques américaine. Il enregistre quatre titres (dont la version française de Freight Train), accompagné de l’orchestre de Oswald d’Andréa.  Deux chansons sont signées Jean-Michel Rivat et Frank Thomas.

Au mois de juin 1965, il sort un nouvel  Maxi 45t,  dont le titre phare est « Je vais mon chemin ». Ce deuxième disque est un nouvel échec.

Il ne s’écoule qu’à 2 000 exemplaires environ.  Et si, en ce début de carrière, Joe Dassin a quelquefois l’occasion d’interpréter ses chansons à la télévision (notamment « Je change un peu de vent » et «  Je vais mon chemin » ), les médias s’intéressent plus à lui en tant que fils de Jules Dassin qu’en tant que chanteur.

Début du succès (1965-1966)

Son troisième EP sort à la fin de l’année 1965.   Si Bip-bip ne marque pas encore le marché du disque (environ 25 000 exemplaires sont écoulés), ce titre devient son premier succès d’estime.

C’est en tout cas son premier vrai succès radio et  pour la première fois de sa carrière, Joe Dassin fait son apparition dans les hit-parades.

Le 31 décembre 1965, Jacques Souplet, nouveau PDG de CBS France, lui présente celui qui deviendra son producteur et ami, Jacques Plait.

En avril 1966, il sort son quatrième EP (sa première collaboration avec Jacques Plait). Deux titres sortent rapidement du lot :  « Ça m’avance à quoi » et « Comme la lune ».

Bien que les  ventes soient encore modestes,  cependant , les titres sont diffusés en boucle sur les radios musicales  et contribuent à la popularité grandissante du chanteur.

Joe Dassin est plus que jamais catalogué parmi les chanteurs de folk song de langue française. Au cours de l’été, il sort son premier single, « Guantanamera »  ainsi que l’adaptation d’un traditionnel, Katy Cruel.

Joe Dassin effectue également son premier concert en public à l’Ancienne Belgique à Bruxelles. À la fin de l’année, il sort un nouvel EP, « Excuse me lady », ainsi que le tout premier album de sa carrière, Joe Dassin à New-York, album qu’il enregistre à New York. Toujours pas de franc succès commercial, même si Joe Dassin continue lentement sa progression dans les hit-parades.

Reconnaissance (1967-1968)

En janvier 1967, André Salvet et Bernard Chevry créent le MIDEM que Joe Dassin va présenter en deux langues.

Il sort aussi un nouvel EP le 3 mai 1967 .  Il obtient le premier vrai réel succès de sa carrière avec « Les Dalton » . « Viens voir le loup », titre de la face B, est éclipsé et n’obtient qu’un succès d’estime.

Sur ce disque, figure la chanson  « Hello hello »  qui reste le premier texte de Claude Lemesle écrit pour Joe Dassin.

À l’automne 1967, il signe « Bébé requin »  pour France Gall et enregistre un nouveau single dont les titres sont  « Marie-Jeanne » et « Tout bébé a besoin d’une maman ».

JOE DASSIN ON STAGE  ( Listen to Joe Dassin's Songs on webradios Radio Satellite & Radio Satellite2 )

JOE DASSIN ON STAGE ( Listen to Joe Dassin’s Songs on webradios Radio Satellite & Radio Satellite2 )

En mars 1968 sort le nouveau single de Joe Dassin avec La Bande à Bonnot. La chanson devient un classique de l’artiste au fur et à mesure des années. Un mois à peine plus tard, il sort un nouveau 45T, Siffler sur la colline. En pleine période de mai 68, le titre rencontre un grand succès commercial : 500 000 copies sont vendues en France15[réf. incomplète]. Joe Dassin devient avec ce titre une véritable vedette et remporte le premier disque d’or de sa carrière.

En novembre 1968, Joe Dassin confirme son succès en sortant Ma bonne étoile, une reprise d’une chanson italienne (comme Siffler sur la colline) avec des paroles de Pierre Delanoë.

joe Dassin country music

joe Dassin country music

Le titre s’installe en tête des hit-parades et remporte un nouveau disque d’or (367 000 exemplaires). La face B du disque « Un peu comme toi » apparait  également dans les hit-parades. Cette période marque également la fin de la collaboration entre Joe Dassin, Jean-Michel Rivat et Franck Thomas. Le nouveau parolier  attitré de Joe Dassin  est désormais Pierre Delanoë.

En mars 1969, Le Petit Pain au chocolat, toujours adapté de l’italien par Delanoë, devient son nouveau grand succès (447 000 copies). Joe Dassin est de nouveau en tête des hit-parades.

Tournées et récompenses (1969)

Le 1er avril 1969, Joe Dassin est victime d’un premier infarctus. Reprenant ses tournées, il rencontre Boby Lapointe, qui lui présente Georges Brassens et l’emmène en tournée.

L’année 1969 se poursuit par  « Les Champs-Élysées », une adaptation anglaise par Pierre Delanoë de Waterloo Road de Lionel Morton, et « Le Chemin de papa », cosigné par Dassin et Delanoë.

Les deux chansons se vendent à plus de 550 000 exemplaires chacune.

 

Le 22 octobre 1969, Joe Dassin cloture sa tournée à l’Olympia avant de recevoir le grand prix du disque de l’Académie Charles-Cros pour l’album « Le Chemin de papa », qui est l’album le plus vendu de sa carrière (presque 800 000 exemplaires) et dans lequel il reprend l’ensemble de ses hits précédents : « La Bande à Bonnot », « Siffler sur la colline », « Ma bonne étoile », « Le Petit Pain au chocolat », « les Champs-Élysées », « Le Chemin de papa »ou encore « Mon village du bout du monde ».

L’Amérique et nouveaux tubes (1970)

Alors qu’il est au sommet de sa carrière discographique, il enregistre « L’Amérique » ainsi que « Cécilia », deux adaptations signées Delanoë.

Le disque se vend à plus de 730 000 exemplaires.

L’Amérique devient rapidement sa chanson de référence . Désormais chacun de ses concerts est cloturé  par ce titre. Après une tournée au cours de l’été, Joe Dassin est à la recherche de nouveaux titres qui seraient susceptibles de prendre la relève de L’Amérique.

Le retour de l’armée de Claude Lemesle marque un nouveau tournant dans sa carrière.

En effet, à la fin de l’année 1970, celui-ci propose deux chansons à Joe Dassin mais ce dernier les refuse.

De nouveau, Jacques Plait convainc le chanteur d’enregistrer ces deux titres. « La Fleur aux dents »

et « L’Équipe à Jojo » qui remportent un énorme succès.

Les ventes de l’album s’en ressentent (740 000 ventes environ)

Le creux de la vague (1971-1974)

Le 4 janvier 1971, « La Fleur aux dents est mis en vente ».

C’est l’un des grands succès de ce début d’année et 359 000 exemplaires seront vendus.

Fin 1971, Joe Dassin sort un nouvel album ainsi qu’un single extrait de cet album.

La promotion de l’album est correcte et le titre phare de l’album  « Elle était oh »  se classe dans le top 10 des hit-parades de l’époque, mais Joe Dassin connaît tout de même un premier creux de la vague .

Les ventes connaissent un net fléchissement. hormis « Elle était oh »,  peu de titres de l’album s’imposent.

« La Mal Aimée du courrier du cœur », « Bye Bye Louis », « La Ligne de vie » sont repris par d’autres artistes et malgré ceci, le succès n’est pas au rendez-vous.

Joe Dassin retrouve le succès lors de l’été 1972 avec « Taka Takata »  qui s’écoule à 300 000 exemplaires ce qui lui vaut un nouveau disque d’or.

A la fin de l’année, il sort son nouveau succès 3La Complainte de l’heure de pointe3.

Joe Dassin sort alors son nouvel album intitulé «  Joe ».

Fin 1974, Joe Dassin sort un nouvel album. « Vade rétro »  et   « Si tu t’appelles mélancolie » qui  lui permettent de retrouver le succès (384 000 ex).

joe dassin et hélène ségara album

joe dassin et hélène ségara album

Le 24 mai 1975, est lancé sur la marché  « L’Été indien » de Toto Cutugno et de Vito Pallavicini. Titre qui devient le plus grand succès de sa carrière.

Il en vend 950 000 ex en France et quasiment deux millions dans le monde . Le titre est interprété, repris,  dans vingt-cinq pays , traduit en plusieurs langues (allemand, italien, espagnol).

Joe Dassin devient le chanteur français le plus apprécié et le plus exporté dans les pays de l’Est, comme l’URSS ou la Pologne.

joe Dassin l'amérique

joe Dassin l’amérique

L’Été indien ne sort sur aucun album studio du chanteur mais figure sur une compilation de ses plus grands succès, sortie à la fin de l’année 1975. L’Été indien est le plus gros succès de l’année 1975 en France et sa version française un plus grand succès que la version originale italienne.

Fin 1975, Joe Dassin sort un nouveau single : La face A  « Ça va pas changer le monde »  s’accapare   la 1re place des hit-parades.  La face B « Il faut naître à Monaco »  lui permet de se replacer dans un registre musical comique voire ironique.

« Et si tu n’existais pas »  (qui est l’un de ses plus grands classiques) et « Salut »  lui permettent  d’occuper à nouveau les top ( appellés Hit Parade à l’époque).

À la fin des années 1970, Joe participe à plusieurs émissions de Maritie et Gilbert Carpentier avec sa bande composée de Carlos, Jeane Manson, Joelle  ( du groupe il était une fois ) , Dave.

Fin 1976, il présente son nouvel album nommé « Le Jardin du Luxembourg »  composé à l’attention de Dassin, par Toto Cutugno et Vito Pallavicini. Ce titre  est quelque peu boudé par les radios et les télévisions en raison de sa longueur (douze minutes).

Joe Dassin se voit dans l’obligation de présenter une version écourtée du morceau.

Ce titre ne dispose même pas d’une version 45 tours, seul un 45 tours promotionnel verra le jour. Début 1977, ce sont donc «  A toi »  et « Le Café des trois colombes »  qui sortent et remportent un grand succès malgré la vague Disco en cours à cette époque

Le 23 juin 1977, à Paris, Joe Dassin participe au spécial télé Soirée canadienne du Québec à l’Olympia enregistré par la Société Radio-Canada.

Comme chaque fin d’année, il profite des fêtes pour sortir un nouvel album.  « Les femmes de ma vie » ne connait pas de succès, au niveau des ventes.  En revanche, le single extrait de l’album (sur lequel figure  « Dans les yeux d’Émilie » se vend à près de  250 000 exemplaires.

Durant l’été 1978, il enregistre « Si tu penses à moi », adapté de « No Woman, No Cry », un tube de Bob Marley revu par Boney M. Le succès de ce titre est mitigé.

Fin 1978, Joe Dassin atteint ses quinze ans de carrière dans la chanson. Pour l’occasion, il sort un nouvel album intitulé 15 ans déjà.

Le disque obtient un disque d’or pour 100 000 exemplaires vendus

Santé

La santé de Joe Dassin se détériore à cette époque. En décembre 1979, une alerte cardiaque, doublée d’une opération due à un ulcère à l’estomac, l’oblige à annuler toutes ses tournées.

Dans les mois qui suivent, il multiplie les malaises cardiaques, exacerbés par le stress (notamment la procédure juridique concernant la garde de ses enfants depuis son divorce en 1977), l’alcool et la drogue.

Il sort tout de même un ultime single nommé « the guitar don’t lie . Fin juillet 1980, Joe est à nouveau victime d’un infarctus et est hospitalisé à l’hôpital américain de Neuilly.

Décès

Après avoir fait une énorme tournée en Europe dont il  en sort très fatigué, sans avoir obéi à son médecin qui lui avait conseillé de se reposer.  Il  part, donc,  à Tahiti pour une quinzaine de jours de vacances et de repos… Le 20 août 1980, Joe Dassin meurt à l’âge de 41 ans à la suite d’un infarctus du myocarde à Papeete (Tahiti).

Il déjeunait alors avec sa famille et des amis dans le restaurant  « Chez Michel et Éliane »  lorsque soudainement, à 12 h 30, il est pris d’un malaise et s’effondre sur sa chaise.

La seule ambulance de Papeete est indisponible et n’arrive sur les lieux qu’environ quarante minutes après l’attaque cardiaque.

Le cœur de Joe Dassin bat encore à l’hôpital mais de façon très aléatoire. Malgré un massage cardiaque et un essai de réanimation, le médecin ne peut que constater son décès.

Une plaque à sa mémoire est visible à Papeete au bar « le Rétro » sur le front de mer où il est mort, au premier étage. Son monument funéraire se trouve à l’Hollywood Forever Cemetery, cimetière juif d’Hollywood à Los Angeles (Californie).

Joe dassin le meilleur

Joe dassin le meilleur

Vie privée

Le 18 janvier 1966, Joe Dassin se marie avec Maryse Grimaldi. Après avoir avorté à plusieurs reprises « pour qu’elle puisse continuer à le suivre dans ses nombreuses tournées », elle lui donne son premier fils, Joshua, né le 12 septembre 1973 mais mort prématurément, cinq jours après sa naissance.

Joe Dassin est alors animateur d’une série d’émissions radio, Western Story, sur les antennes de Radio Luxembourg.

Séduit par l’environnement de Feucherolles, il y fait construire une très grande maison de 800 m² dans laquelle il vivra avec sa famille de 1975 à 1980. Ses deux enfants y passeront leur petite enfance.

Le 5 mai 1977, il divorce à l’amiable de Maryse Grimaldi. Il a en effet rencontré Christine Delvaux, fille d’un commerçant de Rouen, dans une boîte à la mode de Courchevel où il séjournait pour ses vacances d’hiver.

S’étant perdus de vue, ils se sont retrouvés chez Castel au cours d’une soirée entre amis.

Le 14 janvier 1978, il se marie avec Christine Delvaux à Cotignac. Lors d’un gala qu’il effectue gratuitement dans cette même commune, la municipalité lui offre un terrain. Il fera construire une maison de vacances qu’il occupera plusieurs années. Le 14 septembre 1978, son fils Jonathan naît à l’hôpital américain de Neuilly.

Le 22 mars 1980 naît son second fils, Julien. Christine Delvaux meurt en 1995, à l’âge de 50 ans, foudroyée par une crise d’asthme.

Joe Dassin Les Champs-Élysées

Joe Dassin Les Champs-Élysées

SOURCES: Wikipedia

 

Pour écouter Joe Dassin et toutes les variétés Françaises: Rendez vous sur “RS2: Radio Satellite2”:

Nos applis gratuites pour IPHONES IPAD  APPLE STORE (APPLE device):

APPLICATIONS APPLE / APPLE APPS / APPLE STORE

Nos applis GOOGLE  / GOOGLE STORE / GOOGLE PLAY  ( ANDROID Device)

APPLICATION ANDROID / ANDROID APPS / GOOGLE STORE / GOOGLE PLAY