geovelo


Suite au confinement…Puis déconfinement progressif, nous constatons que des routes cylables sont de plus en plus aménagées.

Il est vrai que ceci ne fait pas le bonheur de tout le monde. Nombreuses sont les personnes qui, soit à cause de l’âge, soit à cause de diverses raisons ( peur du vélo en pleine ville , déplacements en famille avec enfants de bas âge etc… ) préfèrent la voiture, néamoins, il existe une catégorie de personnes, notamment les plus jeunes qui ont opté pour ce genre de mobilités. Et c’est tant mieux. Cela dégagera un peu les transports publics en ces temps de contamination et de distanciation physique demandée voire obligée.

Et c’est pour cela que tout le monde professionnel lié aux déplacements et mobilités notamment le monde du vélo est mobilisé pour créer, améliorer et proposer de nombreux outils pour celles et ceux qui ont opté ou opteront pour le vélo comme moyen de déplacement pour aller à leurs obligations professionnelles ou scolaires. (à condition que le trajet soit faisable en termes de killométrages) .

Concernant les balades et découvertes, nous avons découvert un produit sympa que nous pourrions comparer à Waze (GPS pour auto). Ce produit c’est le GPS pour vélo : GEOVELO.

Produit nouveau, pratique et qui devrait intérersser les cyclistes qui auront envie de découvrir les routes, les chemins divers que ce soit en période de vacances ou de sortie les week end.

Au sein de notre équipe, il n’existe pas de cycliste invétéré maheureusement pour le tester, cependant si d’aucuns / d’aucunes souhaitent le tester, ce produit pourrait sans doute les intéresser.

Alexandre Saboundjian:Interview de “lalettre.pro”


Interview de M Alexandre Saboundjian CEO d’AUDIOVALLEY. Interviewé par “la lettre.pro”.

Nous reprenons l’entretien effectué par le magazine professionnel dédié à l’audio. Vidéo et lien

https://www.lalettre.pro/Alexandre-Saboundjian-L-audio-digital-devrait-etre-en-croissance-en-2020_a22951.html

M ALEXANDRE SABOUNDJIAN

Rating: 5 out of 5.

Records and recording


LONDON — Tucked in a trendy co-working complex in West London, just past the food court and the payment processing start-up, is perhaps the most technologically backward-looking record company in the world.

 

LONDON — Tucked in a trendy co-working complex in West London, just past the food court and the payment processing start-up, is perhaps the most technologically backward-looking record company in the world.

 

The Electric Recording Co., which has been releasing music since 2012, specializes in meticulous recreations of classical and jazz albums from the 1950s and ’60s. Its catalog includes reissues of landmark recordings by Wilhelm Furtwängler, John Coltrane and Thelonious Monk, as well as lesser-known artists favored by collectors, like the violinist Johanna Martzy.

 

This slideshow requires JavaScript.

But what really sets Electric Recording apart is its method — a philosophy of production more akin to the making of small-batch gourmet chocolate than most shrink-wrapped vinyl.

 

Its albums, assembled by hand and released in editions of 300 or fewer — at a cost of $400 to $600 for each LP — are made with restored vintage equipment down to glowing vacuum-tube amplifiers, and mono tape systems that have not been used in more than half a century.

The goal is to ensure a faithful restoration of what the label’s founder, Pete Hutchison, sees as a lost golden age of record-making. Even its record jackets, printed one by one on letterpress machines, show a fanatical devotion to age-old craft.

“It started as wanting to recreate the original but not make it a sort of pastiche,” Hutchison said in a recent interview. “And in order not to create a pastiche, we had to do everything as they had done it.”

 

Electric Recording’s attention to detail, and Hutchison’s delicate engineering style in mastering old records, have given the label a revered status among collectors — yet also drawn subtle ridicule among rivals who view its approach as needlessly expensive and too precious by half.

 

An original Lyrec T818 tape machine that the label has painstakingly renovated, in its London studio.Credit…Tom Jamieson for The New York Times

original Lyrec T818 tape machine

original Lyrec T818 tape machine

 

Hutchison, 53, whose sharp features and foot-long beard make him look like a wayward wizard from “The Lord of the Rings,” dismissed such critiques as examples of the audiophile world’s catty tribalism. Even the word “audiophile,” he feels, is more often an empty marketing gimmick than a reliable sign of quality.
“Audiophiles listen with their ears, not with their hearts,” Hutchison said. He added: “That’s not our game, really.”

So what’s his game?

“The game is trying to do something that is anti-generic, if you like,” he said. “What we’re doing with these old records is essentially taking the technology from the time and remaking it as it was done then, rather than compromising it.”

To a large degree, the vinyl resurgence of the last decade has been fueled by reissues. But no reissue label has gone to the same extremes as Electric Recording.

In 2009, Hutchison bought the two hulking, gunmetal-gray machines he uses to master records — a Lyrec tape deck and lathe, with Ortofon amplifiers, both from 1965 — and spent more than $150,000 restoring them over three years. He has invested thousands more on improvements like replacing their copper wiring with mined silver, which Hutchison said gives the audio signal a greater level of purity.

The machines allow Hutchison to exclude any trace of technology that has crept into the recording process since a time when the Beatles were in moptops. That means not only anything digital or computerized, but also transistors, a mainstay of audio circuitry for decades; instead, the machines’ amplifiers are powered by vacuum tubes (or valves, as British engineers call them).

 

“We’re all about valves here,” Hutchison said on a tour of the label’s studio.

Mastering a vinyl record involves “cutting” grooves into a lacquer disc, a dark art in which tiny adjustments can have a big effect. Unusually among engineers, Hutchison tends to master records at low volumes — sometimes even quieter than the originals — to bring out more of the natural feel of the instruments.
He demonstrated his technique during a recent mastering session for “Mal/2,” a 1957 album by the jazz pianist Mal Waldron that features an appearance by Coltrane. He tested several mastering levels for the song “One by One” — which has lots of staccato trumpet notes, played by Idrees Sulieman — before settling on one that preserved the excitement of the original tape but avoided what Hutchison called a “honk” when the horns reached a climax.

“What you want to hear is the clarity, the harmonics, the textures,” he said. “What you don’t want is to put it on and feel like you’ve got to turn it down.”

These judgments are often subjective. But to test Hutchison’s approach, I visited the New Jersey home of Michael Fremer, a contributing editor at Stereophile and a longtime champion of vinyl. We listened to a handful of Electric Recording releases, comparing them to pressings of the same material by other companies, on Fremer’s state-of-the-art test system (the speakers alone cost $100,000).
Hutchison bought the two hulking, gunmetal-gray machines he uses to master records — both from 1965 — and spent more than $150,000 restoring them over three years.Credit…Tom Jamieson for The New York Times

 

vinyl 3

 

I am often skeptical of claims of vinyl’s superiority, but when listening to one of Electric Recording’s albums of Bach’s solo violin pieces played by Martzy, I was stunned by their clearness and beauty. Compared to the other pressings, Electric Recording’s version had vivid, visceral details, yielding a persuasive illusion of a human being standing before me drawing a bow across a violin.
“It’s magical what they’re doing, recreating these old records,” Fremer said as he swapped out more Electric Recording discs.

Hutchison is a surprising candidate to carry the torch for sepia-toned classical fidelity. In the 1990s, he was a player in the British techno scene with his label Peacefrog; the label’s success in the early 2000s with the minimalist folk of José González helped finance the obsession that became Electric Recording.

Hutchison’s conversion happened after he inherited the classical records owned by his father, who died in 1998. A longtime collector of rock and jazz, Hutchison was entranced by the sound of the decades-old originals, and found newer reissues unsatisfying. He learned that Peacefrog’s distributor, EMI, owned the rights to many of his new favorites. Was it possible to recreate things exactly has they had been done the first time around?

After restoring the machines, Electric Recording put its first three albums on sale in late 2012 — Martzy’s solo Bach sets, originally issued in the mid-1950s.

Hutchison decided that true fidelity applied to packaging as well as recording. Letterpress printing drove up his manufacturing costs, and some of the label’s projects have seemed to push the boundaries of absurdity.

In making “Mozart à Paris,” for example, a near-perfect simulacrum of a deluxe 1956 box set, Hutchison spent months scouring London’s haberdashers to find the right strand of silk for a decorative cord. The seven-disc set is Electric Recording’s most expensive title, at about $3,400 — and one of the few in its catalog that has not sold out.

Hutchison defends such efforts as part of the label’s devotion to authenticity. But it comes at a cost. Its manufacturing methods, and the quality-control attention paid to each record, bring no economies of scale. So Electric Recording would gain no reduction in expenses if it made more, thus negating the question Hutchison is most frequently asked: Why not press more records and sell them more cheaply?

“We probably make the most expensive records in the world,” Hutchison said, “and make the least profit.”

Electric Recording’s prices have drawn head-scratching through the cliquey world of high-end vinyl producers. Chad Kassem, whose company Acoustic Sounds, in Salina, Kan., is one of the world’s biggest vinyl empires, said he admired Hutchison’s work.

“I tip my hat to any company that goes the extra mile to make things as best as possible,” Kassem said.

But he said he was proud of Acoustic Sounds’s work, which like Electric Recording cuts its masters from original tapes and goes to great lengths to capture original design details — and sells most of its records for about $35. I asked Kassem what is the difference between a $35 reissue and a $500 one.
He paused for a moment, then said: “Four hundred sixty-five dollars.”

Yet the market has embraced Electric Recording. Even amid the coronavirus pandemic, Hutchison said, its records have been selling as fast as ever, although the company has had some production hiccups. The only manufacturer of a fabric that Hutchison chose for a Mozart set in the works, by the pianist Lili Kraus, has been locked down in Italy.

The next frontier for Electric Recording is rock. Hutchison recently got permission to reissue “Forever Changes,” the classic 1967 psychedelic album by the California band Love, and said that the original tape had a more unvarnished sound than most fans had heard. He expects that to be released in July, and “Mal/2” is due in August.

But Hutchison seemed most proud of the label’s work on classical records that seemed to come from a distant era. He pulled out a 10-inch mini-album of Bach by the French pianist Yvonne Lefébure, originally released in 1955. Electric Recording painstakingly recreated its dowel spine, its cotton sleeve, its leather cover embossed in gold leaf.

“It’s a nice artifact,” Hutchison said, looking at it lovingly. “It’s a great record as well.”

 

Source : The New York Times

 

 

 

FOR GOOGLE CHROME USERS


In case you use GOOGLE CHROME and the  platform  website dosen’t allow you to listen to some or any radio. It happens : The new rules of Google Chrome since January 2020 

You can follow those instructions to be able to make the player operational

Here is a video showing easy steps to do to make GOOGLE CHROME accept to play music some websites on your computer. (It dosen’t concern all other navigators like Firefox , safari etc…) (At least for now, date of publishing this article)

 

This is the process for one radios’s annuary but it can be also used for all other like TUNEin for instance and all others..

 

 

Sources : ONLINERADIO

 

https://www.listenonlineradio.com/france/radio-satellite

 

 

Salon de la Radio 2020


Le salon de la radio est organisé tous les ans à Paris.

Chaque année, un “pays” invité en est la star

 

Au parc de la Villette Paris 19e a eu lieu le salon annuel pour les professionnels de la radio. Jeudi 23 – Vendredi 24 et Samedi 25 Janvier 2020.

Depuis quelques années, ces jours sont choisis par les organisateurs. A l’époque où le salon était organisé à Paris 16e dans un autre local d’exposition (mais l’espace était nettement plus étroit que l’actuel ) cependant, les jours étaient plus adaptés ( Vendredi Samedi et Dimanche)

En fait, si l’on reprend l’historique de ce salon qui n’est pas si “vieux” que cela.

Ses débuts, timides, prenaient en compte toutes les radios notamment le “marché” des petites structures, dont les radios dites IP ou radios en ligne ( Radios internet ) ou plus connues en France sous le nom de “webradio“.

Cependant, ce salon a pris confiance en lui-même , fort de son succès. D’où sans doute ? le choix de passer au parc de la Villette.

LOGO SALON DE LA RADIO 2020

 

Le salon  a commencé à s’européaniser en invitant chaque année, aussi bien des radios que des entreprises européennes. Nous avons eu la belgique, le royaume uni… Cette année, ce fut le tour de l’allemagne  et l’autriche.

Voici pour la petite histoire du salon.

Nous en parlons, parce qu’avec l’équipe de RadioSatellite, nous avons constaté tout de même, un sacré changement au niveau des stands  : En tout cas, c’est un sentiment, un avis. Nous n’affirmons  pas que c’est le choix des organisateurs mais juste un sentiment. Nous en parlerons un peu plus loin dans notre article.

Arrivés au parking de la villette: Facilité d’accès. Bravo.

Nous avons retrouvé facilement le hall du salon. “nous” c’est en fait une partie de l’équipe qui y va pour la première fois. D’autres membres de l’équipe, vieux habitués du salon,  il est évident que l’endroit géographique du salon aussi bien que les organisateurs leur étaient connus d’emblée.

Arrivés à l’accueil, des membres de l’équipe vérifiant nos badges et scannant ces derniers ont reconnu les plus anciens de la radio. La conversation a eu lieu , les salutations, bla bla polis et amicaux usuels. Bon.. allez..Nous franchissons la porte.

Nous y sommes.

L’accueil ( interne cette fois ci ) nous remet des sacs ( pas mal d’ailleurs pour faire nos courses étant donné que le plastique est abandonné à raison ). Des documents, brochures et plans.

Nous avons commencé à flaner. Les plans, les programmes, nous les connaissions déjà. Tout a été minutieusement étudié en amont dans nos studios. Puis, il faut l’avouer : Nous étions limités à la présentation, débats et conférences ayant lieu uniquement dans la tranche horaire et la journée de notre présence.  D’autres conférences, parait il , étaient interessantes mais nous ne pouvions pas être présents au salon ce jour là.

Les stands…Hum… Oui… Premier choc ( positif ou non, selon les personnes / les radios)

La plupart ciblaient les grosses structures…les grosses radios à gros budget. Enfin, c’est ce qui était présenté en tout cas. C’est ce que les exposants voulaient afficher.

image00004

 

Nous nous souvenons que voici quelques années: Il se trouvait des stands qui proposaient “physiquement” aussi bien des micros à prix hyper compétitifs… des enregistreurs digitaux pour reporters qui envoyaient directement aux studios radios les enregistrements (avec d’autres gadgets importants ), des stands comme  45tours.ca : Un stand canadien qui proposait des contenus ( musique etc..) aux radios : Les radios puisaient gratuitement dans le catalogue que les artistes postaient sur le site de 45tours.ca

 

Tout ce petit monde de la radio , des radios à petit budget…Franchement, nous ne les avons pas vus.  S’ils y étaient?? Ils étaient bien discrets en tout cas.

Pas tous heureusement: Nous avons retrouvé , un fidèle du salon “benztown” : Certes, fidèle d’origine , il ne pouvait surtout pas rater son passage à ce salon , à l’heure où le pays d’origine de BenzTown ( l’allemagne ) était l’invité star

Une partie de l’équipe est partie assiter aux conférences: Nous avions décelé 2 interessantes. Une 3e conférence débat: Franchement ( non ) on s’y serait cru à une conférence politico sociale sur l’emploi. Ils parlaient de chômage, emplois … Bon… Pour ces sujets, autant écouter les infos à la TV.

Donc les 2 autres sujets interessants : L’importance de la radio dans les cas d’urgence: Les invités  intervenants

Haiti intervenants

Effectivement, des sujets cruciaux abordés: Le rôle de la radio. Donc Haiti fut le sujet lors des douloureux évènements ( séismes) à l’époque.

 

This slideshow requires JavaScript.

Le 2e débat : concernait l’hyperlocalisation des radios.

Sujet très interessant

Etaient présents et ont participé à ce débat

This slideshow requires JavaScript.

Divers sujets furent abordés:  Un animateur, une équipe de radio : Peut elle se montrer au public?? Cela démystifie t il “la radio”?  Certaines radios : A la réunion notamment comme l’a précisé une des personnes présentes, préfère que les équipes ne se montrent pas.

D’ailleurs, chacun a son pseudo. Pour les protéger sans doute. Pour leur préserver leur vie privée.  Des avis différents furent émis.  Interessant pour un manager de radio . Parce que même ceci , fait partie de l’image de la radio.

 

Par la suite, nous avons pu papoter avec le responsable du stand de ZENON MEDIA 

zenon-media.com

 

ZENON MEDIA

 

Dans le cadre de nos découvertes: Enfin, pas tant que cela mais pour certains d’entre nous, cela reste encore à découvrir: La radio hybride: c’est un mix entre divers formats de radio ( IP  , FM , DAB+ etc..)

Etant donné que nous (RadioSatellite) c’est l’IP qui nous concerne, cependant l’hybride pourrait nous interesser.

Ainsi , nous avons bavardé avec Max ( Maximilian ) de HRADIO et l’entreprise qui partageait le même stand MARCONI

Avec HRADIO, la conversation a porté sur leur projet européen, qui vient d’être lancé en Janvier 2020  . Projet pour une application dont l’utilisateur sera l’auditeur où il pourra aussi bien écouter  la radio mais aussi , revenir “en arrière” pour ré-écouter ce qu’il / elle aurait manqué. Lorsque nous disons “en arrière” cela concerne plusieurs heures , en arrière. Tout dépend de l’option choisie et payée par la radio pour ses auditeurs.

Projet à suivre en tout cas.

hradio.eu

This slideshow requires JavaScript.

 

Nous avons pu découvrir aussi des consoles, mixers…impressionnants.

Bon certains esprits de contradictions 🙂   vont nous faire la remarque ” mais ce n’est rien.. j’en ai vu de plus lourds et plus impressionnants” : Ok ok.. Nous aussi . Mais tout de même , les voir en live, en direct aussi c’est vraiment un “ouf” . Ou comme le disent nos amis Belges “oufti”

Parmi ces modèles, certains pris en photos et en vidéo aussi

This slideshow requires JavaScript.

 

Parmi les stands, nous avons retrouvé nos vieux amis de RadioKing . La conversation a eu lieu , notamment avec Mathilda , qui a pris ses fonctions récemment au sein de leur équipe. Les sujets étaient divers et assez vastes.

Nous avons abordé les sujets liés à la politique générale de King notamment la politique tarifaire et des sujets liés à la partie technique. C’est une personne très  compétente et très professionnelle.

Mathilda de RadioKing

Mathilda de RadioKing

 

Pour résumer: Le salon a connu des périodes plus fastes, plus variées, plus riches

Voici 2 ans: Par ex: Les débats étaient assez “tendus” entre la radio DAB+ et nos radios IP ( les radios sur internet) : Qui va remplacer qui..? qui sera gagnant ? (En fait, tous les 2 resteront présents et vont se compléter)

Cependant, cette année: Le gros sujet ( assez lourd d’ailleurs et assez critiqué par les visiteurs) : Les PODCASTS.  Tout ou presque  était lié aux podcasts. Alors que les radios “live” notamment les plus modestes : Il existe plus de 10 000 radios “modestes” qu’elles soient associatives ou privées notamment sur internet.  C’est tout un marché pour l’instant très oublié par les annonceurs , par les médias et par les organisateurs du salon.

Lorsqu’ils parlent de webradios ?……   En général ce sont les “webradios déclinées des groupes  FM connus sur le marché…Sans les citer, tout le monde les connait…

Cependant, ce ne sont pas des Webradios “pur sang” ( pure player)  comme les 10 000 ou presque radios en ligne à modeste (ou parfois sans) revenu mais qui forment un marché juteux de par leurs besoins en matériel, logiciels, programmes, habillages , certes plus modestes mais aussi gourmands et surtout des besoins récurrents et “non stop”.

Ceci dit, c’est toujours un plaisir de venir et revenir au salon, chaque année. Etant donné que nous faisons partie des fidèles qui y allons depuis sa création.

Une fois, notre visite terminée, nous avons repris le chemin des studios…Nous vous épargnons les embouteillages parisiens d’un samedi soir 🙂

THUNDERBOLT sur MAC (APPLE)


Thunderbolt

Une petite vidéo pour partager avec vous les technologies liées aux ports des ordinateurs notamment les APPLE ( Imac, Mac pro…)

 

 

Sources : YouTips (Youtube)