Funny video


Une vidéo sympa, pleine d’humour

 

Il faut voir la tête des gens au début : Dégoutés, étonnés et même certains fuyant le gars

Puis une fois le pot aux roses découvert 🙂 Rires…Soulagements et bonne humeur

 

 

 

Eh Bee Family


CLICK HERE PLEASE TO READ AND WATCH VIDEOS

https://radiosatellite.co/2020/02/22/eh-bee-family/

MISS BEE

 

via Eh Bee Family

 

https://radiosatellite.co/2020/02/22/eh-bee-family/

Le salon de la radio et de l’audio Digital 2020


salon de la radio 2020

Comme chaque année, RadioSatellite participe au Salon de la radio qui a lieu à Paris. ( La grande halle de la Villette du 23 au 25 Janvier 2020 inclus)

Chaque année, un pays européen est invité.

Nous avons eu le Royaume Uni, la Belgique… Cette année, du moins le salon de 2020, nous aurons l’allemagne ( les radios d’Allemagne ) comme invités.

Chaque année, des radios de ces pays abordent leur modes de fonctionnement, problématiques etc..

Evidemment, le salon de la radio, c’est aussi bien des “ateliers” que des stands où des produits,  liés au monde de la radio, sont exposés.  Que ce soit du matériel, des logiciels, des programmes, PAD … Bref tout ce qui concerne et touche de près le monde de l’audio ( le monde de l’audio-visuel aussi puisque certaines radios, certains programmes pourraient être  filmés et postés en podcast ” rerun” ( reprise)  vidéo)

 

Pré programme 2020

SOPHIA LOREN ( English/ French/ Italian)


Dans le cadre des articles que nous écrivons ou retranscrivons à partir de sources connues ( comme Wikipedia ), nous avons choisi de reprendre la carrière artistique et la vie d’une actrice, d’une star italienne qui a crevé les écrans de Hollywood les années 50 60 et au delà… SOPHIA LOREN

Une actrice italienne qui parle aussi bien la langue anglaise/ américaine que la langue française.

La beauté, le talent artistique n’a jamais empêché qu’elle ait aussi une culture, éducation et richesse linguistique.

La vie de Sophia Loren , des photos, des vidéos ( en langue italienne, Anglaise et interviews en langue Française ) plus bas dans cet article.

Sachez que vous pouvez traduire aussi bien le site , que les articles via les applications et boutons sur notre site, pour un meilleur confort de lecture
———————————————————–

As part of articles we write or retranscribe from known sources (as Wikipedia), we chose to “talke” about  the artistic career and the life of an actress, an Italian star , a Hollywood star also of the 50s, 60s and 70s . Still star today and a Hollywood Icon

An Italian actress who speaks English and American as well as French.

The beauty mixed to the artistic talent added to her culture, education and linguistic skills.

The life of Sophia Loren, photos, videos (in Italian, English and French language interviews) further down in this article.

To precise :  that you can translate the website as well as  the articles via the applications and buttons on our website, for a better  comfort in the language you prefer.


 

sofia loren 1

Sofia Villani Scicolone born 20 September 1934), known professionally as Sophia Loren is an Italian film actress and singer. She is one of the last surviving stars from the Golden Age of Hollywood.

 

Encouraged to enroll in acting lessons after entering a beauty pageant, Loren began her film career at age 16 in 1950. She appeared in several bit parts and minor roles in the early part of the decade, until her five-picture contract with Paramount in 1956 launched her international career. Notable film appearances around this time include The Pride and the Passion, Houseboat, and It Started in Naples.

 

Her talents as an actress were not recognized until her performance as Cesira in Vittorio De Sica’s Two Women (1961); Loren’s performance earned her the Academy Award for Best Actress, making her the first thespian to win an Oscar for a foreign-language performance.

She holds the record for having earned six David di Donatello Awards for Best Actress: Two Women; Yesterday, Today and Tomorrow (1963); Marriage Italian Style (1964) (for which she was nominated for a second Oscar); Sunflower (1970); The Voyage (1974); and A Special Day (1977).

After starting a family in the early 1970s, Loren chose to make only occasional film appearances. Most recently, she has appeared in American films such as Grumpier Old Men (1995) and Nine (2009).

 

Aside from the Academy Award, she has won a Grammy Award, five special Golden Globes (including the Cecil B. DeMille Award), a BAFTA Award, a Laurel Award, the Volpi Cup for Best Actress at the Venice Film Festival, the Best Actress Award at the Cannes Film Festival and the Honorary Academy Award in 1991.

In 1995, she received the Golden Globe Cecil B. DeMille Award for lifetime achievements, one of many such awards. In 1999, Loren was named by the American Film Institute the 21st greatest female star of Classic Hollywood Cinema, and she is currently the only living actress on the list.

Sofia Villani Scicolone was born on 20 September 1934 in the Clinica Regina Margherita in Rome, Italy,  the daughter of Romilda Villani (1910–1991) and Riccardo Scicolone, a construction engineer of noble descent (Loren wrote in her autobiography that she is entitled to call herself the Marquess of Licata Scicolone Murillo).

Loren’s father Riccardo Scicolone refused to marry Villani,  leaving the piano teacher and aspiring actress without financial support. Loren met with her father three times, at age five, age seventeen and in 1976 at his deathbed, citing that she forgave him but had never forgotten the abandonment of her mother.

Loren’s parents had another child together, her sister Maria, in 1938. Loren has two younger paternal half-brothers, Giuliano and Giuseppe. Romilda, Sofia, and Maria lived with Loren’s grandmother in Pozzuoli, near Naples.

This slideshow requires JavaScript.

During the Second World War, the harbour and munitions plant in Pozzuoli was a frequent bombing target of the Allies. During one raid, as Loren ran to the shelter, she was struck by shrapnel and wounded in the chin. After that, the family moved to Naples, where they were taken in by distant relatives.

After the war, Loren and her family returned to Pozzuoli. Loren’s grandmother Luisa opened a pub in their living room, selling homemade cherry liquor. Romilda Villani played the piano, Maria sang, and Loren waited on tables and washed dishes. The place was popular with the American GIs stationed nearby.

At age 15, Loren as Sofia Lazzaro entered the Miss Italia 1950 beauty pageant and was assigned as Candidate #2, being one to the four sharing contestants representing the Lazio region.

She was selected as one of the last three finalists and won the title of “Miss Elegance 1950” , while Liliana Cardinale won the title of “Miss Cinema” and Anna Maria Bugliari won the grand title of Miss Italia. She returned in 2001 as president of the jury for the 61st edition of the pageant. In 2010, Loren crowned the 71st Miss Italia pageant winner.

 

1951–1953 as Sofia Scicolone, and as Sofia Lazzaro

At age 17, as Sofia Lazzaro, she enrolled in acting class and was selected as an uncredited extra in Mervyn LeRoy’s 1951 film Quo Vadis (1951), filmed when she was 17 years old.

 

That same year, she appeared in Italian film Era lui… sì! sì!, where she played an odalisque, and was credited as Sofia Lazzaro. She appeared in several bit parts and minor roles in the early part of the decade, including the La Favorita (1952).

 

1953–1970 as Sophia Loren

Carlo Ponti changed her name and public image to appeal to a wider audience as Sophia Loren, being a twist on the name of the Swedish actress Märta Torén and suggested by Goffredo Lombardo. Her first starring role was in Aida (1953), for which she received critical acclaim.

After playing the lead role in Two Nights with Cleopatra (1953), her breakthrough role was in The Gold of Naples (1954), directed by Vittorio De Sica. Too Bad She’s Bad, also released in 1954, and (La Bella Mugnaia) (1955) became the first of many films in which Loren co-starred with Marcello Mastroianni.

Over the next three years, she acted in many films, including Scandal in Sorrento, Lucky to Be a Woman, Boy on a Dolphin, Legend of the Lost and The Pride and the Passion.

 

Loren became an international film star following her five-picture contract with Paramount Pictures in 1958.

Among her films at this time were Desire Under the Elms with Anthony Perkins, based upon the Eugene O’Neill play; Houseboat, a romantic comedy co-starring Cary Grant; and George Cukor’s Heller in Pink Tights, in which she appeared as a blonde for the first time.

 

In 1960, she starred in Vittorio De Sica’s Two Women, a stark, gritty story of a mother who is trying to protect her 12-year-old daughter in war-torn Italy.

The two end up gang-raped inside a church as they travel back to their home city following cessation of bombings there.

Originally cast as the daughter, Loren fought against type and was eventually cast as the mother (actress Eleonora Brown would portray the daughter). Loren’s performance earned her many awards, including the Cannes Film Festival’s best performance prize, and an Academy Award for Best Actress, the first major Academy Award for a non-English-language performance or to an Italian actress.

She won 22 international awards for Two Women. The film was extremely well received by critics and a huge commercial success.

Though proud of this accomplishment, Loren did not show up to this award, citing fear of fainting at the award ceremony.

Nevertheless, Cary Grant telephoned her in Rome the next day to inform her of the Oscar award.[citation needed]

 

During the 1960s, Loren was one of the most popular actresses in the world, and continued to make films in the United States and Europe, starring with prominent leading men. In 1964, her career reached its pinnacle when she received $1 million to appear in The Fall of the Roman Empire.

In 1965, she received a second Academy Award nomination for her performance in Marriage Italian-Style.

 

Drawing of Loren by Nicholas Volpe after she won an Oscar for Two Women (1961)

Among Loren’s best-known films of this period are Samuel Bronston’s epic production of El Cid (1961) with Charlton Heston, The Millionairess (1960) with Peter Sellers,

It Started in Naples (1960) with Clark Gable, Vittorio De Sica’s triptych Yesterday,

Today and Tomorrow (1963) with Marcello Mastroianni,

Peter Ustinov’s Lady L (1965) with Paul Newman,

the 1966 classic Arabesque with Gregory Peck, and Charlie Chaplin’s final film

, A Countess from Hong Kong (1967) with Marlon Brando.

Loren received four Golden Globe Awards between 1964 and 1977 as “World Film Favorite – Female”

1970–1988

Loren worked less after becoming a mother. During the next decade, most of her roles were in Italian features.

During the 1970s, she was paired with Richard Burton in the last De Sica-directed film, The Voyage (1974), and a remake of the film Brief Encounter (1974).

The film had its premiere on US television on 12 November 1974 as part of the Hallmark Hall of Fame series on NBC. In 1976, she starred in The Cassandra Crossing.

It fared extremely well internationally, and was a respectable box office success in US market.

She co-starred with Marcello Mastroianni in Ettore Scola’s A Special Day (1977). This movie was nominated for 11 international awards such as two Oscars (best actor in leading role, best foreign picture).

It won a Golden Globe Award and a César Award for best foreign movie. Loren’s performance was awarded with a David di Donatello Award, the seventh in her career. The movie was extremely well received by American reviewers and became a box office hit.

Following this success, Loren starred in an American thriller Brass Target.

This movie received mixed reviews, although it was moderately successful in the United States and internationally.

In 1978, she won her fourth Golden Globe for “world film favorite”.

Other movies of this decade were Academy award nominee Sunflower (1970), which was a critical success, and Arthur Hiller’s Man of La Mancha (1972), which was a critical and commercial failure despite being nominated for several awards, including two Golden Globes. O’Toole and James Coco were nominated for two NBR awards, in addition the NBR listed Man of La Mancha in its best ten pictures of 1972 list.

In 1980, after the international success of the biography Sophia Loren: Living and Loving, Her Own Story by A. Hotchner, Loren portrayed herself and her mother in a made-for-television biopic adaptation of her autobiography, Sophia Loren: Her Own Story. Ritza Brown and Chiara Ferrari each portrayed the younger Loren.

In 1981, she became the first female celebrity to launch her own perfume, ‘Sophia’, and a brand of eyewear soon followed.

In 1982, while in Italy, she made headlines after serving an 18-day prison sentence on tax evasion charges – a fact that failed to hamper her popularity or career.

In fact, Bill Moore, then employed at Pickle Packers International advertising department, sent her a pink pickle-shaped trophy for being “the prettiest lady in the prettiest pickle”. In 2013, the supreme court of Italy cleared her of the charges.

She acted infrequently during the 1980s and in 1981 turned down the role of Alexis Carrington in the television series Dynasty.

Although she was set to star in 13 episodes of CBS’s Falcon Crest in 1984 as Angela Channing’s half-sister Francesca Gioberti, negotiations fell through at the last moment and the role went to Gina Lollobrigida instead. Loren preferred devoting more time to raising her sons.

sophia loren2

Later career

In 1991, Loren received the Academy Honorary Award for her contributions to world cinema and was declared “one of the world cinema’s treasures”. In 1995, she received the Golden Globe Cecil B. DeMille Award.

She presented Federico Fellini with his honorary Oscar in April 1993. In 2009, Loren stated on Larry King Live that Fellini had planned to direct her in a film shortly before his death in 1993.

Throughout the 1990s and 2000s, Loren was selective about choosing her films and ventured into various areas of business, including cookbooks, eyewear, jewelry, and perfume.

She received a Golden Globe nomination for her performance in Robert Altman’s film Ready to Wear (1994), co-starring Julia Roberts.

In 1994, a Golden Palm Star on the Palm Springs, California Walk of Stars was dedicated to her.

In Grumpier Old Men (1995), Loren played a femme fatale opposite Walter Matthau, Jack Lemmon, and Ann-Margret.

The film was a box-office success and became Loren’s biggest US hit in years.

At the 20th Moscow International Film Festival in 1997, she was awarded an Honorable Prize for contribution to cinema. In 1999, the American Film Institute named Loren among the greatest female stars of Golden Age of Hollywood cinema.

In 2001, Loren received a Special Grand Prix of the Americas Award at the Montreal World Film Festival for her body of work.She filmed two projects in Canada during this time: the independent film Between Strangers (2002), directed by her son Edoardo and co-starring Mira Sorvino, and the television miniseries Lives of the Saints (2004).

In 2009, after five years off the set and 14 years since she starred in a prominent US theatrical film, Loren starred in Rob Marshall’s film version of Nine, based on the Broadway musical that tells the story of a director whose midlife crisis causes him to struggle to complete his latest film;

he is forced to balance the influences of numerous formative women in his life, including his deceased mother. Loren was Marshall’s first and only choice for the role.

The film also stars Daniel Day-Lewis, Penélope Cruz, Kate Hudson, Marion Cotillard, and Nicole Kidman. As a part of the cast, she received her first nomination for a Screen Actors Guild Award.

In 2010, Loren played her own mother in a two-part Italian television miniseries about her early life, directed by Vittorio Sindoni with Margareth Madè as Loren, entitled La Mia Casa È Piena di Specchi , based on the memoir by her sister Maria.

In July 2013, Loren made her film comeback in an Italian adaptation of Jean Cocteau’s 1930 play The Human Voice (La Voce Umana), which charts the breakdown of a woman who is left by her lover – with her youngest son, Edoardo Ponti, as director.

Filming took under a month during July in various locations in Italy, including Rome and Naples. It was Loren’s first significant feature film since Nine.

Loren received a star on 16 November 2017, at Almeria Walk of Fame due to his intervention in Bianco, rosso e…. She received the Almería Tierra de Cine award.

In September 1999, Loren filed a lawsuit against 79 adult websites for posting altered nude photos of her on the internet.

Loren is a Roman Catholic. Her primary residence has been in Geneva, Switzerland, since late 2006. She also owns homes in Naples and Rome.

Loren is an ardent fan of the football club S.S.C. Napoli. In May 2007, when the team was third in Serie B, she (then age 72) told the Gazzetta dello Sport that she would do a striptease if the team won.

HOUSEBOAT MOVIE

HOUSEBOAT MOVIE

Affair with Cary Grant

Loren and Cary Grant co-starred in Houseboat (1958). Grant’s wife Betsy Drake wrote the original script, and Grant originally intended that she would star with him.

After he began an affair with Loren while filming The Pride and the Passion (1957), Grant arranged for Loren to take Drake’s place with a rewritten script for which Drake did not receive credit.

The affair ended in bitterness before The Pride and the Passion’s filming ended, causing problems on the Houseboat set.

Grant hoped to resume the relationship, but Loren agreed to marry Carlo Ponti, instead.

Marriage and family

Loren first met Ponti in 1950, when she was 16 and he was 37.

Though Ponti had been long separated from his first wife, Giuliana, he was not legally divorced when Loren married him by proxy (two male lawyers stood in for them) in Mexico on 17 September 1957.

The couple had their marriage annulled in 1962 to escape bigamy charges, but continued to live together.

In 1965, they became French citizens after their application was approved by then French President Georges Pompidou. Ponti then obtained a divorce from Giuliana in France, allowing him to marry Loren on 9 April 1966.

They had two children, Carlo Ponti Jr., born on 29 December 1968, and Edoardo Ponti, born on 6 January 1973.Loren’s daughters-in-law are Sasha Alexander and Andrea Meszaros. Loren has four grandchildren. Loren remained married to Carlo Ponti until his death on 10 January 2007 of pulmonary complications.

sophia loren and Carlo Ponti

In 1962, Loren’s sister Maria married the youngest son of Benito Mussolini, Romano, with whom she had two daughters, Alessandra, a national conservative Italian politician, and Elisabetta.

 

LE TEMPS PASSE


À peine la journée commencée et … il est déjà six heures du soir.
A peine arrivé le lundi et c’est déjà vendredi.
… et le mois est déjà fini.
… et l’année est presque écoulée.

 

… et déjà 40, 50 ou 60 ans de nos vies sont passés.
… et on se rend compte qu’on a perdu nos parents, des amis.
et on se rend compte qu’il est trop tard pour revenir en arrière …
Alors… Essayons malgré tout, de profiter à fond du temps qui nous reste…
N’arrêtons pas de chercher à avoir des activités qui nous plaisent…
Mettons de la couleur dans notre grisaille…

 
Sourions aux petites choses de la vie qui mettent du baume dans nos cœurs.
Et malgré tout, il nous faut continuer de profiter avec sérénité de ce temps qui nous reste. Essayons d’éliminer les “après” …
je le fais après …
je dirai après …
J’y penserai après …

 
On laisse tout pour plus tard comme si “après” était à nous.
Car ce qu’on ne comprend pas, c’est que :
après, le café se refroidit …
après, les priorités changent …
après, le charme est rompu …
après, la santé passe …
après, les enfants grandissent …
après, les parents vieillissent …
après, les promesses sont oubliées …
après, le jour devient la nuit …
après, la vie se termine …
Et après c’est souvent trop tard….
Alors… Ne laissons rien pour plus tard…

 

Car en attendant toujours à plus tard,

nous pouvons perdre les meilleurs moments,
les meilleures expériences,
les meilleurs amis,
la meilleure famille…
Le jour est aujourd’hui… L’instant est maintenant…
Nous ne sommes plus à l’âge où nous pouvons nous

 

permettre de reporter à demain ce qui doit être fait tout de suite.
Alors voyons si vous aurez le temps de lire ce message et ensuite de le partager.
Ou alors vous le laisserez peut-être pour… “plus tard”…
Et vous ne le partagerez “jamais” …. ??

 

vieux couple

La campagne / La ville


Un père très riche, voulait enseigner à son enfant la signification du mot “pauvreté”.
Il lui proposa d’aller passer une journée dans une famille à la campagne... 

 

De retour en ville, le père lui demanda:
Alors, qu’as tu pensé de cette expérience?
As-tu appris quelque chose?
L’enfant lui répondit:

– Nous avons un chien et eux en ont quatre…

– Nous avons une grande piscine, avec de l’eau traitée, mais eux ont un étang, avec de l’eau cristalline, des petits poissons et d’autres belles choses…

– Nous avons la lumière électrique pour éclairer notre jardin, mais eux ont les étoiles et la lune pour s’éclairer…

– Notre jardin arrive jusqu’au mur, le leur va jusqu’à l’horizon…

– Nous achetons notre repas, eux le cultivent, le récoltent et le cuisinent…

– Nous écoutons des cd, eux ont une symphonie continue de criquets, de cigales et autres animaux… Parfois tout ceci est même accompagné par les chants du voisin, qui cultive sa terre…

– Nous utilisons le four à micro ondes et chez eux, tout ce qu’ils cuisinent à la saveur du feu lent…

– Pour nous protéger nous vivons avec des systèmes d’alarme et chez eux les portes restent toujours ouvertes, protégés par l’amitié de leurs voisins…

– Nous sommes toujours reliés à notre téléphone, à notre ordinateur, notre television, eux sont reliés à la vie, au ciel, au soleil, à l’eau, aux champs, aux animaux et à leur famille…

Le père resta très impressionné par tous ces propos…
L’enfant termina en disant ceci:
Merci papa pour m’avoir montré ô combien nous sommes très pauvres…

 

 

campagne

THUNDERBOLT sur MAC (APPLE)


Thunderbolt

Une petite vidéo pour partager avec vous les technologies liées aux ports des ordinateurs notamment les APPLE ( Imac, Mac pro…)

 

 

Sources : YouTips (Youtube)

 

Un repas en musique


Le repas annuel des adhérents du jumelage Chine s’est tenu le samedi 16 mars 2019. La salle Jean XXIII a accueilli 67 personnes, adhérents et amis. Cette année, les instruments de musique traditionnels chinois ont animé cette journée. Présentation sur les panneaux, video de musique sur écran, jeu pour reconnaître le nom des instruments à […]

via Un repas en musique — Rosny – Jumelage Chine

Les couleurs de la peau


Nous reprenons un article paru sur un autre site.

Vidéo et article interessant

 

cover2

Dandanjean

L’être humain est-il seulement blanc, noir et métisse ? Eh bien, c’est un petit peu plus compliqué que cela.

En 2012, Angélica Dass a lancé le projet Humanæ http://humanae.tumblr.com/ .

Cette photographe brésilienne s’est donnée pour mission de cataloguer toutes les nuances de couleurs de peau à la manière du système Pantone.

Elle a déjà réalisé 4 000 portraits dans 18 pays.

View original post

Dolphin


RADIO SATELLITE

Dolphins

CLICK ON VIDEO BELOW

CLIQUEZ SUR LA VIDEO CI-DESSOUS

SOURCE : LIKEWORLD

A lire aussi : http://www.radiosatellite2.com/archives/2014/11/21/31003334.html

View original post

Heroes / Héros


Une petite vidéo qui nous montre qu’il existe encore des héros prêts à tout pour sauver nos amis à 4 pattes

A short video that shows us that there are still heroes ready to do anything to save our four-legged friends

here is a video from Facebook

 

 

cover

GLACES BACHIR A PARIS


Une fois n’est pas coutume mais nous voudrions partager avec vous , lectrices, lecteurs, parisiens, français, Européens, touristes du monde entier de passage à Paris… Partager avec vous cette expérience unique en matière ” d’ice cream” tout simplement

glaces bachir

En effet, nous avons pu flaner dans les rues de Paris :  Et là… Nous découvrons un glacier que nous connaissions certes, basé à l’étranger ( au Liban en l’occurence ) et connu sous les cieux du pays des cèdres. Cependant, la surprise fut de le trouver en France.

 

Il s’agit des Glaces Bachir .

Ayant papoté quelques secondes ( malgré  l’énorme file d’attente ) avec l’une des filles de la famille Bachir qui tient la gestion de ce commerce. Affable, souriante, elle a pu nous laisser un peu de temps pour parler de ce commerce connu  et créé à l’origine en 1936 , à Bickfaya ( Montagne Libanaise ).

Nous avons pu retrouver le goût des parfums dont les “mûres” ( ce genre de fruit spécifique qui a un  goût spécial et unique. Ce goût  spécifique à ce genre de mûres, étant introuvable ailleurs que dans ce pays ), le parfum de la rose et bien d’autres.

Le roi de la fête ( ou la reine sans doute ) c’est la ECHTA enrobée de pistache à gogo et avec ( ou sans , selon la volonté du client ) la chantilly en guise de chapeau couvrant la glace. Un délice à ne pas rater.

GLACES BACHIR PARIS ACHTA PISTACHE CHANTILLY

 

echta pistaches chantilly

 

Si vous passez par Paris, n’hésitez pas à faire un petit détour.

Ceci  n’est pas une publicité. Les gérants de Maurice Bachir ne nous ont rien demandé. Nous avons juste souhaité mettre en lumière une glace artisanale héritée de père / mère en fils / fille depuis les années 30 et qui a franchi le rubicon des frontières pour atteindre Paris et nous refaire découvrir cette glace méconnue par de nombreuses personnes n’ayant pas visité le pays des cèdres.

Notre équipe de RadioSatellite a passé un super moment , en attendant de les revoir dans leur commerce pour acheter à nouveau cette glace notamment la ECHTA ( ou ACHTA selon les prononciations)

 

This slideshow requires JavaScript.

 

This slideshow requires JavaScript.

 

Capture

 

Article : RadioSatellite

Photos : Sources: Google / Website Glaces Bachir / No Garlic No Onions 

 

D’autres reportages :

https://radiosatellite.co/2019/12/29/festiculture/

adorable cat


Aide / cotisation / Contribution

RadioSatellite: Rédaction et radio sont une activité non commerciale. Seuls votre participation et cotisation libre peut aider le site/la radio à poursuivre leurs activités pour acquérir matériel et outils. Merci. —————————————– —————————————– Radio Satellite: Website and radio are a non-commercial activity. Only your participation and free subscription can help the site / radio to continue their activities to acquire equipment and tools. Thank you

€2.00

Un chat qui sait ce qu’il veut

A cat who knows what he wants

 

 

Le chat sait que la personne est sourde. Donc il exprime par les gestes pour lui faire comprendre qu’il veut manger lui aussi : => Au lieu de Miauler

 

The cat knows that the person is deaf. So he expresses with gestures to make him understand that he wants to eat too:  =>  Instead of meowing

 

 

 

I want to eat says the cat

Lors d’une séance de musicothérapie, les cerveaux d’un patient et d’un thérapeute se synchronisent — Blog Nutrition Santé


Une définition de la musicothérapie unique n’existe pas, car elle ne contente pas l’unanimité des praticiens. Cependant, une chose est sûre, il s’agit d’une pratique transdisciplinaire dont les bienfaits en font un soin de support de plus en plus privilégié. Actuellement, la musicothérapie est une pratique quasiment présente sur tous les continents, que ce soit […]

via Lors d’une séance de musicothérapie, les cerveaux d’un patient et d’un thérapeute se synchronisent — Blog Nutrition Santé

 

 

musicotherapie

MICHEL SARDOU


Michel Sardou , né le 26 janvier 1947 à Paris, est un chanteur et comédien français.

 

Fils des comédiens Fernand Sardou et Jackie Sardou, et petit-fils de Valentin Sardou, Michel Sardou est le descendant d’une tradition familiale dans le monde du spectacle depuis le milieu du xixe siècle.

Auteur de nombreux succès, il compte parmi les chanteurs français les plus populaires.

 

Après des débuts difficiles chez Barclay Records, Sardou connaît un début de notoriété, en 1967, avec Les Ricains, d’autant que la censure qui frappe la chanson attire l’attention sur lui.

Ce n’est cependant qu’au début des années 1970 que sa carrière connaît un véritable second départ. Il enchaîne alors les succès et devient en quelques années l’un des artistes les plus appréciés du public.

à partir des années 1990 les tubes se font moins nombreux, sa popularité demeure intacte et il établit souvent des records de fréquentation lors de ses tournées et concerts parisiens.

Depuis la fin des années 2000, il accorde une place de plus en plus importante à ses activités de comédien de théâtre.

 

Michel Sardou développe tout au long de sa carrière une identité artistique singulière, du fait de la grande diversité des thèmes abordés dans ses chansons.

Bien qu’il récuse le terme de « chanteur engagé », les nombreux regards qu’il lance sur la société ont divisé la classe médiatique et les commentateurs à de multiples reprises, déclenchant plusieurs controverses dans les années 1970 et s’attirant les foudres de nombreuses associations, politisées ou non, et principalement du Mouvement de libération des femmes (MLF).

Sardou5

Il subit des polémiques qui, toutefois, n’ont jamais affecté son succès puisque en cinquante années de carrière, il a enregistré 26 albums studio et 18 albums live, réunissant un total de plus de 350 chansons, et reçu quatre Victoires de la musique.

Michel Sardou a vendu plus de 100 millions de disques, ce qui le classe parmi les plus grands vendeurs de disques français.

 

Michel Sardou naît le 26 janvier 1947 à Paris, à 14 heures, dans une clinique de la rue Caulaincourt située dans le 18e arrondissement .

« Enfant de la balle », fils unique de la danseuse et comédienne Jackie Sardou et du chanteur et comédien Fernand Sardou, petit-fils de Valentin Sardou, il est l’héritier d’une longue tradition familiale dans les métiers du spectacle.

Il est d’origine provençale par son père et parisienne par sa mère. Ses grands-parents paternels étaient en effet comiques de scène à Marseille et sa grand-mère maternelle était danseuse de cabaret dans la capitale.

Frédéric Quinonero émet l’hypothèse que le nom « Sardou » renverrait à « sarde », une langue parlée en Sardaigne

Très jeune, il est élevé dans le petit village de Kœur-la-Petite dans la Meuse par une nourrice qui exerce la profession de garde-barrière , Marie-Jeanne, à qui il dédie la chanson Marie ma belle en 19946.

Mais cette existence ne dure pas, et il passe son enfance à suivre ses parents dans les cabarets parisiens où ils se produisent et assiste à leurs tournées , ce qui représente une passion pour lui.

 

Alors pensionnaire au collège du Montcel , établissement privé luxueux de Jouy-en-Josas, sa situation scolaire peu brillante et la vie qu’il mène, entre coulisses et salles de spectacles, le poussent petit à petit à envisager d’arrêter ses études qui ne l’intéressent pas.

En 1964, âgé de dix-sept ans, après avoir passé la première partie de son baccalauréat, il projette de s’enfuir au Brésil afin d’y monter une boîte de strip-tease . Son père le rattrape de justesse à l’aéroport.

Durant la première partie des années 1960, Michel Sardou chante dans différents cabarets de Montmartre, dont celui de Patachou  (mère de l’auteur-compositeur Pierre Billon, avec qui il se lie d’amitié et avec lequel il collabore à partir des années 1970). Il officie également le soir comme serveur-artiste (1963) et chanteur (1964-1965) au cabaret Chez Fernand Sardou ; dans la journée il prend des cours de théâtre chez Raymond Girard puis chez Yves Furet.

 

C’est au théâtre du Châtelet qu’il rencontre la danseuse Françoise Pettré, avec laquelle il se marie en 1965 à l’église Saint-Pierre de Montmartre.

 

Après avoir tourné en tant que figurant dans le film Paris brûle-t-il ? de René Clément en 1965, Michel Sardou décroche un premier contrat avec la maison de disques Barclay Records. Il débute dans la chanson la même année avec le 45 tours Le Madras coécrite avec ses amis Michel Fugain et Patrice Laffont.

Cette chanson qui est une charge contre le mouvement hippie lui offre un premier passage à la télévision, durant lequel il est confronté à un jury, dans lequel figure l’acteur Jean Yanne.

Ces derniers ne l’estiment pas capable de percer dans le monde de la chanson, et la sortie du Madras passe incognito. S’ensuit une série de 45 tours qui, petit à petit, lui donnent un début de notoriété, sans pour autant rencontrer de véritable succès commercial.

 

En 1966, il fait la rencontre de Jacques Revaux, qui devient son plus fidèle collaborateur et le compositeur de nombreuses chansons, dont beaucoup figurent parmi les classiques de son répertoire.

Mais la même année, il est arrêté par les gendarmes, pour avoir oublié de répondre au recensement militaire, dans la salle de Bobino où il assure la première partie du spectacle de François Deguelt. Conduit à la caserne de Montlhéry, il doit alors assumer dix-huit mois de service militaire.

Cette expérience lui inspire, cinq ans plus tard, la chanson satirique Le Rire du sergent.

 

Sa carrière est réellement lancée en 1967, avec le titre Les Ricains, aussitôt censuré : alors que la France est sortie du commandement intégré de l’OTAN un an plus tôt, et que la guerre du Viêt Nam provoque une vague d’antiaméricanisme, Michel Sardou chante le devoir de reconnaissance envers les États-Unis sans qui, affirme-t-il, « vous seriez tous en Germanie / À parler de je ne sais quoi / À saluer je ne sais qui », claires allusions à la Libération de 1944 par les forces alliées.

La chanson n’est pas du goût du Président de la République Charles de Gaulle qui recommande sa non diffusion à l’ORTF, le refrain étant notamment perçu comme une critique de la ligne géopolitique gaullienne. Un gendarme intervient même à Europe n°1 pour se saisir du 45 tours.

Cet épisode confère au chanteur une notoriété nouvelle mais encore fragile. Entre 1967 et 1970, il peine toujours à rencontrer un franc succès ; seule la chanson Petit, en 1968, obtient un succès d’estime. Devant l’enchaînement de 45 tours au succès très mitigé, Eddie Barclay décide en 1969 de résilier son contrat, ne l’estimant « pas fait pour ce métier ». Le même jour, Barclay licencie également Pierre Perret.

 

Le 27 juin 1969, Michel Sardou signe avec la maison de disque Tréma, un label discographique créé la même année par Jacques Revaux et Régis Talar afin de poursuivre la production de ses disques. Sa première fille, Sandrine, naît le 15 janvier 1970.

 

En 1970, il atteint véritablement le statut de vedette. Il enregistre l’album J’habite en France, dont est extrait le 45 tours qui devient son premier grand succès radiophonique et commercial : Les Bals populaires. Alors qu’il n’en voulait initialement pas, cette chanson le place en première place du hit-parade et termine quatrième plus gros succès de l’année 1970.

Plus tard dans l’année, les titres J’habite en France et Et mourir de plaisir, extraits du même album, s’imposent aussi comme de grands succès.

Le style de l’album J’habite en France, qui obtient le prix de l’Académie Charles-Cros remis par le Président de la République Georges Pompidou en 1971, vaut à Sardou d’être classé dans la catégorie « chanteur populaire ». La chanson du même nom l’impose même comme le chanteur de la « France profonde » aux yeux des médias. C’est une image dont il peine à se défaire au cours de sa carrière, bien qu’il ne se soit pas éternisé dans le registre de la chanson à boire.

 

Les Bals populaires ouvrent cependant la voie à une décennie de succès permanent : à chaque sortie d’album, Sardou se hisse dans les premières places du hit-parade. C’est le cas avec Le Rire du sergent (1971), Le Surveillant général (1972), et en 1973, avec La Maladie d’amour.

Cette chanson reste à ce jour son plus gros succès radiophonique, l’album du même nom restant 21 semaines en tête des ventes, un record pour l’époque. Cette réussite est confirmée avec le succès rencontré par les chansons qui suivent : Les Vieux Mariés, Les Villes de solitude (1973), Une fille aux yeux clairs (1974).

En 1971, Michel Sardou se produit pour la première fois à l’Olympia. Mais parallèlement à sa popularité, le chanteur fait l’objet de polémiques de plus en plus vives.

Des voix féministes, dont le Mouvement de libération des femmes, s’élèvent contre les chansons Les Villes de solitude, où Sardou se mettant dans la peau d’un homme sous l’emprise de l’alcool, chante « J’ai envie de violer des femmes, de les forcer à m’admirer » et Les Vieux Mariés, au ton perçu comme patriarcal en raison des vers suivants : « Tu m’as donné de beaux enfants, tu as le droit de te reposer maintenant ». Ces militantes manifestent fréquemment devant les salles où le chanteur doit se produire.

 

Sa seconde fille Cynthia voit le jour le 4 décembre 1973. Un fils, Romain, lui naît le 6 janvier 1974 de sa relation avec Élizabeth Haas, dite « Babette », qu’il épouse par la suite en 1977.

 

Durant l’été 1974, Johnny Hallyday et Michel Sardou se produisent ensemble, le 3 août, aux arènes de Béziers et le 28 août à la patinoire de Genève. L’ordre d’entrée en scène est joué aux dés par les deux protagonistes : Sardou joue en première partie et Hallyday assure la seconde. Il le rejoint pour le final et pour La Musique que j’aime et Johnny B. Goode interprétés en duos.

 

Le chanteur se produit une deuxième fois à l’Olympia du 26 décembre 1974 au 2 février 1975, spectacle dont Carlos assure la première partie.

 

En novembre 1975, sort le 45 tours Le France, chanson dans laquelle Sardou s’exprime au nom du paquebot du même nom, à cette époque amarré à un quai du port du Havre, alors que le gouvernement de Jacques Chirac a annoncé mettre fin à la prise en charge de son déficit : « Ne m’appelez plus jamais France / La France, elle m’a laissé tomber », chante-t-il.

Sardou2

La chanson, qui devient par la suite un classique de son répertoire, se vend à plus d’un million d’exemplaires et lui vaut d’être salué par les syndicats et le Parti communiste français , malgré son image de chanteur engagé à droite et les hostilités qui les avaient déjà séparés. En signe de rétorsion, Valéry Giscard d’Estaing lance contre lui une procédure de redressement fiscal, comme l’explique plus tard le chanteur . Cette chanson précède un album – La Vieille – qui, malgré son succès, cause au chanteur de forts désagréments.

 

 

Le père de Michel Sardou, Fernand Sardou, meurt le 31 janvier 1976.

Fernand_Sardou

Au début de la même année, Sardou se lance dans l’édition d’un magazine, M.S. Magazine, dans un esprit de rivalité et même de polémique avec Claude François qui a repris Podium et en a fait un magazine à succès. Cinq numéros paraissent entre le 1er janvier et le mois de juin 1976.

Après avoir suscité moqueries et controverses, le journal disparaît dans l’indifférence générale. C’est un gouffre financier pour Sardou qui y a investi plus de deux millions et demi de francs.

À l’été 1976, la chanson Je vais t’aimer, deuxième extrait de l’album à paraître, vaut à Sardou un nouveau très gros succès et s’impose comme l’un des titres les plus importants de sa carrière. Le 14 juillet 1976, dans le cadre des célébrations de la fête nationale, Sardou se produit à Strasbourg devant plus de 150 000 spectateurs, accompagné par un orchestre dirigé par Jean Claudric et composé de cent musiciens. L’événement est retransmis en direct sur Europe n°1 et sur FR3.

 

En outre, malgré le grand succès public de l’album La Vieille – qui dépasse le million d’exemplaires vendus –, plusieurs titres issus de cet opus suscitent la polémique : J’accuse, Le Temps des colonies et surtout Je suis pour lui valent de nombreux déboires.

 

Avec Le Temps des colonies, Sardou se voit accusé de faire l’apologie d’un colonialisme primaire et raciste. Les radios refusent de diffuser le titre, sauf France Inter, qui ne le passe qu’une seule fois.

Le quotidien Libération commente alors au sujet de la chanson : « Le fascisme n’est pas passé et Sardou va pouvoir continuer à sortir ses sinistres merdes à l’antenne ». Face aux incompréhensions que la chanson suscite, Sardou demande lui-même le retrait de sa commercialisation en format 45 tours.

Sardou comédien au théatre

Le caractère social des chansons de l’album s’étend jusqu’à Je suis pour, chanson qui évoque un père dont l’enfant a été assassiné et qui clame à cor et à cri : « Tu as tué l’enfant d’un amour / Je veux ta mort, je suis pour ».

Le titre sort en pleine affaire Patrick Henry et met définitivement le feu aux poudres, Sardou se voyant accusé de faire l’apologie de la peine de mort. Le chanteur s’en est pourtant toujours défendu en prétendant illustrer la loi du talion.

 

Alors que le chanteur semble se positionner nettement à droite, ses principaux détracteurs sont Libération, Rouge et Le Quotidien du Peuple, trois journaux marqués à gauche. Sardou déchaîne des batailles éditoriales, comme dans les colonnes de L’Humanité, mais il suscite également de profondes interrogations sur le sens sociologique de son succès.

Dans Rouge, on peut lire par exemple : « Le propre d’un chanteur comme Sardou est d’être parvenu à donner forme à une chanson réactionnaire, au sens fort du mot. Il exprime les effets de la crise des valeurs et de l’idéologie traditionnelle sur ceux qui ne sont pas prêts à remettre présentement celle-ci en cause ».

Les pro et les anti-Sardou, journalistes comme artistes, font entendre leur voix. Ses soutiens écrivent dans les colonnes du Figaro, de Paris Match ou même du Monde. Plusieurs artistes, pourtant engagés à gauche, le soutiennent, comme Yves Montand, Serge Reggiani, Bernard Lavilliers ou encore Maxime Le Forestier, au nom de la liberté d’expression.

Le 11 mars 1977, l’écrivain et polémiste Jean Cau prend la défense de Sardou dans Paris Match, dans un style teinté d’ironie à l’égard de ses détracteurs, et rapportant le climat de violence qui règne alors autour du chanteur.

Début 1977, un comité « anti-Sardou » se forme sous l’impulsion du journaliste belge Bernard Hennebert, se donnant pour but d’empêcher le chanteur de donner ses récitals au cours de la tournée qui commence en février 1977. Des manifestations sont organisées en province contre sa venue, les manifestants l’accueillent par des insultes à son arrivée, peignent des croix gammées sur les véhicules de sa caravane, distribuent des tracts très virulents.

 

Le 18 février 1977, une bombe artisanale est même retrouvée dans la chaufferie de Forest National, à Bruxelles. Michel Sardou prend la décision d’annuler les deux derniers concerts de sa tournée.

 

En 1978 paraît un opuscule intitulé Faut-il brûler Sardou ? écrit par Louis-Jean Calvet et Jean-Claude Klein, dans lequel ils accusent Sardou d’accointances avec l’extrême droite

 

Devant l’ampleur des événements, Michel Sardou prend du recul avec la chanson à caractère social — sans y renoncer pour autant, comme en témoignent les chansons Le Prix d’un homme et Monsieur Ménard, extraits de l’album Je vole (1978), qui évoquent respectivement un enlèvement (l’actualité de cette année-là est marquée par l’enlèvement d’Aldo Moro en Italie  ou encore celui du baron Empain en France) et la violence scolaire (un professeur frappé par un élève).

 

En 1977, il sort un album à nouveau dominé par la chanson d’amour qui lui vaut quelques sommets dans les hit-parades : La Java de Broadway, qui s’écoule à plus d’un million d’exemplaires  et contient notamment la chanson éponyme ainsi que le single le plus vendu de toute sa carrière , succès de l’été 1977, le slow Dix ans plus tôt, dont les ventes dépassent 1,3 million d’exemplaires .

Ce 33 tours, comme celui de 1978 Je vole, lui permettent d’enregistrer des records de vente, prouvant que les événements liés à l’album précédent n’ont pas altéré sa popularité. Les tubes En chantant et Je vole manifestent un retour à la thématique de l’enfance, voire à l’introspection.

À propos d’En chantant, il déclare : « J’avais besoin d’une vraie chanson populaire, facile à entendre et simple à retenir. Les chansons de combat commençaient à me fatiguer. J’avais dans l’idée de changer de métier. J’étais malade, et aucun médecin ne savait de quoi je souffrais. Quelqu’un m’a conseillé de partir en voyage ; en m’assurant que j’allais m’ennuyer partout, mais qu’en rentrant je serais guéri. Je suis parti ».

sardou3

Sardou se marie avec Babette en octobre 1977. Son quatrième et dernier enfant, Davy, naît le 1er juin 1978.

 

Du 28 octobre au 29 novembre 1978, il se produit pour la première fois au Palais des congrès de Paris. Le Temps des colonies figure au programme, mais ni J’accuse ni Je suis pour, l’artiste ayant définitivement renoncé à l’interpréter sur scène.

 

Les albums de 1979 (Verdun) et 1980 (Victoria), qui poussent plus loin cette logique intimiste et personnelle, affichent moins de tubes et moins de titres sortis en 45 tours. Des rumeurs circulent d’ailleurs un temps sur une éventuelle maladie grave, car Sardou se fait plus rare dans les médias.

 

En 1980, il participe à la création de la comédie musicale Les Misérables, interprétant la chanson À la volonté du peuple en prêtant sa voix à Enjolras, personnage du roman éponyme de Victor Hugo. Selon son propre témoignage, il souhaitait incarner le personnage sur scène mais Robert Hossein, le metteur en scène, ne voulait pas de vedette dans la distribution

Michel Sardou

Pendant les années 1980, Michel Sardou voit sa popularité se pérenniser. Tout au long de cette décennie, il produit de nombreux tubes, aidé par la diffusion radiophonique importante, avant chaque sortie d’album, d’une chanson rythmée représentant le nouvel opus (Afrique adieu, Chanteur de jazz, Musulmanes, La même eau qui coule…).

L’album de 1981 (qui contient deux de ses plus grands succès : Les Lacs du Connemara et Être une femme) entre au Livre Guinness pour le niveau de ses ventes.

 

En outre, la fréquentation de ses spectacles, au Palais des congrès de Paris puis, à partir de 1989, au Palais omnisports de Paris-Bercy, est sans cesse croissante. Il se produit la plupart du temps à guichets fermés et bat des records de durée dans plusieurs salles. Les chiffres qu’il établit le classent toujours parmi les chanteurs français les plus populaires. Paraissant plus consensuel, même ses titres les plus « engagés » (le chanteur réfute encore et toujours ce qualificatif) sortis au cours de cette décennie ne suscitent que peu d’émoi.

 

Que ce soient Vladimir Ilitch (1983), à la fois hommage aux idéaux de Lénine et dénonciation des dérives du régime communiste en URSS, Les Deux Écoles (1984), qui évoque l’opposition école libre / école publique au moment du projet de loi Savary, ou Musulmanes (1986), regard amer sur la condition de la femme dans les pays arabes, ces chansons rencontrent plus de succès que de polémique.

Avec cette dernière chanson, qui rend avant tout hommage aux femmes musulmanes, Sardou permet également d’éloigner de lui les suspicions de racisme portées contre lui après Le Temps des colonies, d’autant qu’il précise refuser l’amalgame entre musulmans et « talibans ou poseurs de bombes », qui commencent à sévir dans les années 1980.

Il déclare le 26 novembre 2012 : « Je regrette que des gens bruyants stigmatisent une communauté à des fins électoralistes. J’avais écrit Musulmanes pour rendre hommage à une civilisation, une culture déjà montrée du doigt à l’époque. Mais là, ça devient dément ».

 

Il participe à deux reprises au rallye Paris-Dakar, en voiture, comme co-pilote de Jean-Pierre Jabouille, en 1984 et en 1985, sans jamais parvenir toutefois à terminer la course. Cette expérience au cœur des paysages sahariens est à l’origine de l’écriture de la chanson Musulmanes.

 

En 1987, Michel Sardou obtient la reconnaissance de la profession en recevant aux Victoires de la musique la Victoire de la chanson originale pour Musulmanes. Il fait son premier passage sur la scène du Palais omnisports de Paris-Bercy en 1989.

Lors de la tournée de cette année, chaque représentation parisienne se termine alors par une mise en scène de Robert Hossein impliquant plus de cent figurants sur la chanson Un jour la liberté, écrite spécialement pour commémorer le bicentenaire de la Révolution française.

Au terme de la tournée, le 3 février 1990, il reçoit une Victoire de la musique pour avoir fédéré le plus grand nombre de spectateurs.

 

L’opus Le Successeur paru en 1988, malgré son million d’exemplaires vendu, n’affiche pas de succès probant bien que deux titres soient parus en singles (La même eau qui coule et Attention les enfants… danger).

 

À la fin des années 1980, il participe à plusieurs œuvres caritatives. En 1989, il figure dans la chanson humanitaire de Charles Aznavour Pour toi Arménie, parue quelques mois après le séisme du 7 décembre 1988 ayant violemment frappé l’Arménie, parmi de nombreuses personnalités françaises.

Il y interprète un couplet entier. Sardou, qui était un ami de Coluche et était présent le jour de la création des Restos du Cœur, participe également avec Véronique Sanson, Jean-Jacques Goldman, Johnny Hallyday et Eddy Mitchell à la première tournée des Enfoirés, en 1989. Dans le documentaire Qui êtes-vous Michel Sardou ? de Mireille Dumas diffusé en 2012, il affirme avoir donné « dix briques », soient 100 000 francs, à Coluche pour le lancement de l’association.

Il participe à nouveau aux Enfoirés en 1998, 2004 et 2005.

 

Michel Sardou se marie avec Françoise Pettré en 1965, alors qu’il est âgé de dix-huit ans, pour s’émanciper de l’autorité parentale, la majorité étant à l’époque établie à vingt et un ans. Leur première fille, Sandrine, naît le 15 janvier 1970 et la seconde, Cynthia, le 4 décembre 1973. Ils divorcent en 1977.

Sardou à Bercy

Il se marie une deuxième fois, le 14 octobre 1977, avec Elizabeth Haas, dite « Babette » (sœur de l’astrologue Christine Haas). Elle est la mère de ses fils Romain, né le 6 janvier 1974, et Davy, né le 1er juin 1978.

Mais la tumultueuse relation qu’ils mènent durant plus de vingt années, ponctuée d’infidélités, les pousse au divorce en 1998. Le chanteur déclare entretenir un rapport amical avec elle depuis leur séparation.

 

Michel Sardou se marie une troisième fois le 11 octobre 1999 avec l’ancienne rédactrice en chef de Elle, Anne-Marie Périer. Nicolas Sarkozy, alors maire de Neuilly-sur-Seine, se charge de les unir dans sa mairie.

 

Le fait que son premier fils Romain soit devenu écrivain, mais surtout que son second fils Davy soit devenu comédien perpétue la dynastie d’artistes de la famille Sardou. Davy déclare dans une interview accordée au Figaro : « Il y avait quelque chose de magique. Je n’ai pas choisi ce métier par atavisme, je ne me suis pas dit que je devais continuer la dynastie pour que mes proches soient fiers de moi. Jouer, c’était une envie. »

 

Bien qu’il ait toujours été particulièrement discret sur sa vie privée, Michel Sardou a vu sa fille Cynthia mise sous les feux de la rampe médiatique en 1999. La journaliste, qui allait rejoindre son véhicule le soir du 24 décembre 1999, est victime d’un viol collectif.

Elle raconte ce traumatisme dans le livre Appelez-moi Li Lou, paru en 2005. Si elle a, durant de longues années, pris de froides distances avec son père, elle lui témoigne aujourd’hui une grande reconnaissance pour l’avoir soutenue.

 

Michel Sardou est aujourd’hui cinq fois grand-père : ses petits-enfants se nomment Loïs (fils de Sandrine), Aliénor, Gabriel, Victor-Scott (enfants de Romain) et Lucie (fille de Davy).

 

Il est également notoire que Sardou a entretenu des relations cordiales avec le président de la République François Mitterrand, malgré des opinions politiques a priori opposées, qui l’a par ailleurs décoré de la légion d’honneur. Il entretient aussi une amitié avec l’ancien président Nicolas Sarkozy qui a assisté à son concert le 7 juin 2013 à l’Olympia, bien qu’il ait pris ses distances avec lui depuis.

 

Depuis les années 1970, il est passionné par les chevaux et le sport hippique. En 2011, il décide de s’impliquer dans ce domaine et achète peu à peu sept chevaux de course. L’un de ses chevaux remporte le Prix de Louvigny en 2015.

 

Après avoir habité en Corse, à Miami et à Megève, Sardou réside depuis 2010 dans un manoir du xvie siècle situé à Bénerville-sur-Mer, dans le Calvados, près de Deauville. Il possède une collection de près de deux mille livres anciens.

 

Opinions politiques

Bien qu’il soit toujours considéré comme un des principaux « chanteurs de droite »français

Michel Sardou cite Pierre Mendès France et François Mitterrand parmi ses hommes politiques préférés : « Mes hommes politiques préférés sont morts : de Gaulle, Mendès, Mitterrand ». Il aurait également milité en faveur de Georges Pompidou. Pour Sophie Girault, il serait un anarchiste de droite, campant le plus souvent des personnages hostiles à la « facilité des idéaux conventionnels »

 

Dans un entretien accordé à Paris Match le 23 janvier 1987, il assume être de droite : « Je suis jeune et pourtant je suis de droite. Je vous le dis. Je ne vois pas ce qu’il y a d’antinomique dans cette affirmation. Je le répète donc calmement : je suis de droite », bien qu’il refuse de se « définir uniquement dans ce concept de droite ».

Il poursuit en évoquant un positionnement négatif : « Quand j’affirme être de droite, c’est avant tout une réaction. Je hais le système socialiste au sens historique du terme. C’est-à-dire que j’accepte de vire dans ce qu’il a de primaire, un anti-soviétisme épidermique.

Je commence à me croire de droite à partir du moment où je ne peux pas être de gauche. ». Il précise ensuite que son acception de la droite correspond à un « individualisme moral et social » et à « la tentation de me croire responsable de mon existence », et en exclut  toute forme de xénophobie ou de racisme. Il rejette ainsi toute accointance avec les personnalités Charles Pasqua et Jean-Marie Le Pen.

 

Michel Sardou émet un avis critique à propos de la classe politique actuelle, tous horizons confondus.

 

Il déclare aujourd’hui n’être « ni de droite, ni de gauche, mais chanteur populaire » et critique la mondialisation : « Aujourd’hui tu dépends d’un connard qui est à l’autre bout du monde, qui fait faillite et d’un seul coup 5 000 mecs en Provence sont au chômedu. Je n’aime pas cette mondialisation. Et le président ne peut pas y faire grand-chose ».

 

Ainsi, après avoir un temps soutenu Nicolas Sarkozy, il s’est finalement déclaré déçu par son action lors de son quinquennat, lui reprochant d’avoir beaucoup promis et peu tenu.

Des déclarations qui furent peu appréciées par l’intéressé et qui valurent à Michel Sardou d’être convoqué à l’Élysée (un jour férié), pour le lui faire savoir. « On s’est expliqués, je lui ai redit que j’attendais autre chose de lui, de sa politique. Je suis reparti et il me fait toujours la gueule. Il est très rancunier. »

Après cet épisode, il annonça en 2011 que pour la prochaine présidentielle, tout était possible, même qu’il vote à gauche, mais il vota blanc finalement.

 

Après l’élection de François Hollande, il annonce qu’il aurait finalement préféré un second mandat de Nicolas Sarkozy.

Il déclare en 2013 que « s’il avait 25 ans, il quitterait la France ». Concernant la gauche dans son ensemble, il affirme : « C’est pas la vraie gauche, c’est la gauche où il y a un malentendu. C’est à dire qu’avec la gauche les gens s’imaginent que les petits vont grandir et les gros vont maigrir et en fait, c’est les gros qui maigrissent et les petits qui maigrissent encore plus ».

 

Enfin il émet des réserves sur le système du suffrage universel, argumentant : « C’est le boulevard des promesses qui ne sont jamais tenues. N’importe qui peut se présenter. Moi, demain, si j’ai un peu de pognon, je m’inscris, je passe à la télé et je propose un programme, c’est ridicule »

 

Au revoir de Sardou à la chanson en vidéo

Sardou en Larmes

 

 

Sources Wikipedia / YouTube 

Lovely justice


 

Une justice sociale, proche des gens et pour les gens

prenant en compte la bonne humeur, la situation personnelle des gens.

Voici un juge ( et ce n’est pas un show ) sympa 🙂

Shirley MacLaine


RADIO SATELLITE

Shirley MacLaine (born Shirley MacLean Beaty; April 24, 1934)  is an American film, television and theater actress, singer, dancer, activist and author.

An Academy Award winner, MacLaine received the 40th AFI Life Achievement Award from the American Film Institute in 2012, and received the Kennedy Center Honors for her lifetime contributions to American culture through the performing arts in 2013. She is known for her New Age beliefs, and has an interest in spirituality and reincarnation. She has written a series of autobiographical works that describe these beliefs, document her world travels, and describe her Hollywood career.

Shirley Mac Laine Shirley Mac Laine

A six-time Academy Award nominee, MacLaine received a nomination for Best Documentary Feature for The Other Half of the Sky: A China Memoir (1975), and Best Actress nominations for Some Came Running (1958), The Apartment (1960), Irma la Douce (1963), and The Turning Point (1977), before winning Best Actress for…

View original post 1,597 more words

Nine One One


RADIO SATELLITE

Une série TV US, relatant la vie , au quotidien, des pompiers de la ville de Los Angeles.

9 1 1

Entre les histoires amoureuses des uns et des autres, les intrigues, nous pouvons constater que les pompiers sauvent aussi bien les êtres humains que les animaux dont les requins ( dans un des épisodes)

La vie héroïque des pompiers est mixée à la vie non moins héroïque des standardistes du centre

9 / 1 / 1 ( Nine One One ) par qui tous les appels passent. Les pompiers recevant les instructions pour y aller à partir du Nine One One.

Sans oublier les péripéties de la police, par le biais d’une policière de Los Angeles ( Athena Grant, joué par Angela Bassett ) qui se joint à la joyeuse famille des sauveteurs.

C’est une série qui se veut dans la lignée des série Médicale ( Emergency etc…) Sauf qu’ici nous sentons…

View original post 44 more words

Chat qui retrouve sa maison des années plus tard.


 

C’est la belle histoire du jour. Le chat a pu être retrouvé grâce au hasard et à la perspicacité d’un centre d’accueil pour animaux.

“C’est un rêve. Où étais-tu passé?”. Kazuko Y, 64 ans, n’en croit pas ses yeux lorsqu’elle s’adresse à Suika, son chat. Ce dernier est revenu dans sa maison d’Ofunato plus de trois ans après avoir disparu suite au tremblement de terre et du tsunami qui ont touché le pays le 11 mars 2011.

Comme ils l’ont expliqué au journal Asahi Shimbun, Kazuko et Takeo Y.ont eu la chance de voir leur maison résister au séisme. Seul leur chat avait disparu. Les Yamagishi ont passé trois mois à le chercher sans relâche avant d’abandonner et d’en faire le deuil.

chaton5

 

Après plusieurs jours, l’équipe décidait de diffuser la photo de l’animal dans les journaux locaux. C’est en le photographiant qu’une employée a déchiffré des lettres et un numéro effacés par le temps inscrits à l’intérieur du collier. Bingo, les Yamagishi pouvaient fêter le retour de leur animal de compagnie qu’ils pensaient à jamais perdu.
Le 10 avril dernier, soit trois ans plus tard, un couple en promenade aux abords de la ville de Rikuzentakata (située à une quinzaine de kilomètres au sud d’Ofunato) est tombé sur un chat noir caché sous un arbre et l’a déposé dans le centre de protection des animaux de la ville.

chaton4

 

http://www.radiosatellite2.com/archives/2014/05/14/29871296.html