FESTICULTURE


Aide / cotisation / Contribution

RadioSatellite: RĂ©daction et radio sont une activitĂ© non commerciale. Seuls votre participation et cotisation libre peut aider le site/la radio Ă  poursuivre leurs activitĂ©s pour acquĂ©rir matĂ©riel et outils. Merci. —————————————– —————————————– Radio Satellite: Website and radio are a non-commercial activity. Only your participation and free subscription can help the site / radio to continue their activities to acquire equipment and tools. Thank you

€2.00

 

Comme Ă  son habitude, notre Ă©quipe essaie autant que possible d’effectuer des reportages sur certaines activitĂ©s culturelles qui sont intĂ©ressantes et enrichissantes.

Ce jour, nous avons visité (en tant que visiteurs et non en tant que reporters média éditorial  / média audio ) le salon de la turquie en France, connu sous le nom de FESTICULTURE.

FESTICULTURE PARIS

Cette année, FESTICULTURE au eu lieu à PARIS, parc de la Villette.

Nous avons souvent Ă©crit des reportages sur la turquie, lors de nos voyages en ce fabuleux pays, notamment Ă  Istanbul. Pays que nous apprĂ©cions fortement. Que ce soit pour son histoire glorieuse ou pour ses sites touristiques Ă©poustouflants et.. il faut le prĂ©ciser Ă©tant donnĂ© que nous sommes assez gourmands et gourmets…Pour sa richesse culinaire que ce soit en matiĂšre de cuisine ( plats et repas) qu’en matiĂšre de patisseries orientales et dĂ©sserts ( rĂ©duites en France , (malheureusement) sous le nom de Baklawa.

Pourtant ce ne sont pas les diverses recettes patissiĂšres qui manquent ainsi que les trĂšs nombreuses appellations.

Pour revenir à FESTICULTURE Version 2019: Les stands ne manquent pas de diversités.

Pour certains stands : IntĂ©ressants et qui valent la peine d’ĂȘtre visitĂ©s.

Mais pour d’autres? Franchement, on se croirait au marchĂ©: Vente de poupĂ©e, peluches ou parfois chaussures etc…

Nous ne parlerons que  de la partie intéressante qui représente 90% des stands.

Cependant, un petit bĂ©mol sur l’organisation de cette exposition :

Un dĂ©sordre total. Une dĂ©solation au niveau organisation. MĂȘme certains commercants , Ă  partir de leur stand se dĂ©solaient de cette pagaille.

Nous avons ( comme tout le monde Ă©videmment ) attendu, debout, avancant Ă  pas de tortue ,  dans le cadre d’une file dĂ©sordonnĂ©e  et ce, durant plus de 3 heures…. Ă  l’extĂ©rieur du batiment… Des milliers de visiteurs enfants ( souvent bousculĂ©s les pauvres), des poussettes et bĂ©bĂ©s qui poussent les visiteurs pour avancer. Les parents poussant la poussette et Ă©crasant, involontairement,  les pieds des autres visiteurs.

UNE SEULE porte d’accĂšs ouverte pour ces milliers voire dizanes de milliers de visiteurs qui comme dĂ©jĂ  dit, avancent lentement, debout,  des heures durant.

Alors que les autres nombreuses portes d’accĂšs sont fermĂ©es. Les gens se posaient la question. “Pourquoi”?

Les organisateurs auraient dĂ» dĂ©jĂ  crĂ©e , par exemple  : Une porte spĂ©cifique Ă  ces pauvres parents et leurs enfants, les poussettes notamment pour qu’ils puissent rentrer dans le hall de l’exposition tranquillement et sereinement.

Pour la partie organisation: Nous pouvons Ă©valuer en disant ” peut beaucoup mieux faire”.

UNE PARTIE DE LA FILE D'ATTENTE

UNE PARTIE DE LA FILE D’ATTENTE

A l’intĂ©rieur, Ă©tant donnĂ© le nombre de visiteurs,  l’espace de l’exposition trop “restreint” pour accueillir les visiteurs.  Les gens s’y bousculaient aussi,  malheureusement.

Les visiteurs, au grand coeur, patients et trĂšs affables Ă©taient lĂ  pour compenser la dĂ©faillance organisationnelle.  En fait, c’est typiquement ce qui caractĂ©rise nos amis turques: Leur patience et la solidaritĂ© entre eux durant cette longue attente. Bravo.

HEUREUSEMENT que les stands intéressants étaient là , aussi, pour sauver la mise.

Parlant de stand Ă  visiter ? : INFOCONCEPT

Au mileu de cette foule, nous avons dĂ©couvert ce stand. Nous n’allons pas reprendre la prĂ©sentation puisque le responsable d’INFOCONCEPT nous prĂ©sente l’entreprise sur la vidĂ©o lĂ  dessous. (EXCUSEZ , le mauvais cadrage de la vidĂ©o: BousculĂ©s par les visiteurs nombreux comme dĂ©jĂ  dit, nous avons ratĂ© quelques cadrages. Excuses par avance.

En sus d’INFOCONCEPT ( vraiment top ) et l’accueil des responsables Ă©tant aussi au top

INFO CONCEPT :  19 / 29 avenue des frÚres lumiÚres  95193 GOUSSAINVILLE

email : faruk@infoconcept.net

C’est la fameuse hospitalitĂ© cordiale turque que nous retrouvons.

Nous avons essayĂ© de visiter autant que possible les stands: Evidemment, il a fallu penser Ă  notre ventre qui criait famine surtout que les bonnes odeurs des stands de Kebab, Tantoni,  kefta etc… Ă©taient lĂ  pour nous narguer et nous attirer vers eux, comme un aimant.

Par la mĂȘme occasion, notre responsable technique Ă  la radio a achetĂ© des coussins ( magnifiques) mais bon… Elle nous a obligĂ© Ă  les porter tout le long de notre  visite.

This slideshow requires JavaScript.

Nous ne pouvons rien lui refuser. GrĂące Ă  elle, notre radio fonctionne et la maintenance est parfaite.

Ah oui. Dernier point, nous avons pu assister Ă  la prĂ©sence d’une star nationale turque qui passait par l’expo. Il s’agit de NECIP MEMELI ( Necip : Le prononcer NĂ©jib )

Un acteur qui a enthousiamĂ© la foule. D’ailleurs, nous avons pu le filmer

Vidéo ci dessous.

 

 

Pour rĂ©sumer: Oui, c’est une visite Ă  faire. Un dĂ©tour obligĂ© pour les amoureux de produits turcs. Pour les personnes qui souhaitent un air de voyage et de vacances.

Oui, malgrĂ© la dĂ©sorganisation ( en espĂ©rant que les responsables y remĂ©dieront pour la suite et les annĂ©es Ă  venir )  cette exposition vaut le dĂ©tour. Nous vous encourageons Ă  y aller. Vous passerez de super moments en famille, entre amis et mĂȘme en solo.

Notre reportage terminĂ©, nous sommes rentrĂ©s au studio radio ( avec nos coussins bien Ă©videmment ) tout en prĂ©parant notre planning pour d’autres reportages riches et intĂ©ressants.

 

PHOTO 11

 

Article : Equipe RadioSatellite 

Vidéo:  Equipe RadioSatellite

Musique des vidéos: Composition / Arrangements / Montage Audio-Vidéo: Equipe RadioSatellite

Photos: Equipe RadioSatellite

Reportages: Equipe RadioSatellite

Une JournĂ©e sur la “grand place” de Bruxelles


Nous avons décidé de passer la journée à Bruxelles, en cette période de décoration de Noël.

2

Partant de Paris, le trajet facile voire un peu monotone pour le conducteur de la voiture.

En fait, nous avons l’habitude de prendre la route vers Bruxelles presque 4 ou 5 fois par mois. Route directe…longue… Autoroute A1 / E19… Enfin…

Arrivés à Bruxelles, heureusement que le GPS est en action..

Depuis  des annĂ©es, que nous allons passer des jours voire des semaines Ă  Bruxelles; La capitale europĂ©enne est toujours… Mais vraiment “toujours” en chantier… Des routes bloquĂ©es, des dĂ©viations de route… On s’y perd…Pourtant, depuis le temps, nous devrions y ĂȘtre habituĂ©s. Surtout les tramways qui passent entre les voitures au niveau des croisements.

Cependant, nous aimons cette ville. (aussi bien que la Belgique dans son ensemble ) , au delĂ  de ces chantiers , cette ville est “jeune”. Elle respire l’ouverture europĂ©enne et surtout la vie simple sans chichi, sans complexe.

En france, nous avons divers complexes. A commencer par les scandales et cris horrifiés si une ville envisage  installer une petite crÚche de Noël , pour les quelques jours durant cette célébration.

Nous entendons toutes sortes d’insultes et attaques  pretextant que c’est “anti laĂŻque”. Alors qu’en Belgique, ils assument leur histoire, leur croyances ( ou non ) : La crĂšche de NoĂ«l ,  GEANTE est installĂ©e en plein centre de la “grand place” royale de Bruxelles.

1

Eh oui… Nous aimons la joie, le bonheur, le sourire et l’intelligence de nos amis belges.

La belgique a Ă©tĂ© choisie cette annĂ©e, nous aurions pu opter pour la hollande ou l’allemagne. L’ambiance est aussi joyeuse et heureuse dans ces pays, durant les fĂȘtes de NoĂ«l et de fin d’annĂ©e en gĂ©nĂ©ral.

 

 

En france, actuellement, c’est plutĂŽt la galĂšre entre grĂšves, blocages et arrĂȘts des transports publics (ni trains, ni mĂ©tros), le pays est paralysĂ© en pleine pĂ©riode de fĂȘtes.

Il faut reconnaitre ses défauts , ses qualités aussi mais aussi les qualités des autres voisins.

Notre Ă©quipe s’est dĂ©placĂ©e entre la grand place oĂč nous avons pu admirer la crĂšche de NoĂ«l.

Nous avons revu notre ami le “manneken pis”  aussi bien que son alter Ă©go fĂ©minin “jeanneken pis“.

 

This slideshow requires JavaScript.

 

Pour l’histoire du personnage en question ( le manneken pis ) : Nous prĂ©fĂ©rons vous remettre le lien wikipĂ©dia pour relation tout de A Ă  Z.

Ce qui est certain: Ce petit personnage, cette statue de petite taille est le centre d’intĂ©rĂȘt de tous les touristes, des belges… Du monde entier.

Il est inconcevable qu’un touriste passe par Bruxelles sans passer voir ce petit bonhomme.

Le plus sympathique : Il est habillĂ© en pĂ©riode hivernale ( il faut bien qu’il se protĂšge du froid )  🙂  Alors qu’en pĂ©riode d’Ă©tĂ© / printemps, il est nu comme un vers. Evidemment, dans les 2 cas, ce petit fait pipi “non stop”.

Nous vous avons choisi quelques photos prises par nos Ă©quipes (sauf pour le manneken pis : sources google )

 

 

This slideshow requires JavaScript.

 

D’autres articles / reportages :

Festiculture : Le salon de la Turquie Ă  Paris

young and adult…Jeunes et adultes


Voici une sĂ©rie de photos ( sources Ardegelink ) d’actrices and acteurs jeunes et moins jeunes, cĂŽte Ă  cĂŽte

 

Laissez défiler le diaporama et enjoy

 

Here is a series of photos (sources Ardegelink) of actresses and actors young and adult, side by side

 

Let the slide “on”  and enjoy

 

This slideshow requires JavaScript.

Long Plays… Vinyl Yourself


Une Ă©bauche de quelques photos de 33 Tours ( Long PLay ) de certains artistes.

Couvertures d’album revisitĂ©es par le public et des fans

 

 

This slideshow requires JavaScript.

 

 

Pictures for fun…Photos pour rire


Aide / cotisation / Contribution

RadioSatellite: RĂ©daction et radio sont une activitĂ© non commerciale. Seuls votre participation et cotisation libre peut aider le site/la radio Ă  poursuivre leurs activitĂ©s pour acquĂ©rir matĂ©riel et outils. Merci. —————————————– —————————————– Radio Satellite: Website and radio are a non-commercial activity. Only your participation and free subscription can help the site / radio to continue their activities to acquire equipment and tools. Thank you

€2.00

Nous avons sélectionné quelques photos / images juste pour le fun.

Images drÎles à partager bien sûr

Funny pictures to share of course

Don’t hesitate to share this article ( just for those images)

 

Translation :

 

Left text :

Waow that’s very modern… Rich, Light  in weight like a smartphone

No losing time in downloadine..working without electricity.. what is it??

Right text :

It’s called…A book

1

 

3

 

Translation :

Hey, I was plucked on a beautiful sunny tree … What about you?? from where are you coming?

2

 

Translation:

I know nothing in saving life…But I’m wondering about the  girl on the right of this photo !!!

5

 

 

Translation:

Policeman : Any drugs?? coke? alcohol?

Driver : No thanks, I have everything i need 🙂

9

 

10

 

 

MICHEL SARDOU


Michel Sardou , né le 26 janvier 1947 à Paris, est un chanteur et comédien français.

 

Fils des comĂ©diens Fernand Sardou et Jackie Sardou, et petit-fils de Valentin Sardou, Michel Sardou est le descendant d’une tradition familiale dans le monde du spectacle depuis le milieu du xixe siĂšcle.

Auteur de nombreux succÚs, il compte parmi les chanteurs français les plus populaires.

 

AprĂšs des dĂ©buts difficiles chez Barclay Records, Sardou connaĂźt un dĂ©but de notoriĂ©tĂ©, en 1967, avec Les Ricains, d’autant que la censure qui frappe la chanson attire l’attention sur lui.

Ce n’est cependant qu’au dĂ©but des annĂ©es 1970 que sa carriĂšre connaĂźt un vĂ©ritable second dĂ©part. Il enchaĂźne alors les succĂšs et devient en quelques annĂ©es l’un des artistes les plus apprĂ©ciĂ©s du public.

à partir des années 1990 les tubes se font moins nombreux, sa popularité demeure intacte et il établit souvent des records de fréquentation lors de ses tournées et concerts parisiens.

Depuis la fin des années 2000, il accorde une place de plus en plus importante à ses activités de comédien de théùtre.

 

Michel Sardou développe tout au long de sa carriÚre une identité artistique singuliÚre, du fait de la grande diversité des thÚmes abordés dans ses chansons.

Bien qu’il rĂ©cuse le terme de « chanteur engagĂ© », les nombreux regards qu’il lance sur la sociĂ©tĂ© ont divisĂ© la classe mĂ©diatique et les commentateurs Ă  de multiples reprises, dĂ©clenchant plusieurs controverses dans les annĂ©es 1970 et s’attirant les foudres de nombreuses associations, politisĂ©es ou non, et principalement du Mouvement de libĂ©ration des femmes (MLF).

Sardou5

Il subit des polĂ©miques qui, toutefois, n’ont jamais affectĂ© son succĂšs puisque en cinquante annĂ©es de carriĂšre, il a enregistrĂ© 26 albums studio et 18 albums live, rĂ©unissant un total de plus de 350 chansons, et reçu quatre Victoires de la musique.

Michel Sardou a vendu plus de 100 millions de disques, ce qui le classe parmi les plus grands vendeurs de disques français.

 

Michel Sardou naßt le 26 janvier 1947 à Paris, à 14 heures, dans une clinique de la rue Caulaincourt située dans le 18e arrondissement .

« Enfant de la balle », fils unique de la danseuse et comĂ©dienne Jackie Sardou et du chanteur et comĂ©dien Fernand Sardou, petit-fils de Valentin Sardou, il est l’hĂ©ritier d’une longue tradition familiale dans les mĂ©tiers du spectacle.

Il est d’origine provençale par son pĂšre et parisienne par sa mĂšre. Ses grands-parents paternels Ă©taient en effet comiques de scĂšne Ă  Marseille et sa grand-mĂšre maternelle Ă©tait danseuse de cabaret dans la capitale.

FrĂ©dĂ©ric Quinonero Ă©met l’hypothĂšse que le nom « Sardou » renverrait Ă  « sarde », une langue parlĂ©e en Sardaigne

TrĂšs jeune, il est Ă©levĂ© dans le petit village de KƓur-la-Petite dans la Meuse par une nourrice qui exerce la profession de garde-barriĂšre , Marie-Jeanne, Ă  qui il dĂ©die la chanson Marie ma belle en 19946.

Mais cette existence ne dure pas, et il passe son enfance Ă  suivre ses parents dans les cabarets parisiens oĂč ils se produisent et assiste Ă  leurs tournĂ©es , ce qui reprĂ©sente une passion pour lui.

 

Alors pensionnaire au collĂšge du Montcel , Ă©tablissement privĂ© luxueux de Jouy-en-Josas, sa situation scolaire peu brillante et la vie qu’il mĂšne, entre coulisses et salles de spectacles, le poussent petit Ă  petit Ă  envisager d’arrĂȘter ses Ă©tudes qui ne l’intĂ©ressent pas.

En 1964, ĂągĂ© de dix-sept ans, aprĂšs avoir passĂ© la premiĂšre partie de son baccalaurĂ©at, il projette de s’enfuir au BrĂ©sil afin d’y monter une boĂźte de strip-tease . Son pĂšre le rattrape de justesse Ă  l’aĂ©roport.

Durant la premiĂšre partie des annĂ©es 1960, Michel Sardou chante dans diffĂ©rents cabarets de Montmartre, dont celui de Patachou  (mĂšre de l’auteur-compositeur Pierre Billon, avec qui il se lie d’amitiĂ© et avec lequel il collabore Ă  partir des annĂ©es 1970). Il officie Ă©galement le soir comme serveur-artiste (1963) et chanteur (1964-1965) au cabaret Chez Fernand Sardou ; dans la journĂ©e il prend des cours de thĂ©Ăątre chez Raymond Girard puis chez Yves Furet.

 

C’est au thĂ©Ăątre du ChĂątelet qu’il rencontre la danseuse Françoise PettrĂ©, avec laquelle il se marie en 1965 Ă  l’Ă©glise Saint-Pierre de Montmartre.

 

AprĂšs avoir tournĂ© en tant que figurant dans le film Paris brĂ»le-t-il ? de RenĂ© ClĂ©ment en 1965, Michel Sardou dĂ©croche un premier contrat avec la maison de disques Barclay Records. Il dĂ©bute dans la chanson la mĂȘme annĂ©e avec le 45 tours Le Madras coĂ©crite avec ses amis Michel Fugain et Patrice Laffont.

Cette chanson qui est une charge contre le mouvement hippie lui offre un premier passage Ă  la tĂ©lĂ©vision, durant lequel il est confrontĂ© Ă  un jury, dans lequel figure l’acteur Jean Yanne.

Ces derniers ne l’estiment pas capable de percer dans le monde de la chanson, et la sortie du Madras passe incognito. S’ensuit une sĂ©rie de 45 tours qui, petit Ă  petit, lui donnent un dĂ©but de notoriĂ©tĂ©, sans pour autant rencontrer de vĂ©ritable succĂšs commercial.

 

En 1966, il fait la rencontre de Jacques Revaux, qui devient son plus fidÚle collaborateur et le compositeur de nombreuses chansons, dont beaucoup figurent parmi les classiques de son répertoire.

Mais la mĂȘme annĂ©e, il est arrĂȘtĂ© par les gendarmes, pour avoir oubliĂ© de rĂ©pondre au recensement militaire, dans la salle de Bobino oĂč il assure la premiĂšre partie du spectacle de François Deguelt. Conduit Ă  la caserne de MontlhĂ©ry, il doit alors assumer dix-huit mois de service militaire.

Cette expérience lui inspire, cinq ans plus tard, la chanson satirique Le Rire du sergent.

 

Sa carriĂšre est rĂ©ellement lancĂ©e en 1967, avec le titre Les Ricains, aussitĂŽt censurĂ© : alors que la France est sortie du commandement intĂ©grĂ© de l’OTAN un an plus tĂŽt, et que la guerre du ViĂȘt Nam provoque une vague d’antiamĂ©ricanisme, Michel Sardou chante le devoir de reconnaissance envers les États-Unis sans qui, affirme-t-il, « vous seriez tous en Germanie / À parler de je ne sais quoi / À saluer je ne sais qui », claires allusions Ă  la LibĂ©ration de 1944 par les forces alliĂ©es.

La chanson n’est pas du goĂ»t du PrĂ©sident de la RĂ©publique Charles de Gaulle qui recommande sa non diffusion Ă  l’ORTF, le refrain Ă©tant notamment perçu comme une critique de la ligne gĂ©opolitique gaullienne. Un gendarme intervient mĂȘme Ă  Europe n°1 pour se saisir du 45 tours.

Cet Ă©pisode confĂšre au chanteur une notoriĂ©tĂ© nouvelle mais encore fragile. Entre 1967 et 1970, il peine toujours Ă  rencontrer un franc succĂšs ; seule la chanson Petit, en 1968, obtient un succĂšs d’estime. Devant l’enchaĂźnement de 45 tours au succĂšs trĂšs mitigĂ©, Eddie Barclay dĂ©cide en 1969 de rĂ©silier son contrat, ne l’estimant « pas fait pour ce mĂ©tier ». Le mĂȘme jour, Barclay licencie Ă©galement Pierre Perret.

 

Le 27 juin 1969, Michel Sardou signe avec la maison de disque TrĂ©ma, un label discographique crĂ©Ă© la mĂȘme annĂ©e par Jacques Revaux et RĂ©gis Talar afin de poursuivre la production de ses disques. Sa premiĂšre fille, Sandrine, naĂźt le 15 janvier 1970.

 

En 1970, il atteint vĂ©ritablement le statut de vedette. Il enregistre l’album J’habite en France, dont est extrait le 45 tours qui devient son premier grand succĂšs radiophonique et commercial : Les Bals populaires. Alors qu’il n’en voulait initialement pas, cette chanson le place en premiĂšre place du hit-parade et termine quatriĂšme plus gros succĂšs de l’annĂ©e 1970.

Plus tard dans l’annĂ©e, les titres J’habite en France et Et mourir de plaisir, extraits du mĂȘme album, s’imposent aussi comme de grands succĂšs.

Le style de l’album J’habite en France, qui obtient le prix de l’AcadĂ©mie Charles-Cros remis par le PrĂ©sident de la RĂ©publique Georges Pompidou en 1971, vaut Ă  Sardou d’ĂȘtre classĂ© dans la catĂ©gorie « chanteur populaire ». La chanson du mĂȘme nom l’impose mĂȘme comme le chanteur de la « France profonde » aux yeux des mĂ©dias. C’est une image dont il peine Ă  se dĂ©faire au cours de sa carriĂšre, bien qu’il ne se soit pas Ă©ternisĂ© dans le registre de la chanson Ă  boire.

 

Les Bals populaires ouvrent cependant la voie Ă  une dĂ©cennie de succĂšs permanent : Ă  chaque sortie d’album, Sardou se hisse dans les premiĂšres places du hit-parade. C’est le cas avec Le Rire du sergent (1971), Le Surveillant gĂ©nĂ©ral (1972), et en 1973, avec La Maladie d’amour.

Cette chanson reste Ă  ce jour son plus gros succĂšs radiophonique, l’album du mĂȘme nom restant 21 semaines en tĂȘte des ventes, un record pour l’Ă©poque. Cette rĂ©ussite est confirmĂ©e avec le succĂšs rencontrĂ© par les chansons qui suivent : Les Vieux MariĂ©s, Les Villes de solitude (1973), Une fille aux yeux clairs (1974).

En 1971, Michel Sardou se produit pour la premiĂšre fois Ă  l’Olympia. Mais parallĂšlement Ă  sa popularitĂ©, le chanteur fait l’objet de polĂ©miques de plus en plus vives.

Des voix fĂ©ministes, dont le Mouvement de libĂ©ration des femmes, s’élĂšvent contre les chansons Les Villes de solitude, oĂč Sardou se mettant dans la peau d’un homme sous l’emprise de l’alcool, chante « J’ai envie de violer des femmes, de les forcer Ă  m’admirer » et Les Vieux MariĂ©s, au ton perçu comme patriarcal en raison des vers suivants : « Tu m’as donnĂ© de beaux enfants, tu as le droit de te reposer maintenant ». Ces militantes manifestent frĂ©quemment devant les salles oĂč le chanteur doit se produire.

 

Sa seconde fille Cynthia voit le jour le 4 dĂ©cembre 1973. Un fils, Romain, lui naĂźt le 6 janvier 1974 de sa relation avec Élizabeth Haas, dite « Babette », qu’il Ă©pouse par la suite en 1977.

 

Durant l’Ă©tĂ© 1974, Johnny Hallyday et Michel Sardou se produisent ensemble, le 3 aoĂ»t, aux arĂšnes de BĂ©ziers et le 28 aoĂ»t Ă  la patinoire de GenĂšve. L’ordre d’entrĂ©e en scĂšne est jouĂ© aux dĂ©s par les deux protagonistes : Sardou joue en premiĂšre partie et Hallyday assure la seconde. Il le rejoint pour le final et pour La Musique que j’aime et Johnny B. Goode interprĂ©tĂ©s en duos.

 

Le chanteur se produit une deuxiĂšme fois Ă  l’Olympia du 26 dĂ©cembre 1974 au 2 fĂ©vrier 1975, spectacle dont Carlos assure la premiĂšre partie.

 

En novembre 1975, sort le 45 tours Le France, chanson dans laquelle Sardou s’exprime au nom du paquebot du mĂȘme nom, Ă  cette Ă©poque amarrĂ© Ă  un quai du port du Havre, alors que le gouvernement de Jacques Chirac a annoncĂ© mettre fin Ă  la prise en charge de son dĂ©ficit : « Ne m’appelez plus jamais France / La France, elle m’a laissĂ© tomber », chante-t-il.

Sardou2

La chanson, qui devient par la suite un classique de son rĂ©pertoire, se vend Ă  plus d’un million d’exemplaires et lui vaut d’ĂȘtre saluĂ© par les syndicats et le Parti communiste français , malgrĂ© son image de chanteur engagĂ© Ă  droite et les hostilitĂ©s qui les avaient dĂ©jĂ  sĂ©parĂ©s. En signe de rĂ©torsion, ValĂ©ry Giscard d’Estaing lance contre lui une procĂ©dure de redressement fiscal, comme l’explique plus tard le chanteur . Cette chanson prĂ©cĂšde un album – La Vieille – qui, malgrĂ© son succĂšs, cause au chanteur de forts dĂ©sagrĂ©ments.

 

 

Le pĂšre de Michel Sardou, Fernand Sardou, meurt le 31 janvier 1976.

Fernand_Sardou

Au dĂ©but de la mĂȘme annĂ©e, Sardou se lance dans l’Ă©dition d’un magazine, M.S. Magazine, dans un esprit de rivalitĂ© et mĂȘme de polĂ©mique avec Claude François qui a repris Podium et en a fait un magazine Ă  succĂšs. Cinq numĂ©ros paraissent entre le 1er janvier et le mois de juin 1976.

AprĂšs avoir suscitĂ© moqueries et controverses, le journal disparaĂźt dans l’indiffĂ©rence gĂ©nĂ©rale. C’est un gouffre financier pour Sardou qui y a investi plus de deux millions et demi de francs.

À l’Ă©tĂ© 1976, la chanson Je vais t’aimer, deuxiĂšme extrait de l’album Ă  paraĂźtre, vaut Ă  Sardou un nouveau trĂšs gros succĂšs et s’impose comme l’un des titres les plus importants de sa carriĂšre. Le 14 juillet 1976, dans le cadre des cĂ©lĂ©brations de la fĂȘte nationale, Sardou se produit Ă  Strasbourg devant plus de 150 000 spectateurs, accompagnĂ© par un orchestre dirigĂ© par Jean Claudric et composĂ© de cent musiciens. L’Ă©vĂ©nement est retransmis en direct sur Europe n°1 et sur FR3.

 

En outre, malgrĂ© le grand succĂšs public de l’album La Vieille – qui dĂ©passe le million d’exemplaires vendus –, plusieurs titres issus de cet opus suscitent la polĂ©mique : J’accuse, Le Temps des colonies et surtout Je suis pour lui valent de nombreux dĂ©boires.

 

Avec Le Temps des colonies, Sardou se voit accusĂ© de faire l’apologie d’un colonialisme primaire et raciste. Les radios refusent de diffuser le titre, sauf France Inter, qui ne le passe qu’une seule fois.

Le quotidien LibĂ©ration commente alors au sujet de la chanson : « Le fascisme n’est pas passĂ© et Sardou va pouvoir continuer Ă  sortir ses sinistres merdes Ă  l’antenne ». Face aux incomprĂ©hensions que la chanson suscite, Sardou demande lui-mĂȘme le retrait de sa commercialisation en format 45 tours.

Sardou comédien au théatre

Le caractĂšre social des chansons de l’album s’étend jusqu’Ă  Je suis pour, chanson qui Ă©voque un pĂšre dont l’enfant a Ă©tĂ© assassinĂ© et qui clame Ă  cor et Ă  cri : « Tu as tuĂ© l’enfant d’un amour / Je veux ta mort, je suis pour ».

Le titre sort en pleine affaire Patrick Henry et met dĂ©finitivement le feu aux poudres, Sardou se voyant accusĂ© de faire l’apologie de la peine de mort. Le chanteur s’en est pourtant toujours dĂ©fendu en prĂ©tendant illustrer la loi du talion.

 

Alors que le chanteur semble se positionner nettement Ă  droite, ses principaux dĂ©tracteurs sont LibĂ©ration, Rouge et Le Quotidien du Peuple, trois journaux marquĂ©s Ă  gauche. Sardou dĂ©chaĂźne des batailles Ă©ditoriales, comme dans les colonnes de L’HumanitĂ©, mais il suscite Ă©galement de profondes interrogations sur le sens sociologique de son succĂšs.

Dans Rouge, on peut lire par exemple : « Le propre d’un chanteur comme Sardou est d’ĂȘtre parvenu Ă  donner forme Ă  une chanson rĂ©actionnaire, au sens fort du mot. Il exprime les effets de la crise des valeurs et de l’idĂ©ologie traditionnelle sur ceux qui ne sont pas prĂȘts Ă  remettre prĂ©sentement celle-ci en cause ».

Les pro et les anti-Sardou, journalistes comme artistes, font entendre leur voix. Ses soutiens Ă©crivent dans les colonnes du Figaro, de Paris Match ou mĂȘme du Monde. Plusieurs artistes, pourtant engagĂ©s Ă  gauche, le soutiennent, comme Yves Montand, Serge Reggiani, Bernard Lavilliers ou encore Maxime Le Forestier, au nom de la libertĂ© d’expression.

Le 11 mars 1977, l’Ă©crivain et polĂ©miste Jean Cau prend la dĂ©fense de Sardou dans Paris Match, dans un style teintĂ© d’ironie Ă  l’Ă©gard de ses dĂ©tracteurs, et rapportant le climat de violence qui rĂšgne alors autour du chanteur.

DĂ©but 1977, un comitĂ© « anti-Sardou » se forme sous l’impulsion du journaliste belge Bernard Hennebert, se donnant pour but d’empĂȘcher le chanteur de donner ses rĂ©citals au cours de la tournĂ©e qui commence en fĂ©vrier 1977. Des manifestations sont organisĂ©es en province contre sa venue, les manifestants l’accueillent par des insultes Ă  son arrivĂ©e, peignent des croix gammĂ©es sur les vĂ©hicules de sa caravane, distribuent des tracts trĂšs virulents.

 

Le 18 fĂ©vrier 1977, une bombe artisanale est mĂȘme retrouvĂ©e dans la chaufferie de Forest National, Ă  Bruxelles. Michel Sardou prend la dĂ©cision d’annuler les deux derniers concerts de sa tournĂ©e.

 

En 1978 paraĂźt un opuscule intitulĂ© Faut-il brĂ»ler Sardou ? Ă©crit par Louis-Jean Calvet et Jean-Claude Klein, dans lequel ils accusent Sardou d’accointances avec l’extrĂȘme droite

 

Devant l’ampleur des Ă©vĂ©nements, Michel Sardou prend du recul avec la chanson Ă  caractĂšre social — sans y renoncer pour autant, comme en tĂ©moignent les chansons Le Prix d’un homme et Monsieur MĂ©nard, extraits de l’album Je vole (1978), qui Ă©voquent respectivement un enlĂšvement (l’actualitĂ© de cette annĂ©e-lĂ  est marquĂ©e par l’enlĂšvement d’Aldo Moro en Italie  ou encore celui du baron Empain en France) et la violence scolaire (un professeur frappĂ© par un Ă©lĂšve).

 

En 1977, il sort un album Ă  nouveau dominĂ© par la chanson d’amour qui lui vaut quelques sommets dans les hit-parades : La Java de Broadway, qui s’Ă©coule Ă  plus d’un million d’exemplaires  et contient notamment la chanson Ă©ponyme ainsi que le single le plus vendu de toute sa carriĂšre , succĂšs de l’Ă©tĂ© 1977, le slow Dix ans plus tĂŽt, dont les ventes dĂ©passent 1,3 million d’exemplaires .

Ce 33 tours, comme celui de 1978 Je vole, lui permettent d’enregistrer des records de vente, prouvant que les Ă©vĂ©nements liĂ©s Ă  l’album prĂ©cĂ©dent n’ont pas altĂ©rĂ© sa popularitĂ©. Les tubes En chantant et Je vole manifestent un retour Ă  la thĂ©matique de l’enfance, voire Ă  l’introspection.

À propos d’En chantant, il dĂ©clare : « J’avais besoin d’une vraie chanson populaire, facile Ă  entendre et simple Ă  retenir. Les chansons de combat commençaient Ă  me fatiguer. J’avais dans l’idĂ©e de changer de mĂ©tier. J’Ă©tais malade, et aucun mĂ©decin ne savait de quoi je souffrais. Quelqu’un m’a conseillĂ© de partir en voyage ; en m’assurant que j’allais m’ennuyer partout, mais qu’en rentrant je serais guĂ©ri. Je suis parti ».

sardou3

Sardou se marie avec Babette en octobre 1977. Son quatriĂšme et dernier enfant, Davy, naĂźt le 1er juin 1978.

 

Du 28 octobre au 29 novembre 1978, il se produit pour la premiĂšre fois au Palais des congrĂšs de Paris. Le Temps des colonies figure au programme, mais ni J’accuse ni Je suis pour, l’artiste ayant dĂ©finitivement renoncĂ© Ă  l’interprĂ©ter sur scĂšne.

 

Les albums de 1979 (Verdun) et 1980 (Victoria), qui poussent plus loin cette logique intimiste et personnelle, affichent moins de tubes et moins de titres sortis en 45 tours. Des rumeurs circulent d’ailleurs un temps sur une Ă©ventuelle maladie grave, car Sardou se fait plus rare dans les mĂ©dias.

 

En 1980, il participe Ă  la crĂ©ation de la comĂ©die musicale Les MisĂ©rables, interprĂ©tant la chanson À la volontĂ© du peuple en prĂȘtant sa voix Ă  Enjolras, personnage du roman Ă©ponyme de Victor Hugo. Selon son propre tĂ©moignage, il souhaitait incarner le personnage sur scĂšne mais Robert Hossein, le metteur en scĂšne, ne voulait pas de vedette dans la distribution

Michel Sardou

Pendant les annĂ©es 1980, Michel Sardou voit sa popularitĂ© se pĂ©renniser. Tout au long de cette dĂ©cennie, il produit de nombreux tubes, aidĂ© par la diffusion radiophonique importante, avant chaque sortie d’album, d’une chanson rythmĂ©e reprĂ©sentant le nouvel opus (Afrique adieu, Chanteur de jazz, Musulmanes, La mĂȘme eau qui coule
).

L’album de 1981 (qui contient deux de ses plus grands succĂšs : Les Lacs du Connemara et Être une femme) entre au Livre Guinness pour le niveau de ses ventes.

 

En outre, la frĂ©quentation de ses spectacles, au Palais des congrĂšs de Paris puis, Ă  partir de 1989, au Palais omnisports de Paris-Bercy, est sans cesse croissante. Il se produit la plupart du temps Ă  guichets fermĂ©s et bat des records de durĂ©e dans plusieurs salles. Les chiffres qu’il Ă©tablit le classent toujours parmi les chanteurs français les plus populaires. Paraissant plus consensuel, mĂȘme ses titres les plus « engagĂ©s » (le chanteur rĂ©fute encore et toujours ce qualificatif) sortis au cours de cette dĂ©cennie ne suscitent que peu d’Ă©moi.

 

Que ce soient Vladimir Ilitch (1983), Ă  la fois hommage aux idĂ©aux de LĂ©nine et dĂ©nonciation des dĂ©rives du rĂ©gime communiste en URSS, Les Deux Écoles (1984), qui Ă©voque l’opposition Ă©cole libre / Ă©cole publique au moment du projet de loi Savary, ou Musulmanes (1986), regard amer sur la condition de la femme dans les pays arabes, ces chansons rencontrent plus de succĂšs que de polĂ©mique.

Avec cette derniĂšre chanson, qui rend avant tout hommage aux femmes musulmanes, Sardou permet Ă©galement d’Ă©loigner de lui les suspicions de racisme portĂ©es contre lui aprĂšs Le Temps des colonies, d’autant qu’il prĂ©cise refuser l’amalgame entre musulmans et « talibans ou poseurs de bombes », qui commencent Ă  sĂ©vir dans les annĂ©es 1980.

Il dĂ©clare le 26 novembre 2012 : « Je regrette que des gens bruyants stigmatisent une communautĂ© Ă  des fins Ă©lectoralistes. J’avais Ă©crit Musulmanes pour rendre hommage Ă  une civilisation, une culture dĂ©jĂ  montrĂ©e du doigt Ă  l’époque. Mais lĂ , ça devient dĂ©ment ».

 

Il participe Ă  deux reprises au rallye Paris-Dakar, en voiture, comme co-pilote de Jean-Pierre Jabouille, en 1984 et en 1985, sans jamais parvenir toutefois Ă  terminer la course. Cette expĂ©rience au cƓur des paysages sahariens est Ă  l’origine de l’Ă©criture de la chanson Musulmanes.

 

En 1987, Michel Sardou obtient la reconnaissance de la profession en recevant aux Victoires de la musique la Victoire de la chanson originale pour Musulmanes. Il fait son premier passage sur la scĂšne du Palais omnisports de Paris-Bercy en 1989.

Lors de la tournée de cette année, chaque représentation parisienne se termine alors par une mise en scÚne de Robert Hossein impliquant plus de cent figurants sur la chanson Un jour la liberté, écrite spécialement pour commémorer le bicentenaire de la Révolution française.

Au terme de la tournée, le 3 février 1990, il reçoit une Victoire de la musique pour avoir fédéré le plus grand nombre de spectateurs.

 

L’opus Le Successeur paru en 1988, malgrĂ© son million d’exemplaires vendu, n’affiche pas de succĂšs probant bien que deux titres soient parus en singles (La mĂȘme eau qui coule et Attention les enfants
 danger).

 

À la fin des annĂ©es 1980, il participe Ă  plusieurs Ɠuvres caritatives. En 1989, il figure dans la chanson humanitaire de Charles Aznavour Pour toi ArmĂ©nie, parue quelques mois aprĂšs le sĂ©isme du 7 dĂ©cembre 1988 ayant violemment frappĂ© l’ArmĂ©nie, parmi de nombreuses personnalitĂ©s françaises.

Il y interprĂšte un couplet entier. Sardou, qui Ă©tait un ami de Coluche et Ă©tait prĂ©sent le jour de la crĂ©ation des Restos du CƓur, participe Ă©galement avec VĂ©ronique Sanson, Jean-Jacques Goldman, Johnny Hallyday et Eddy Mitchell Ă  la premiĂšre tournĂ©e des EnfoirĂ©s, en 1989. Dans le documentaire Qui ĂȘtes-vous Michel Sardou ? de Mireille Dumas diffusĂ© en 2012, il affirme avoir donnĂ© « dix briques », soient 100 000 francs, Ă  Coluche pour le lancement de l’association.

Il participe à nouveau aux Enfoirés en 1998, 2004 et 2005.

 

Michel Sardou se marie avec Françoise PettrĂ© en 1965, alors qu’il est ĂągĂ© de dix-huit ans, pour s’Ă©manciper de l’autoritĂ© parentale, la majoritĂ© Ă©tant Ă  l’Ă©poque Ă©tablie Ă  vingt et un ans. Leur premiĂšre fille, Sandrine, naĂźt le 15 janvier 1970 et la seconde, Cynthia, le 4 dĂ©cembre 1973. Ils divorcent en 1977.

Sardou Ă  Bercy

Il se marie une deuxiĂšme fois, le 14 octobre 1977, avec Elizabeth Haas, dite « Babette » (sƓur de l’astrologue Christine Haas). Elle est la mĂšre de ses fils Romain, nĂ© le 6 janvier 1974, et Davy, nĂ© le 1er juin 1978.

Mais la tumultueuse relation qu’ils mĂšnent durant plus de vingt annĂ©es, ponctuĂ©e d’infidĂ©litĂ©s, les pousse au divorce en 1998. Le chanteur dĂ©clare entretenir un rapport amical avec elle depuis leur sĂ©paration.

 

Michel Sardou se marie une troisiĂšme fois le 11 octobre 1999 avec l’ancienne rĂ©dactrice en chef de Elle, Anne-Marie PĂ©rier. Nicolas Sarkozy, alors maire de Neuilly-sur-Seine, se charge de les unir dans sa mairie.

 

Le fait que son premier fils Romain soit devenu Ă©crivain, mais surtout que son second fils Davy soit devenu comĂ©dien perpĂ©tue la dynastie d’artistes de la famille Sardou. Davy dĂ©clare dans une interview accordĂ©e au Figaro : « Il y avait quelque chose de magique. Je n’ai pas choisi ce mĂ©tier par atavisme, je ne me suis pas dit que je devais continuer la dynastie pour que mes proches soient fiers de moi. Jouer, c’Ă©tait une envie. »

 

Bien qu’il ait toujours Ă©tĂ© particuliĂšrement discret sur sa vie privĂ©e, Michel Sardou a vu sa fille Cynthia mise sous les feux de la rampe mĂ©diatique en 1999. La journaliste, qui allait rejoindre son vĂ©hicule le soir du 24 dĂ©cembre 1999, est victime d’un viol collectif.

Elle raconte ce traumatisme dans le livre Appelez-moi Li Lou, paru en 2005. Si elle a, durant de longues annĂ©es, pris de froides distances avec son pĂšre, elle lui tĂ©moigne aujourd’hui une grande reconnaissance pour l’avoir soutenue.

 

Michel Sardou est aujourd’hui cinq fois grand-pĂšre : ses petits-enfants se nomment LoĂŻs (fils de Sandrine), AliĂ©nor, Gabriel, Victor-Scott (enfants de Romain) et Lucie (fille de Davy).

 

Il est Ă©galement notoire que Sardou a entretenu des relations cordiales avec le prĂ©sident de la RĂ©publique François Mitterrand, malgrĂ© des opinions politiques a priori opposĂ©es, qui l’a par ailleurs dĂ©corĂ© de la lĂ©gion d’honneur. Il entretient aussi une amitiĂ© avec l’ancien prĂ©sident Nicolas Sarkozy qui a assistĂ© Ă  son concert le 7 juin 2013 Ă  l’Olympia, bien qu’il ait pris ses distances avec lui depuis.

 

Depuis les annĂ©es 1970, il est passionnĂ© par les chevaux et le sport hippique. En 2011, il dĂ©cide de s’impliquer dans ce domaine et achĂšte peu Ă  peu sept chevaux de course. L’un de ses chevaux remporte le Prix de Louvigny en 2015.

 

AprÚs avoir habité en Corse, à Miami et à MegÚve, Sardou réside depuis 2010 dans un manoir du xvie siÚcle situé à Bénerville-sur-Mer, dans le Calvados, prÚs de Deauville. Il possÚde une collection de prÚs de deux mille livres anciens.

 

Opinions politiques

Bien qu’il soit toujours considĂ©rĂ© comme un des principaux « chanteurs de droite »français

Michel Sardou cite Pierre MendÚs France et François Mitterrand parmi ses hommes politiques préférés : « Mes hommes politiques préférés sont morts : de Gaulle, MendÚs, Mitterrand ». Il aurait également milité en faveur de Georges Pompidou. Pour Sophie Girault, il serait un anarchiste de droite, campant le plus souvent des personnages hostiles à la « facilité des idéaux conventionnels »

 

Dans un entretien accordĂ© Ă  Paris Match le 23 janvier 1987, il assume ĂȘtre de droite : « Je suis jeune et pourtant je suis de droite. Je vous le dis. Je ne vois pas ce qu’il y a d’antinomique dans cette affirmation. Je le rĂ©pĂšte donc calmement : je suis de droite », bien qu’il refuse de se « dĂ©finir uniquement dans ce concept de droite ».

Il poursuit en Ă©voquant un positionnement nĂ©gatif : « Quand j’affirme ĂȘtre de droite, c’est avant tout une rĂ©action. Je hais le systĂšme socialiste au sens historique du terme. C’est-Ă -dire que j’accepte de vire dans ce qu’il a de primaire, un anti-soviĂ©tisme Ă©pidermique.

Je commence Ă  me croire de droite Ă  partir du moment oĂč je ne peux pas ĂȘtre de gauche. ». Il prĂ©cise ensuite que son acception de la droite correspond Ă  un « individualisme moral et social » et Ă  « la tentation de me croire responsable de mon existence », et en exclut  toute forme de xĂ©nophobie ou de racisme. Il rejette ainsi toute accointance avec les personnalitĂ©s Charles Pasqua et Jean-Marie Le Pen.

 

Michel Sardou Ă©met un avis critique Ă  propos de la classe politique actuelle, tous horizons confondus.

 

Il dĂ©clare aujourd’hui n’ĂȘtre « ni de droite, ni de gauche, mais chanteur populaire » et critique la mondialisation : « Aujourd’hui tu dĂ©pends d’un connard qui est Ă  l’autre bout du monde, qui fait faillite et d’un seul coup 5 000 mecs en Provence sont au chĂŽmedu. Je n’aime pas cette mondialisation. Et le prĂ©sident ne peut pas y faire grand-chose ».

 

Ainsi, aprĂšs avoir un temps soutenu Nicolas Sarkozy, il s’est finalement dĂ©clarĂ© déçu par son action lors de son quinquennat, lui reprochant d’avoir beaucoup promis et peu tenu.

Des dĂ©clarations qui furent peu apprĂ©ciĂ©es par l’intĂ©ressĂ© et qui valurent Ă  Michel Sardou d’ĂȘtre convoquĂ© Ă  l’ÉlysĂ©e (un jour fĂ©riĂ©), pour le lui faire savoir. « On s’est expliquĂ©s, je lui ai redit que j’attendais autre chose de lui, de sa politique. Je suis reparti et il me fait toujours la gueule. Il est trĂšs rancunier. »

AprĂšs cet Ă©pisode, il annonça en 2011 que pour la prochaine prĂ©sidentielle, tout Ă©tait possible, mĂȘme qu’il vote Ă  gauche, mais il vota blanc finalement.

 

AprĂšs l’Ă©lection de François Hollande, il annonce qu’il aurait finalement prĂ©fĂ©rĂ© un second mandat de Nicolas Sarkozy.

Il dĂ©clare en 2013 que « s’il avait 25 ans, il quitterait la France ». Concernant la gauche dans son ensemble, il affirme : « C’est pas la vraie gauche, c’est la gauche oĂč il y a un malentendu. C’est Ă  dire qu’avec la gauche les gens s’imaginent que les petits vont grandir et les gros vont maigrir et en fait, c’est les gros qui maigrissent et les petits qui maigrissent encore plus ».

 

Enfin il Ă©met des rĂ©serves sur le systĂšme du suffrage universel, argumentant : « C’est le boulevard des promesses qui ne sont jamais tenues. N’importe qui peut se prĂ©senter. Moi, demain, si j’ai un peu de pognon, je m’inscris, je passe Ă  la tĂ©lĂ© et je propose un programme, c’est ridicule »

 

Au revoir de Sardou à la chanson en vidéo

Sardou en Larmes

 

 

Sources Wikipedia / YouTube 

MANIFEST TV


 Un pÚre, Une mÚre, 2 enfants

( jumeaux : 1 garçon et 1 fille d’environ 11 ans ), la jeune tante paternelle et les grands parents des enfants.

Revenant de vacances et attendant Ă  l’aĂ©roport  leur vol de retour.

 

manifest

 

Annonce de la compagnie d’aviation : Overbooking. La compagnie offre 400 US Dollars pour les passagers qui acceptent de prendre le vol suivant.

Le pùre, la tante et l’un des enfants ( le garçon ) restent pour le vol qui va suivre, contents d’encaisser chacun 400 US $

 

manifest3

 

Durant le vol de retour,  de ces derniers: De trùs fortes secousses qui durent prùs de 5 minutes. L’impression que l’avion est en train de tomber. Les masques d’oxygùne apparaissent
Bref, l’avion est en train de chuter


 

manifest4

 

Puis ? Soudain..Rien.. le calme
l’avion est restabilisĂ© pour le bonheur de tous les passagers et l’équipe Ă  bord.

Quelques heures plus tard, le commandant de bord annonce à la tour de contrÎle leur arrivée.

Silence radio de la part de la tour de contrĂŽle puis la tour repose la question : « confirmation de votre numĂ©ro de vol et du nom du commandant de bord et d’autres questions »  Le commandant rĂ©pond Ă  nouveau mais intriguĂ©.

La tour leur ordonne d’atterrir sur un autre aĂ©roport plus isolĂ©.

Accueil de l’avion par des dizaines  de policiers, NSA, CIA etc
Plus d’agents fĂ©dĂ©raux que d’équipes d’aĂ©roports.

 

La raison ? : Les 5 minutes de chute de l’avions correspondent Ă  5 annĂ©es pour le reste du monde.

L’avion avait Ă©tĂ© portĂ© disparu

Les passagers déclarés décédés

Pour revenir à la famille citée plus haut : La mÚre avait commencé à refaire sa vie

La jeune tante (une trentaine d’annĂ©es) : Son fiancĂ© a Ă©pousĂ© la meilleure amie de cette tante

La grand-mÚre : Décédée

La fille de 11 ans  est devenue jeune fille de 16 ans : Elle retrouve son jumeau qui n’a que 11 ans

Twins Manifest TV

Le monde a changĂ© , Ă©voluĂ©, les gens ont refait leur vie . Difficile de se refaire sa vie dans ces conditions surtout que tous les passagers ont acquis  ( Ă  divers degrĂ©s ) des forces dignes de super hĂ©ros  : Des voix qui leur demandent d’agir pour aider, des voix qui les aident parfois, des intuitions, des prĂ©monitions
Chacun Ă  des degrĂ©s diffĂ©rents certes, cependant,  il existe « un truc » bizarre » qui les relie toutes / tous.

Les passagers de ce vol 828 sont connectés entre eux.

 

Sans vous raconter la suite : Il faut savoir que des organisations criminelles  cherchent Ă  exploiter  ce don. Des passagers sans attaches, ni familles sont kidnappĂ©s depuis l’aĂ©roport pour leur faire passer des tests inhumains et douloureux. D’autres passagers de ce vol 828,  qui parlent trop sont assassinĂ©s sous divers prĂ©textes crapuleux


 

Un suspens garanti
Une série à voir
 RadioSatellite & RadioSatellite2 vous le conseillent vivement

manifest2

 

 

Sources Photos : Divers / Google

Source Video : Youtube

Article : RadioSatellite

 

Il construit des pianos de 5 mĂštres de hauteur (vidĂ©o)


#Piano #Music #Musique

Etrange et Insolite

David Klavins est un pianiste qui, pendant des annĂ©es, n’a pas pu trouver de pianos produisant les sons qu’il imaginait dans sa tĂȘte.

View original post 60 more words

Travelling the world


OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Travelling the world

If you’ve ever considered going on a road trip through Iceland, chances are you will have heard of the ‘ring road’. The ring road – or route one – is a 1,332km circular road that runs all around Iceland, connecting all the major cities and towns. This road is well maintained and well signed, making it the perfect way to travel all around Iceland.

Because of the circular nature of the road, pretty much all Icelandic road trips will start (and end) in the capital of Reykjavik.

We had picked up our rental car a couple of days before actually departing from Reykjavik, as it made more sense to use the capital as a base to explore the Golden Circle rather than trying to cram too much into each day.

After packing up our little car and finally saying goodbye to the hustle and bustle of the capital, it wasn’t long before we goodbye to the traffic and finally arrived onto route one.

Seljalandsfoss

Our first stop on route one was Seljalandsfoss, one of approximately fifty bajillion waterfalls in Iceland. In a country of so many beautiful waterfalls – or foss’ in Icelandic – they need to be pretty dang special to stand out. Luckily, Seljalandsfoss isn’t just any other waterfall.

No, Seljalandsfoss is one of the few waterfalls in the world which allow you to actually walk behind the plummeting stream of water! Due to the hollowed out and cave-esque nature of this rock, Seljalandsfoss provides visitors with a way to see a waterfall from a totally different perspective.

Fair warning, even though it looks like the pathway is quite far from the water, you will absolutely still get wet!

 

SOURCES : TO CONTINUE READING :


https://travellingtheworldsolo.com/2019/04/16/day-one-of-driving-icelands-ring-road-waterfalls-waterfalls-and-more-waterfalls/

 

This slideshow requires JavaScript.

 

 

Evasion de prison, destination dentiste


Un dĂ©tenu s’est Ă©vadĂ© d’une prison suĂ©doise pour faire soigner une rage de dent avant de se rendre Ă  la police, et a vu sa peine prolongĂ©e d’une journĂ©e.

funny dentist

funny dentist

 

Le prisonnier s’était Ă©chappĂ© dĂ©but novembre de la prison de Oestragaard dans le sud-ouest de la SuĂšde, deux jours avant la date de la fin de sa peine, “parce qu’il avait mal aux dents et voulait aller chez le dentiste”, ont indiquĂ© des responsables de la prison. “En sortant du dentiste il s’est rendu Ă  la police”, selon la mĂȘme source.

pĂšre noel en prison

pĂšre noel en prison

L’homme de 51 ans s’était plaint de maux de dents auprĂšs des responsables de la prison quatre jours avant son Ă©vasion de cette prison aux mesures de sĂ©curitĂ© peu strictes. “Tout mon visage Ă©tait totalement enflĂ©â€, a expliquĂ© ce prisonnier au quotidien suĂ©dois Dagens Nyheter. “A la fin je ne pouvais plus le supporter”, a-t-il ajoutĂ©.

Sa peine, d’un mois de dĂ©tention Ă  l’origine, a Ă©tĂ© prolongĂ©e de 24 heures, les responsables de la prison ayant dĂ©cidĂ© de dĂ©compter le jour de l’incident du temps purgĂ© en prison. Le dĂ©tenu, qui a quittĂ© la prison depuis, a expliquĂ© au journal suĂ©dois qu’il Ă©tait avant tout content de s’ĂȘtre dĂ©barrassĂ© de sa rage de dent. “Maintenant il me reste Ă  payer la note du dentiste”, a-t-il conclu.

Dentiste ancienne Ă©poque

Dentiste ancienne Ă©poque

Source  de l’article AFP  / 7S7 belgique.

 

 

Vivre ensemble


COEXIST , VIVRE EN PAIX, HUMANITE, VIVRE ENSEMBLE

Tant Ă  faire

Dandanjean

cropped-coexist-11.jpg

Nous sommes ce que nous pensons. MĂȘme si nous nous mentons et que nos dires et nos actes ne vont pas tout Ă  fait dans le mĂȘme sens, ce que nous pensons fini toujours par nous modeler. L’enlignement de cohĂ©rence entre ce que nous pensons, nous disons et ce que nous faisons est une tension continue qui finit par faire son Ɠuvre.

Dans cette perspective, il est plus facile de comprendre les personnes qui se cherchent une vision du monde Ă  partir d’une pensĂ©e unique. Que ce soit dans l’espace spirituel, religieux, politique ou des mouvements sociaux, ils se simplifient la vie pour maintenir l’enlignement de cohĂ©rence. Le champ des possibilitĂ©s du discours ou des comportements sont ainsi rĂ©duit.

Il y a pourtant de grands moments d’émerveillement et de dĂ©passements dans l’expĂ©rience de l’ouverture, de l’acceptation de la diversitĂ© et des doutes qui en dĂ©coulent, du questionnement des faits et


View original post 120 more words

The ULTIMATE Guide & Itinerary for a Trip : NAMIBIA


When I think back on all the trips I have done so far, my road trip from Cape Town to Windhoek will definitely go down as one of my all time favourites. 25 mots de plus

via The ULTIMATE Guide + Itinerary for an EPIC Road Trip Through NAMIBIA — TRAVELLING THE WORLD SOLO

Top 10 : Instagram #Drones


10 Comptes Instagram proposant photos de voyages prises par drones ( et services drĂŽnes)

Les Voyages de Camille

C’est reparti dans la sĂ©rie des comptes Instagram Ă  suivre avec aujourd’hui une sĂ©lection des meilleurs photographes en drones.

Jesse Mottl

Jeune photographe italien, Jesse Mottl est pour moi l’un des meilleurs dans la profession.

Instagram : jm_droneguy

jm

Pat Kay

Lauréat de nombreux prix en photographie, Pat Kay est basé à Sydney en Australie, et parcourt le monde en partageant ses magnifiques clichés pris au drone.

Instagram : pat_kay / Site : http://patkay.com.au/

pat kay

Jerome Courtial

Expert en la matiĂšre depuis 3 ans, Jerome Courtial est un Français basĂ© Ă  Londres. Non seulement il partage ses impressionnantes photos sur Instagram, mais il partage Ă©galement tous ses conseils sur son site internet pour tout ceux qui souhaiteraient se lancer dans l’aventure du drone.

Instagram : jcourtial / Site : https://masterdronephotography.com/

courtial

Salty Wings

Leaders dans la photographie aérienne, Salty Wings regroupe Michael Goetze et Jampal Williamson, deux photographes et vidéastes Australiens. En 2016, ils ont fait voyager leurs drones sur 20,000


View original post 210 more words

LULU EN NOUVELLE ZELANDE


Suivez Lulu en Nouvelle Zelande / Follow Lulu in New Zealand

 

 

Vous avez tous vu les photos et vidĂ©os, on est bien d’accord, le pays est un vĂ©ritable trĂ©sor pour les yeux. Mais d’un autre cĂŽtĂ© j’ai finalement eu l’impression de passer 3 mois en territoire europĂ©en. Je m’explique

Lulu.blog.trotter

Voila le petit dernier encore en direct de Nouvelle ZĂ©lande. Dans quelques heures, je quitterai le territoire Kiwi aprĂšs exactement 88 jours sur place.

Pour moi le bilan est mitigĂ©, j’attendais peut etre trop de cette terre Ă  l’autre bout du monde que finalement, il me semble qu’il m’a manquĂ© un petit quelque chose. Je suis tiraillĂ©e entre la beautĂ© et grandiositĂ© des panoramas et le manque de dĂ©paysement.

Vous avez tous vu les photos et vidĂ©os, on est bien d’accord, le pays est un vĂ©ritable trĂ©sor pour les yeux. Mais d’un autre cĂŽtĂ© j’ai finalement eu l’impression de passer 3 mois en territoire europĂ©en. Je m’explique!

Si le terme WHV ne vous dit rien et bien pour moi, c’est certainement le mot que j’ai le plus entendu ici.

Ce pays a un Ă©norme besoin de main d’oeuvre et pour y remedier tout en gardant ses frontiĂšres fermĂ©s, il existe


View original post 181 more words

How to add text to photo


 

text to photo

 

 

Some tips about adding text to photos: Ok most of us know how to do but it’s still a kind of reminder in case

 

Quelques mĂ©thodes sur “comment rajouter un texte sur une photo”. Sans doute, mĂ©thodes dĂ©jĂ  connues mais c’est juste un genre de rappel (cumulĂ© en 1 seul article)

https://www.minitool.com/moviemaker/add-text-to-photo.html

So , okay, I’m an island girl.


renxkyoko's space

00000003sitoshii_000c

I was taken aback when a co-worker asked me where I was born
  I answered the Philippines, of course
 then he said, ” I mean, on what island .?????” I thought for a minute before replying
.Uhm
 Luzon Island ???

bcm_kokoro_botan_vol3_ch10_kokoro_botan_vol03_ch10_016

I  told him I’d  always thought of my birthplace  as a country and not an island   ( if that makes sense). Well, the Philippines is comprised of 7, 641 islands ( or 7, 107  at  high tide, ha ha ) , and though I find  his question  a bit strange, I have to admit it   makes  sense
  After all, the former name of the Philippines was  Las Islas Filipinas ( as a Spanish colony.. .. islas means islands ) , Philippine Islands ( as  American colony) , Commonwealth of the Philippines, ( still American colony) , then Republic of the Philippines ( after independence)

089f41810321eefc3f4eef5d4a388e42

So, I ran off to tell my Filipino co-worker and she was


View original post 422 more words

DĂ©couvrez la Russie autrement : visitez l’üle d’Olkhon en SibĂ©rie! — Moi et mes zĂšles


VoilĂ  un endroit qui m’aura ravi le cƓur et l’esprit et dont je dois absolument vous parler! Cherchant un peu le calme et fuyant quelque peu les endroits trop frĂ©quentĂ©s ou tout du moins un tourisme de masse, je suis partie en Hiver pour dĂ©couvrir ce lieu si paisible. J’ai eu l’occasion d’y observer une faune et une flore incroyable et d’y faire des rencontres inoubliables

via DĂ©couvrez la Russie autrement : visitez l’üle d’Olkhon en SibĂ©rie! — Moi et mes zĂšles

BELLA CIAO


Bella ciao” is an Italian folk song, and later an anti-fascist resistance song. It was used by the Italian partisans during the Italian Civil War between 1943 and 1945 in their struggle against the fascist Italian Social Republic and its Nazi German allies.

It is used worldwide as an anti-fascist hymn of freedom and resistance. The song has much older origins though in the hardships of the mondina women, the paddy field workers in the late 19th century who sang it as a protest against harsh working conditions in the paddy fields in North Italy.

“Bella ciao” was originally sung as “Alla mattina appena alzata” by seasonal worker of paddy fields of rice, especially in Italy’s Po Valley from the late 19th century to the first half of the 20th century with different lyrics.

The work of monda (weeding) was widespread in northern Italy in that era. The work consisted of removing the weeds growing in rice fields that hindered the healthy growth of young rice plants. It took place during the flooding of the fields, from the end of April to the beginning of June every year, during which the delicate shoots needed to be protected, during their first stages of their development, from temperature differences between the day and the night.

bella ciao Rodge Ft Tre Tenori (Album 2018 )

bella ciao Rodge Ft Tre Tenori (Album 2018 )

It consisted of two phases: transplanting the plants and pruning the weeds. The work of monda was an extremely tiring task, carried out mostly by women known as mondinas (rice-weeders) that came of the poorest social classes. The workers would spend their workdays with their bare feet in water up to their knees and their back bent for many hours. The atrocious working conditions, long hours and very low pay led to constant dissatisfaction and led, at times to rebellious movements and riots in the early years of the twentieth century.

The struggles against the supervising padroni was even harder with the abundance of clandestine workers ready to compromise even further the already low wages just to get work. Besides “Bella ciao”, similar songs by the mondina women included “Sciur padrun da li beli braghi bianchi” and “Se otto ore vi sembran poche”.

Other similar versions of the antecedents of “Bella ciao” appeared over the years, indicating that “Alla mattina appena alzata” must have been composed in the later half of the 19th century. The earliest written version is dated 1906 and comes from near Vercelli, Piedmont.

 

“Bella ciao” was revived by the anti-fascist resistance movement active in Italy between 1943 and 1945 with different lyrics of resistance. The author of the lyrics is unknown.

In addition to the original Italian, the song has been recorded by various artists in many different languages, including #Arabic, #Bosnian, #Breton, #Catalan, #Chinese (known as “ć•Šæœ‹ć‹ć†è§“), #Croatian, #Danish, #English, #Esperanto, #Finnish, #German, #Hungarian, #Japanese, #Persian, #Norwegian, #Occitan, #Russian, #Serbian, #Slovenian, #Spanish, #Syriac, #Tagalog, #Telugu, #Thai, #Tibetan, and #Ukrainian.

 

A rewritten version of the song can be heard on Chumbawamba’s acoustic album A Singsong and a Scrap.

Former Yugoslav punk rock bands KUD Idijoti and later Goblini recorded their versions of the track.

Hungarian punk rock band Aurora has performed the song.

Folk musician Leslie Fish has written and performed several versions of the song, one of which can be found on the album Smoked Fish.

Folk artist Mirah lent her voice to this song on her 2004 album, To All We Stretch the Open Arm.

Anita Lane recorded a version in English for her 2001 album, Sex O’Clock.

Breton folk punk band Les Ramoneurs de menhirs recorded a version in Breton and French but called it “BellARB”.

Danish psychedelic rock group Savage Rose have recorded a version of this song on the albums En Vugge Af StÄl from 1982 and Ild Og Frihed (1989).

San Francisco punk band La Plebe perform “Bella Ciao” on their album, Brazo en Brazo.

French-born musician of Spanish origin Manu Chao has also recorded a version of the song.

The tune has been used in a song in the Indian Tollywood movie Businessman, starring Mahesh Babu, Music by S.S.Thaman.

Italian ska punk band Talco recorded the song on their 2006 album Combat Circus.

Konstantin Wecker and Hannes Wader, two German “Liedermacher” performed it live on their collaboration album Was fĂŒr eine Nacht.

Yugoslav musician Goran Bregovic has recorded one version on his album Champagne for Gypsies (2012).

German folk duo Zupfgeigenhansel recorded a free adaptation on their 1982 album Miteinander that, instead of glorifying the death of the partisan, paints him as a reluctant anti-hero who is scared and despises war, but feels he has no other choice because of the atrocities he has seen.

Thai anti-fascism band, “Faiyen” (àč„àžŸàč€àžąàč‡àž™, “Cold Flame”) recorded a Thai version of the song called “Plodploy Plianplaeng” (Thai: àž›àž„àž”àž›àž„àčˆàž­àžą àč€àž›àž„àž”àčˆàžąàž™àčàž›àž„àž‡, “Liberate and Change”). It has been used by the Red Shirts anti-fascism group since 2011.

Spanish punk rock band boikot recorded a modified version in Spanish.

An a cappela version was recorded by the Swingle Singers in 1991 on their album “Folk Music Around The World”

Belarusian folk punk band Dzieciuki recorded a modified version in Belarusian under the name “ĐąŃ€Ń‹ĐŒĐ°Đčся, брацД!” (“Hold fast, brother”)

Syriac (Aramaic) version created by Beith Souryoye Morounoye under the name “foosh bashlom (Bella ciao)”

Patric recorded BĂšla CiaĂČ, a version in Occitan for his 2010 album, Colors.

Mike Singer recorded an Electro dance version in June 2018.

 

 

 

 

 

 

 

Source Wikipedia / Youtube

Just for Fun


Just for Fun with “Radio Satellite” and “Radio Satellite2”

We won’t write…

We won’t talk…

We will just watch this funny video ….

Have  a great day folks

 

 

RS2 PP 700 X 400