COVID 19 Dubaï ( Vidéo & Article )


La police de Dubaï porte un casque qui prend la température des citoyens.

 

Nous reprenons un article paru sur le site du Huffington Post et repris par un site.

RadioSatellite le reprend pour vous le présenter.

 

Police Dubaï

Police Dubaï

VIDEO 

https://youtu.be/V5NadFo1O_s

Etrange et Insolite

Rassurez-vous, il s’agit d’une détection à distance pour freiner la propagation de l’épidémie de Covid-19.

View original post 196 more words

Records and recording


LONDON — Tucked in a trendy co-working complex in West London, just past the food court and the payment processing start-up, is perhaps the most technologically backward-looking record company in the world.

 

LONDON — Tucked in a trendy co-working complex in West London, just past the food court and the payment processing start-up, is perhaps the most technologically backward-looking record company in the world.

 

The Electric Recording Co., which has been releasing music since 2012, specializes in meticulous recreations of classical and jazz albums from the 1950s and ’60s. Its catalog includes reissues of landmark recordings by Wilhelm Furtwängler, John Coltrane and Thelonious Monk, as well as lesser-known artists favored by collectors, like the violinist Johanna Martzy.

 

This slideshow requires JavaScript.

But what really sets Electric Recording apart is its method — a philosophy of production more akin to the making of small-batch gourmet chocolate than most shrink-wrapped vinyl.

 

Its albums, assembled by hand and released in editions of 300 or fewer — at a cost of $400 to $600 for each LP — are made with restored vintage equipment down to glowing vacuum-tube amplifiers, and mono tape systems that have not been used in more than half a century.

The goal is to ensure a faithful restoration of what the label’s founder, Pete Hutchison, sees as a lost golden age of record-making. Even its record jackets, printed one by one on letterpress machines, show a fanatical devotion to age-old craft.

“It started as wanting to recreate the original but not make it a sort of pastiche,” Hutchison said in a recent interview. “And in order not to create a pastiche, we had to do everything as they had done it.”

 

Electric Recording’s attention to detail, and Hutchison’s delicate engineering style in mastering old records, have given the label a revered status among collectors — yet also drawn subtle ridicule among rivals who view its approach as needlessly expensive and too precious by half.

 

An original Lyrec T818 tape machine that the label has painstakingly renovated, in its London studio.Credit…Tom Jamieson for The New York Times

original Lyrec T818 tape machine

original Lyrec T818 tape machine

 

Hutchison, 53, whose sharp features and foot-long beard make him look like a wayward wizard from “The Lord of the Rings,” dismissed such critiques as examples of the audiophile world’s catty tribalism. Even the word “audiophile,” he feels, is more often an empty marketing gimmick than a reliable sign of quality.
“Audiophiles listen with their ears, not with their hearts,” Hutchison said. He added: “That’s not our game, really.”

So what’s his game?

“The game is trying to do something that is anti-generic, if you like,” he said. “What we’re doing with these old records is essentially taking the technology from the time and remaking it as it was done then, rather than compromising it.”

To a large degree, the vinyl resurgence of the last decade has been fueled by reissues. But no reissue label has gone to the same extremes as Electric Recording.

In 2009, Hutchison bought the two hulking, gunmetal-gray machines he uses to master records — a Lyrec tape deck and lathe, with Ortofon amplifiers, both from 1965 — and spent more than $150,000 restoring them over three years. He has invested thousands more on improvements like replacing their copper wiring with mined silver, which Hutchison said gives the audio signal a greater level of purity.

The machines allow Hutchison to exclude any trace of technology that has crept into the recording process since a time when the Beatles were in moptops. That means not only anything digital or computerized, but also transistors, a mainstay of audio circuitry for decades; instead, the machines’ amplifiers are powered by vacuum tubes (or valves, as British engineers call them).

 

“We’re all about valves here,” Hutchison said on a tour of the label’s studio.

Mastering a vinyl record involves “cutting” grooves into a lacquer disc, a dark art in which tiny adjustments can have a big effect. Unusually among engineers, Hutchison tends to master records at low volumes — sometimes even quieter than the originals — to bring out more of the natural feel of the instruments.
He demonstrated his technique during a recent mastering session for “Mal/2,” a 1957 album by the jazz pianist Mal Waldron that features an appearance by Coltrane. He tested several mastering levels for the song “One by One” — which has lots of staccato trumpet notes, played by Idrees Sulieman — before settling on one that preserved the excitement of the original tape but avoided what Hutchison called a “honk” when the horns reached a climax.

“What you want to hear is the clarity, the harmonics, the textures,” he said. “What you don’t want is to put it on and feel like you’ve got to turn it down.”

These judgments are often subjective. But to test Hutchison’s approach, I visited the New Jersey home of Michael Fremer, a contributing editor at Stereophile and a longtime champion of vinyl. We listened to a handful of Electric Recording releases, comparing them to pressings of the same material by other companies, on Fremer’s state-of-the-art test system (the speakers alone cost $100,000).
Hutchison bought the two hulking, gunmetal-gray machines he uses to master records — both from 1965 — and spent more than $150,000 restoring them over three years.Credit…Tom Jamieson for The New York Times

 

vinyl 3

 

I am often skeptical of claims of vinyl’s superiority, but when listening to one of Electric Recording’s albums of Bach’s solo violin pieces played by Martzy, I was stunned by their clearness and beauty. Compared to the other pressings, Electric Recording’s version had vivid, visceral details, yielding a persuasive illusion of a human being standing before me drawing a bow across a violin.
“It’s magical what they’re doing, recreating these old records,” Fremer said as he swapped out more Electric Recording discs.

Hutchison is a surprising candidate to carry the torch for sepia-toned classical fidelity. In the 1990s, he was a player in the British techno scene with his label Peacefrog; the label’s success in the early 2000s with the minimalist folk of José González helped finance the obsession that became Electric Recording.

Hutchison’s conversion happened after he inherited the classical records owned by his father, who died in 1998. A longtime collector of rock and jazz, Hutchison was entranced by the sound of the decades-old originals, and found newer reissues unsatisfying. He learned that Peacefrog’s distributor, EMI, owned the rights to many of his new favorites. Was it possible to recreate things exactly has they had been done the first time around?

After restoring the machines, Electric Recording put its first three albums on sale in late 2012 — Martzy’s solo Bach sets, originally issued in the mid-1950s.

Hutchison decided that true fidelity applied to packaging as well as recording. Letterpress printing drove up his manufacturing costs, and some of the label’s projects have seemed to push the boundaries of absurdity.

In making “Mozart à Paris,” for example, a near-perfect simulacrum of a deluxe 1956 box set, Hutchison spent months scouring London’s haberdashers to find the right strand of silk for a decorative cord. The seven-disc set is Electric Recording’s most expensive title, at about $3,400 — and one of the few in its catalog that has not sold out.

Hutchison defends such efforts as part of the label’s devotion to authenticity. But it comes at a cost. Its manufacturing methods, and the quality-control attention paid to each record, bring no economies of scale. So Electric Recording would gain no reduction in expenses if it made more, thus negating the question Hutchison is most frequently asked: Why not press more records and sell them more cheaply?

“We probably make the most expensive records in the world,” Hutchison said, “and make the least profit.”

Electric Recording’s prices have drawn head-scratching through the cliquey world of high-end vinyl producers. Chad Kassem, whose company Acoustic Sounds, in Salina, Kan., is one of the world’s biggest vinyl empires, said he admired Hutchison’s work.

“I tip my hat to any company that goes the extra mile to make things as best as possible,” Kassem said.

But he said he was proud of Acoustic Sounds’s work, which like Electric Recording cuts its masters from original tapes and goes to great lengths to capture original design details — and sells most of its records for about $35. I asked Kassem what is the difference between a $35 reissue and a $500 one.
He paused for a moment, then said: “Four hundred sixty-five dollars.”

Yet the market has embraced Electric Recording. Even amid the coronavirus pandemic, Hutchison said, its records have been selling as fast as ever, although the company has had some production hiccups. The only manufacturer of a fabric that Hutchison chose for a Mozart set in the works, by the pianist Lili Kraus, has been locked down in Italy.

The next frontier for Electric Recording is rock. Hutchison recently got permission to reissue “Forever Changes,” the classic 1967 psychedelic album by the California band Love, and said that the original tape had a more unvarnished sound than most fans had heard. He expects that to be released in July, and “Mal/2” is due in August.

But Hutchison seemed most proud of the label’s work on classical records that seemed to come from a distant era. He pulled out a 10-inch mini-album of Bach by the French pianist Yvonne Lefébure, originally released in 1955. Electric Recording painstakingly recreated its dowel spine, its cotton sleeve, its leather cover embossed in gold leaf.

“It’s a nice artifact,” Hutchison said, looking at it lovingly. “It’s a great record as well.”

 

Source : The New York Times

 

 

 

Melinaa: l’Artiste.


Nous découvrons une artiste qui vient de sortir son “single”. MELINAA est le nom d’artiste. Mélina est son prénom. En tout état de cause: La fraîcheur musicale est son crédo.

Nous partageons avec vous, cette belle découverte. Enfin, nous parlons de nous évidemment, qui découvrons. Nous sommes certains que de nombreuses lectrices/lecteurs aussi bien qu’auditrices/ auditeurs ont dû entendre ce titre “Sunny road”. Titre qui fait le buzz sur Youtube.

Anyway, trêve d’introduction et découvrons le parcours professionnel de cette artiste ET nous vous laissons la découvrir sur ces sites aussi bien que sur “RadioSatellite”.

Melina sur Scène
Melina sur Scène

Depuis son plus jeune âge, Mélina a toujours voulu évoluer dans le milieu musical.
Originaire de Saint-Brieuc dans les Côtes d’Armor, Mélina a fait ses premiers pas dans la
musique auprès d’artistes briochins .

En 2012, elle rencontre le duo de rappeur Black Esquisse avec qui elle enregistrera son tout premier featuring, « Entre ciel et rêves ».
Titre disponible sur l’album « Jardin divers » paru le 20 mars 2014.

Par leur biais, elle fait la connaissance de l’artiste Ragga Benda avec qui elle enregistrera « Laisse-toi faire ». Ce titre est disponible sur l’album Bendorama 2 sorti en mai 2016.

Rating: 5 out of 5.

Ses premiers pas sur scène, elle les fera comme choriste au sein du groupe de reggae
briochin, “La Zmala” et participera à l’enregistrement de leur dernier album « Brûleurs de planches » sorti en 2016.

Cette année là, son chemin croise celui  du compositeur “Julien Mourier”. Julien était à la recherche d’une voix pour ses compositions.

Ce fut LA rencontre professionnelle et  enregistrent quelques maquettes…

A partir de ce moment : “Le” projet “Mélinaa” vit  le jour.

En marge de ces collaborations musicales, Mélina étudie la musicologie à l’Université de
Rennes 2.

A la fin de ses études, elle souhaite se consacrer entièrement à la musique tout en travaillant  à mi-temps pour assurer les frais quotidiens et les dépenses alimentaires.

=> Elle rejoint le trio féminin Acoustic.

Ladyland c’est un groupe composé de jeunes : “Eva Montfort” ainsi que “Charlotte Le Calvez” , anciennes rapedondaines du groupe Hip-Hop/rock Raggalendo.

Leur répertoire se compose de reprises éclectiques, de morceaux des années 60 à nos jours. En mars 2020 : Elles sortent  leur deuxième album« Crazy Little Thing ».

Riche de toutes ces collaborations, Mélina travaille actuellement sur un
projet solo piano/voix.

Melina n’a pas fini de nous surprendre, de par son talent ainsi que par la diversité musicale qu’elle nous propose et nous proposera.

En tout cas, RadioSatellite est fière de diffuser ses musiques.

sur Youtube . Voici son dernier clip: Sunny Road

Vous pouvez retrouver MELINAA sur

https://www.facebook.com/pg/Melinapianovoix/about/?ref=page_internal

jean-Jacques Debout – Chantal Goya


debout goya (photo lady candy skyrock)

debout goya (photo lady candy skyrock)

JEAN-JACQUES DEBOUT

Jean-Jacques Debout, né le 9 mars 1940 dans le XIIe arrondissement de Paris, est un auteur-compositeur-interprète français. Il est marié depuis le 25 février 1966 à la comédienne et chanteuse Chantal Goya. Ils ont deux enfants, Jean-Paul et Clarisse.

Son père est opticien du général de Gaulle, rue des Archives ; Juliette Bonaventure, sa mère, a été une Miss Paris, Jean-Jacques passe son enfance à Saint-Mandé avec ses parents et ses deux sœurs aînées ;

Il annonce à son père qu’il ne lui succèdera pas, et il est mis à la porte de l’appartement familial de Saint-Mandé.

En 1948, il est envoyé en pension au collège de Juilly tenu par des prêtres oratoriens et a pour camarades Jean-Paul Goude et Jacques Mesrine, le futur ennemi public.

Se faisant renvoyer de toutes les écoles, le jeune garçon se passionne alors pour la musique et chante dans une chorale.

Sa grand-mère, collaboratrice à L’Humanité, l’inscrit à un concours de chant organisé sur la Place du Tertre.

Il interprète un classique de Charles Trenet qui y assiste en personne et félicite le jeune homme pour sa prestation. Trenet le recommande à Patachou (ancienne secrétaire de Raoul Breton) pour l’engager comme artiste dans son cabaret. Vers 17 ans, Jean-Jacques occupe un emploi de coursier au sein des Éditions musicales Raoul Breton.

En 1957, il se produit au Théâtre des Capucines avec Micheline Dax et Nicole Croisille dans Cocktail sexy ou folie furieuse. Maurice Vidalin et Jacques Datin le persuadent d’enregistrer Les Boutons dorés qu’ils viennent d’écrire à son intention, chanson inspirée par son histoire de pensionnaire parmi les orphelins de la guerre ; en cette année de 1959, c’est un succès qui installe le chanteur, pour qui Charles Aznavour écrira quelques chansons.

jean-jacques Debout

jean-jacques Debout

Le service militaire l’éloigne un temps des studios et interrompt sa carrière. À son retour, les donnes du métier ont changé, le phénomène yé-yé prend de l’ampleur. En 1963, Jean-Jacques Debout se produit en première partie de Johnny Hallyday lors d’une tournée, compose (avec Eddie Vartan et Johnny), la bande son du film « D’où viens-tu Johnny ? » d’où est extrait le succès d’Hallyday Pour moi la vie va commencer ; pour Sylvie Vartan il écrit la chanson Tous mes copains.

 

La même année, il fait la connaissance de Chantal Goya, jeune vedette du film de Jean-Luc Godard Masculin féminin à qui il dédie Nos doigts se sont croisés, titre avec lequel sa carrière reprend véritablement. Il remporte, en 1964, la première Rose d’or d’Antibes.

Debout Goya (photo Lyricama)

Debout Goya (photo Lyricama)

Chantal Goya et Jean-Jacques Debout se marient le 25 février 1966 à Nogent-sur-Marne. Ils ont deux enfants, Jean-Paul, peintre, et Clarisse, photographe, ainsi que quatre petits-enfants. Il figure avec son épouse sur la “photo du siècle” regroupant 46 vedettes françaises du “yéyé” en avril 1966.

En 1970, il compose les chansons pour “la Revue” de Roland Petit au Casino de Paris, avec Zizi Jeanmaire. En 1971, Jean-Jacques monte Double V, un opéra qui n’obtient qu’un succès d’estime. Pour l’occasion, il a intégralement reversé ses droits d’auteur pour sauver le Théâtre du Châtelet menacé de disparition. Cette production influencera malgré tout la troupe du Big Bazar ( Michel Fugain ). C’est alors qu’il collabore avec Maritie et Gilbert Carpentier pour lesquels il imagine des grands shows autour d’une vedette.

Ceux consacrés à Sylvie Vartan connaissent un tel succès qu’ils sont vendus dans plus de cent pays  et sortent sous forme d’albums 33 tours après leur passage à la télévision (Je chante pour Swanee, Show Sylvie Vartan).

debout goya carlos vartan (photo centerblog)

debout goya carlos vartan (photo centerblog)

En 1973, Jean-Jacques signe un nouveau succès personnel avec “Redeviens Virginie“. (Pour un jour, pour une nuit, redeviens Virginie).

Puis avec Chantal Goya, il invente le music-hall pour enfants.

Ainsi naît « La Forêt magique », d’où surgit une pléiade de personnages issus de contes traditionnels, de la commedia dell’arte, de l’univers de Walt Disney ou de l’imaginaire de Jean-Jacques Debout qui crée à son épouse un vaste répertoire (Un lapin etc.).

Après l’Olympia, dès 1980, tous les deux ans, un spectacle est monté et prend de plus en plus la forme d’une véritable comédie musicale (Le Soulier qui vole, 1981 – La Planète merveilleuse, 1982 – Le Mystérieux Voyage, 1984) grâce à une intrigue construite, des costumes de l’Opéra de Paris, des ballets en nombre servis dans des décors majestueux. L’ascension fulgurante et constante de leur parcours ne manque pas d’attiser des jalousies.

Les critiques qui ne tarissaient pas d’éloges prennent peu à peu un ton acide.

Le couple continue cependant sur sa lancée à investir toujours plus d’argent dans la production, spectacle après spectacle, pour concrétiser sur scène ses rêves les plus fous jusqu’au « Mystérieux Voyage » que le duo considère comme sa plus belle création. Une décennie couronnée par un nombre record de spectateurs, dix-huit albums studio, plus de trois cents chansons et trente-neuf millions de disques vendus.

En 1992, Jean-Jacques réalise un rêve, vieux de vingt ans, il crée la comédie musicale « Paul et Virginie »  au Théâtre de Paris. Il s’y donne le rôle de Bernardin de Saint-Pierre aux côtés de Claire Keim, Emmanuel Curtil et Veronica Antico.

L’année suivante, Chantal Goya effectue son grand come-back qui permet à l’auteur d’écrire de nouvelles aventures de Marie-Rose. Le 9 mars 1996, Jean-Jacques Debout fête son anniversaire sur la scène du Palais des congrès de Paris avec un unique concert et reprend une carrière d’interprète mise entre parenthèses. Il sort un nouvel album en 1997 : A Long Island.

En 2006 et 2013, il participe à la tournée d‘Âge tendre et Têtes de bois. Jean-Jacques a perdu sa mère, Juliette Bonaventure, le 28 mai 2011 ; à l’aube de ses 104 ans.

Un nouvel album Bourlingueur des étoiles (album) sort le 25 février 2013, puis peaufine l’écriture de plusieurs comédies musicales dont l’adaptation de Sans famille d’après Hector Malot. En 2013, il enregistre deux chansons composées par Henri Betti : Maître Pierre (paroles de Jacques Plante) pour l’album Sous le soleil des guinguettes et La Chanson du maçon (paroles de Maurice Chevalier et Maurice Vandair) pour l’album Les Chansons des guinguettes.

jean jacques debout ( photo les chansons perdues)

jean jacques debout ( photo les chansons perdues)

CHANTAL GOYA

Chantal de Guerre, dite Chantal Goya, née le 10 juin 1942 à Saïgon (Indochine), est une actrice et chanteuse française.

chantal goya2 (photo nostalgie)

chantal goya2 (photo nostalgie)

Chantal de Guerre naît à Saïgon le 10 juin 1942, dans une plantation, d’un père vosgien, Bertrand de Guerre (1912-1974), et d’une mère béké, Colette Dartiguenave (1921-2018). Elle est l’aînée d’une famille de cinq enfants (un frère et trois sœurs) et la cousine éloignée du comédien Claude Rich et du chanteur Philippe Lavil=> ( “Avec les filles, je ne sais pas“, “kolé serré“, “Il tape sur les bambous“, “Elle préfère l’amour en mer“….)

La famille de Guerre quitte l’Indochine française en 1946, aux débuts du conflit d’indépendance. La famille s’installe à Remiremont, dans les Vosges.

Elle fait une partie de ses études à Paris, où elle n’obtient pas le baccalauréat. Elle part alors pour l’Angleterre, étudier au lycée français de Londres, où elle obtient un diplôme d’anglais.

 

Elle fait la connaissance de Jean-Jacques Debout en 1964 et l’épouse le 25 février 1966. Cette rencontre constitue un tournant dans sa vie. Il lui présente Daniel Filipacchi, alors en train de lancer un nouveau magazine, « Mademoiselle  Âge Tendre », où l’on découvre Chantal en tant que modèle photo.

Le créateur de Salut les copains devient alors son producteur, comme pour Sylvie Vartan ou même Jean Ferrat.

goya ( photo mix)

goya ( photo mix)

Jean-Jacques Debout commence à composer pour elle des chansons originales, dont C’est bien Bernard le plus veinard et Une écharpe, une rose.

Chantal fait de la figuration aux Studios de Boulogne. Pour assurer la promotion de ses chansons, Chantal passe régulièrement dans des émissions de télévision. Jean-Luc Godard la remarque et voit en elle la jeune fille moderne qu’il imaginait pour son film Masculin féminin, qui sort en 1966.

Elle y apparaît aux côtés de Jean-Pierre Léaud, Marlène Jobert et Brigitte Bardot. Elle joue ensuite dans des films réalisés notamment par Pierre Tchernia, Philippe Labro et Didier Kaminka. Enceinte, elle est contrainte de décliner une proposition de rôle dans L’Étau d’Alfred Hitchcock et se voit remplacée par Claude Jade.

Dans le même temps, Chantal enregistre quelques disques yéyé sous la direction artistique de Mickey Baker. Elle figure sur la « photo du siècle » regroupant 46 vedettes françaises du yéyé (dont Jean-Jacques Debout) en avril 1966.

Jean-Jacques Debout et Chantal Goya 1

 

Puis, pour un temps, elle met sa carrière entre parenthèse, afin de se consacrer à ses enfants, Jean-Paul, né en 1966, et Clarisse, née en 1968.

Retour à la chanson en 1972 pour un Top à Sylvie Vartan où elle chante et danse avec son amie et interprète seule Les Boules de neige. En 1975, elle enregistre en duo avec Guy Mardel le titre « Prends une rose » qui est sélectionné par un jury pour participer au Concours de la Chanson française, concours visant à déterminer la chanson qui représentera la France à la finale du concours de l’Eurovision. Mais cette année-là, ce sera finalement la chanson Et bonjour à toi l’artiste, chantée par Nicole Rieu qui sera choisie pour représenter la France lors de la finale du concours de l’Eurovision. Mais sortant en 45 tours, la chanson Prends une rose connaît un relatif bon succès au hit-parade.

 

En 1975, pour l’émission Numéro un à Carlos, produite par Maritie et Gilbert Carpentier, son mari, Jean-Jacques Debout, souhaite au départ la participation de Brigitte Bardot. Cette dernière commence par accepter, puis refuse au dernier moment, suite à une grippe. Afin de remplacer cette séquence, Jean-Jacques Debout écrit et compose alors la chanson Adieu les jolis foulards, qu’il propose à Chantal Goya pour chanter juste le soir de l’émission. Elle accepte et, grâce à cette chanson, obtient un certain succès.

Sa carrière de chanteuse redémarre, sa prestation étant suivie dès le lendemain de diffusion de l’émission de nombreux coups de téléphone au standard de TF1 qui a diffusé le programme.

Jean-Jacques Debout décide de sortir le disque, et en 1976 Chantal Goya signe un contrat de 5 ans chez RCA. L’année suivante sort un premier album, « Voulez-vous danser grand-mère ? », qui contient notamment les titres « Allons chanter avec Mickey » et Un lapin.( Ce matin, un lapin a tué un chasseur ) ( Succès mondial)

Enchaînant les succès (« Bécassine », « C’est Guignol », « Monsieur le chat botté », « Pandi Panda », « Snoopy », « Babar » et bien d’autres tubes à l’échelle mondiale ), le couple Debout-Goya, avec la collaboration de Roger Dumas, monte des contes télévisés (« Je reviendrai, Marie-Rose », « Au bonheur des enfants », « La Poupée de sucre ») ainsi que des spectacles pour enfants sur le thème du voyage et du rêve.

 

Après avoir enregistré le générique du film « Le Temps des vacances » de Claude Vital, dans lequel elle apparaît dans son propre rôle, Chantal Goya interprète également plusieurs génériques, à la fois pour des téléfilms comme « Les malheurs de Sophie » (1979) et pour des dessins animés comme « Les Misérables » (1980), « Bouba le petit ourson » (1981), « Les quatre filles du docteur March » (1984), et « David le Gnome » (1987).

A la suite du spectacle Le Mystérieux Voyage, elle se tourne vers le public étranger, lance un mensuel (Le petit journal de Marie-Rose), sort chaque année jusqu’en 1990 un album studio inédit, et propose, après une expérience télévisuelle en 1988 sur Antenne 2 avec Jacqueline Joubert (Le Monde Magique), une nouvelle comédie musicale intitulée L’Étrange Histoire du château hanté au Palais des congrès de Paris en 1989.

Durant  toutes les années « de galère », Chantal Goya a préservé son public au Liban. Les ex-enfants devenus parents ont inculqué le goût de l’art signé Jean-Jacques Debout et Chantal Goya. Loin des manipulations médiatiques occidentales et pièges qui seraient tendus (?)  par les uns et les autres ( concurrents ou pas ), Chantal Goya assurait un spectacle quasi annuel au Liban pour les enfants des enfants etc… Plusieurs générations d’enfants on grandi à l’ombre des shows, spectacles et musiques de Chantal / Jean-Jacques. Ils lui rendent cet amour depuis des décennies à ce jour.

 

En 1993, c’est le grand retour sur scène très médiatisé. Dans sa salle fétiche, le Palais des congrès de Paris, produite par Roland Hubert et Charley Marouani, elle propose les meilleurs moments de ses spectacles précédents. Elle signe un contrat de distribution avec « AB Disques » et publie une autobiographie, « Tu t’appelles Chantal Goya comment » ?.

Elle présente un spectacle inédit au Casino de Paris en 1997, Le Grenier aux trésors, qui reste cinq semaines à l’affiche et se joue l’année suivante au Théâtre de l’Empire.

Le réalisateur Gabriel Aghion lui propose de jouer son propre rôle dans Absolument fabuleux (avec Josiane Balasko et Nathalie Baye) en 2001, remake de la série britannique  « Absolutely Fabulous », un long métrage soutenu par une intense promotion de la part de la chanteuse. La bande originale du film « Becassine is my cousine » entre alors au Top 50. La chanteuse compte désormais un public composé majoritairement d’adultes, mais touche aussi une nouvelle génération d’enfants.

Sa seconde autobiographie, « La niaque », est publiée en 2004. Deux ans plus tard, elle sort un nouvel album de douze titres, Au pays des étoiles.

S’ensuit une décennie de diverses compilations de ses succès et de florilèges scéniques. En 2006-2007, elle joue la tournée  « Il était une fois Marie-Rose ». En 2008, Chantal Goya entame une tournée avec la reprise du spectacle « Le Mystérieux Voyage de Marie-Rose », joué dans des décors virtuels. Le 17 novembre 2008 sort un coffret DVD de ses trois plus beaux spectacles,

chantal goya le soulier qui vole

chantal goya le soulier qui vole

En 2010, elle s’associe au producteur Gilbert Coullier, et à partir du 24 octobre de la même année elle repart en tournée avec la reprise de son spectacle L’Étrange Histoire du château hanté, et s’arrête pour dix représentations au Palais des congrès de Paris. La chanteuse offre un nouvel album, qui met en musique les Fables de La Fontaine.

En 2013 paraît une intégrale de la quasi-totalité de son répertoire pour enfants en 21 CD.

En janvier 2014, Chantal Goya propose une autre version de La Planète merveilleuse pour quatre séances à Paris, suivies d’une tournée. Le 19 novembre 2014, la ville d’Argenteuil ouvre une crèche qui porte son nom. Elle se produit du 17 octobre 2015 au 10 janvier 2016 au Théâtre de Paris dans Les Aventures fantastiques de Marie-Rose.

Elle doit l’attribution de son nom de scène à Jean-Jacques Debout, qui trouvait qu’elle ressemblait au portrait d’un enfant peint par Francisco de Goya ; elle est son épouse depuis 1966, et ils ont deux enfants : Jean-Paul (né en 1966) et Clarisse (née en 1968).

 

goya ( photo ton mag)

 

This slideshow requires JavaScript.

 

 

Sources diverses : Wikipedia + divers

Photos  : sources diverses.

CLAUDIA CARDINALE


Claudia Cardinale est une actrice et mannequin italienne francophone, née le 15 avril 1938 à Tunis (Tunisie).

Véritable sex-symbol des années 1960, elle a joué dans de nombreux films à succès, notamment dans les films Le Pigeon (1958), Le Guépard (1963) et Il était une fois dans l’Ouest (1968).

Claudia Cardinale3 RadioSatellite

Claude Joséphine Rose Cardinale est née à Tunis à l’époque du protectorat français, dans un immeuble de l’avenue Jules-Ferry (aujourd’hui avenue Habib-Bourguiba), le « Foyer du combattant », derrière le quartier de la Petite Sicile. Son père, François, est ingénieur à la compagnie des chemins de fer de Tunis. Elle est l’aînée d’une fratrie de quatre enfants avec Blanche, Bruno et Adrien élevés par sa mère Yolande Greco. Ses grands-parents paternels et maternels sont originaires de Sicile.

Garçon manqué et enfant sauvage, elle est fascinée comme beaucoup d’adolescentes de sa génération, par Brigitte Bardot. Elle étudie au lycée Cambon, rue de Marseille. Le sicilien est la langue parlée dans sa famille et le français la langue apprise pendant sa scolarité, de sorte que, bien qu’étant de nationalité italienne, elle n’apprend l’italien qu’à l’âge adulte, afin de pouvoir tourner.

Ses premiers contacts avec le cinéma ont lieu en 1955 à Venise, durant la Biennale, au cours d’un voyage qui lui a été offert après qu’elle a gagné, à 17 ans, l’élection de « la plus belle Italienne de Tunis », concours de beauté organisé par l’office du cinéma italien. Cependant, désirant être institutrice, elle décline toutes les propositions qui lui sont faites et ne fait qu’une brève apparition dans un court métrage, Anneaux d’or de René Vautier. Violée à l’âge de 19 ans, elle refuse de se faire avorter et c’est ce qui la pousse à s’engager dans le cinéma pour gagner sa vie et être indépendante dans le but de pouvoir élever son fils Patrick.

Ses véritables débuts dans un long métrage se font en 1958 dans Goha de Jacques Baratier et surtout Le Pigeon de Mario Monicelli, sous l’égide du producteur Franco Cristaldi, qu’elle épouse en 1966.

Dans les années 1960, on la retrouve à l’affiche de nombreux succès critiques et publics. De célèbres et nombreux réalisateurs tiennent à sa présence devant leurs caméras. Ce sont notamment Mauro Bolognini, Abel Gance, Luchino Visconti, Henri Verneuil, Philippe de Broca, Luigi Comencini, Federico Fellini, Blake Edwards, Henry Hathaway et Sergio Leone. Avec le drame La Fille à la valise de Valerio Zurlini, elle devient la petite fiancée de l’Italie.

À cause de sa voix rauque et de son italien alors approximatif, l’actrice est systématiquement doublée dans ses films, jusqu’à Huit et demi.

Sur le tournage, Claudia Cardinale parle le français dans les scènes avec Alain Delon, l’anglais avec Burt Lancaster et l’italien dans ses autres scènes.

Ces doublages ont eu une conséquence négative au début de sa carrière, car pour le film La Fille à la valise, elle reçoit le ruban d’argent de la meilleure actrice, qui lui est aussitôt retiré, le jury s’étant rappelé après coup que le règlement interdit aux lauréats d’être doublés.

Sa présence aux côtés d’Alain Delon dans Rocco et ses frères et dans Le Guépard de Visconti, et aux côtés de Jean-Paul Belmondo dans Cartouche la font connaître du public français, alors que le succès aux États-Unis et la renommée internationale lui viennent en 1963 avec Huit et demi de Federico Fellini puis, en 1964, avec Le Plus Grand Cirque du monde d’Henry Hathaway ; ils se confirment en 1968 par Il était une fois dans l’Ouest de Sergio Leone. 

Les années 1970 et 1980 la voient alterner les rôles : réalisations italiennes avec Marco Ferreri, Luigi Comencini, Franco Zeffirelli, Marco Bellocchio,

Luchino Visconti (sous la direction duquel elle a joué quatre fois) et surtout avec son compagnon (à partir de 1974), le réalisateur et scénariste Pasquale Squitieri ; réalisations françaises avec Christian-Jaque, José Giovanni, Michel Lang, Nadine Trintignant, Diane Kurys ou Robert Enrico ; réalisations internationales avec Jerzy Skolimowski, Mikhaïl Kalatozov, George Cosmatos, Alan Bridges, Werner Herzog ou Blake Edwards.

Sur le tournage difficile des Aventures du brigadier Gérard, elle empêche le renvoi du réalisateur polonais Jerzy Skolimowski en menaçant de quitter le film.

Durant les années 1970, elle se prête aussi à une parenthèse discographique qui lui vaut des succès discos en Europe et au Japon avec plusieurs passages télévisés et une large diffusion sur les ondes des radios périphériques en France de titres comme Love affair (classé no 16 au hit-parade), et Sun… I love you en 1977 et en 1978.

À partir de la fin des années 1990, Claudia Cardinale réduit le nombre de tournages de films pour se consacrer davantage au théâtre ou à l’écriture.

Claudia Cardinale2 RadioSatellite

Dans les années 2000, elle monte sur scène à Paris, interprétant, en 2000, La Vénitienne (anonyme du xvie siècle) et Doux oiseaux de jeunesse de Tennessee Williams en 2005.

En 1993, elle est membre du jury de la sélection officielle au Festival de Cannes. Par ailleurs, à la Mostra de Venise 1993, elle reçoit un lion d’or saluant sa contribution au patrimoine cinématographique mondial. Cette année marque le début d’une succession de récompenses saluant l’ensemble de sa carrière cinématographique.

L’Italie continue à la saluer : elle reçoit en 1997 un David di Donatello, en 1998 un Flaiano International Prizes, en 2000 le ruban d’argent d’honneur du Syndicat national des journalistes cinématographiques italiens.

Claudia Cardinale RadioSatellite

Elle enchaîne avec des prix européens : en 2002, l’ours d’or d’honneur au Festival de Berlin mais aussi le prix Platinum du Viareggio EuropaCinema. En 2003, elle est lauréate du prix des acteurs européens au Festival du Film de Ludwigsburg.

Puis c’est la France qui prend le relais : en 2006, elle est lauréate du prix Henri-Langlois de Vincennes puis en 2008 reçoit l’ordre national de la Légion d’honneur. En 2013, à la 18e cérémonie des prix Lumières 2013, elle est lauréate du prix pour l’ensemble de sa carrière. Son pays d’origine suit rapidement : en 2009, elle reçoit les insignes du grand cordon de l’ordre national du Mérite (Tunisie).

Jusqu’en 2015, elle reçoit une dizaine d’autres récompenses dans des festivals internationaux à travers le monde.

Elle continue de tourner, mais dans des productions beaucoup moins exposées médiatiquement, et souvent pour des seconds rôles..

This slideshow requires JavaScript.

Après un viol, elle donne naissance discrètement à Londres à un garçon, Patrick, le 19 octobre 1958, alors qu’elle est âgée de 20 ans. Son producteur, Franco Cristaldi, lui conseille de le faire passer pour son petit frère pour ne pas contrarier sa carrière. Alors que son fils a 6 ou 7 ans, elle révèle ce secret pesant à un journaliste.

Le père lui aurait envoyé de nombreuses lettres, toutes déchirées par Cristaldi sans qu’elle ne  le sache, et souhaitera des années plus tard le reconnaître, ce que Patrick refusera.

Après un mariage malheureux de 1966 à 1975 avec Cristaldi (lequel a adopté Patrick) qui organise lui-même la cérémonie sans l’avertir, elle est la compagne de 1974 à 2011 du réalisateur Pasquale Squitieri (1938-2017), avec lequel elle a une fille, Claudia. Celle-ci aura un fils, Milo, avec l’artiste plasticien Samon Takahashi.

Les rumeurs sur sa relation avec Rock Hudson à l’époque sont en réalité fausses, l’actrice révèle plus tard avoir fait croire à cela pour protéger la carrière de l’acteur, à une époque où l’homosexualité était plutôt mal perçue.

Elle a toujours adopté des positions politiques marquées par des idées progressistes. Femme de gauche, elle est engagée depuis longtemps dans la lutte contre le sida, dans la défense des droits des femmes et des homosexuels. Elle a apporté sa contribution à nombre de causes humanitaires. En 1999, l’UNESCO l’a désignée « ambassadrice de bonne volonté ».

« J’ai été une star, très jeune. Je n’ai pas de mérite, le destin en a décidé ainsi. Une étoile a toujours veillé sur moi. »

En 2009, elle publie « Ma Tunisie » aux éditions Timée, un livre de photos sur les traces de son enfance tunisienne.

En 2014, elle est membre du comité de soutien à la candidature d’Anne Hidalgo à la mairie de Paris.

Le 29 mars 2017, elle est désignée comme l’égérie des 70 ans du Festival de Cannes en figurant sur l’affiche du festival. Les retouches apportées à la photographie, qui ont pour objet de la mincir davantage, suscitent une controverse relative aux canons de beauté féminin dans le cinéma et la communication, que Claudia Cardinale finit par écarter en la qualifiant de fausse polémique

 

 

 

 

 

sources : Wikipedia + Divers

NEW GRID APRIL 2020 / NOUVELLE GRILLE AVRIL 2020


Nous vous présentons la nouvelle grille du Printemps Eté 2020

We present to you the new Spring Summer 2020 grid

 

GRID  2020

GRID 2020

JOAN BAEZ … Souvenirs


Joan baez album

Il est des artistes que l’Histoire n’oublie jamais et qui sont toujours d’actualité dans la mémoire collective des peuples. Parmi ces artistes stars : JOAN BAEZ

 

Dans les années 60 et 70 : Rien que prononcer le nom de cette star provoquait des cris de joie et d’amour parmi les jeunes et moins jeunes de l’époque.

 

JOAN BAEZ est plus qu’une artiste. En fait c’était et c’est toujours une militante pacifiste contre toutes sortes d’injustices, d’inégalités sociales, contre toute discrimination raciale, religieuse et communautaire.

 

Son combat aux côtés de Martin Luther King est à souligner.  A l’époque, pas si loin que cela, aux USA : Les enfants noirs n’avaient pas le droit d’aller à l’école. Il fallait leur créer des écoles rien que pour eux. Les noirs adultes et jeunes ne pouvaient pas prendre le bus réservé aux blancs…Oui… Il s’agit bien des USA voici quelques 40 ou 50 ans.

Joan Baez faisait partie de cette lutte. D’ailleurs, on l’accusait d’être “communiste”

(pour la mentalité US à l’époque : Défendre la paix et la cessation de la guerre au vietnam, défendre le port des armes aux USA….Cela signifiait que ces américains militants pour la paix, étaient communistes ou à la solde de l’ex URSS.

Aussi bizarre que cela paraisse.

Revenons à Joan Baez.

Sur une chaine Franco Allemande : ARTE,  nous avons eu le plaisir de “re-découvrir” JOAN BAEZ grâce à un reportage ayant pour titre “how sweet the sound”

Une voix pure provenant du ciel.. Cette voix s’est teintée par la suite avec l’âge mais durant plus de 30 ans, sa voix fut une des 3 ou 4  voix pures et limpides que le monde de la musique a pu connaitre ces 100 dernières années.

Sans oublier son jeu de guitare : Les pickings qu’elle maîtrise à merveille. Tous les grands maestros de guitare ont toujours essayé d’imiter sans réussir. Ils l’ont dit, avoué que son jeu est unique. Il suffit de la voir jouer à la guitare pour comprendre.

(Le reportage intégral: ci-dessous  )

 

Joan Baez de mère Ecossaise et de père mexicain a vécu une enfance heureuse entre père, mère et ses 2 soeurs (Mimi et Pauline).

Nous vous proposons de lire sa biographie via ce lien de Wikipedia. C’est plus simple et plus détaillé.

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Joan_Baez

Suite à ce reportage, sur ARTE, nous avons assisté à son concert ayant eu lieu à l‘OLYMPIA en 2018. Un super show où JOAN Accompagnée par son fils Gabriel Harris aux percussions. Accompagné du super talentueux, musicien “multi-fonctions” Dirk Powell ( guitare, banjo, piano, solo guitare, guitare bass…  https://www.facebook.com/dirkpowellmusic) .

La belle voix de Grace Stumberg (https://www.facebook.com/grace.l.stumberg)

Un show souvenir qui a marqué tous les spectateurs et téléspectateurs.

 

Voici le show

 

 

Son militantisme très actif, très social ne l’a pas empêché à chanter sa foi et chanter Dieu à travers ses tubes pacifistes, solidaires et militants.

 

 

This slideshow requires JavaScript.